Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 16:37

Celle-ci il avait longtemps qu’on avait envie d’aller la découvrir, une si belle course accessible à la journée depuis Grenoble, avec ce beau temps c’est sûr il n’y avait plus qu’à. La marche d’approche nous faisait bien un peu réfléchir mais bon elle devrait être toute à l’ombre alors.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Et puis pendant celle-ci c’est aussi l’occasion de se remémorer quelques balades plus fraîches encore. Témoin ces 2 photos de Lio quasi au même endroit pour une bambée plus hivernale, le mimétisme est presque parfait.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Plus haut le couloir nord du Pic Couttet d’autres souvenirs. Si je fréquente assez souvent ce vallon en hiver pour de la cascade ou donc du ski, c’est une première pour moi en été.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Le programme du jour, vu d’ici ça a de la gueule.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

En approche du col de la Balmette, la progression devient un poil plus laborieuse. Comme on a que des baskets on évitera facilement et soigneusement la neige béton ce matin. Une fois au col, alors arête nord intégrale ou arête nord normale ? Finalement on continue par la normale. J’avais lu ici ou là que le rocher était horrible, que les pierres n’arrêtaient pas de tomber.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Certes le rocher n’est pas bon mais en restant dans l’itinéraire on n’a pas fait tomber un caillou. Progression aisée et rapide et jolie vue avec Cyril un chambérien qui nous a rejoint et qui est là pour un aller/retour. Et puis le terrain à chamois, comme le génépi est en avance cette année, ça n’a pas que des désavantages…

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Sommet, 4h après notre départ, finalement même en mode diesel ça s’atteint assez vite.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Petit panorama, en teeshirt à 3000 à 11h du mat, cette chaleur a aussi des avantages. 30 minutes de pause et il est temps d’aller chercher les rappels.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Lio à la brèche au-dessus du premier rappel, à partir d’ici on bascule dans un autre monde, la course change de nature et l’ambiance pour notre plus grand plaisir devient délicieusement vertigineuse. Pas dans les rappels qui nous font descendre versant Allemont, mais une fois la brèche Reynier atteinte puisque à partir de celle-ci on ne quitte plus guère le fil de l’arête.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Il est temps pour nous de mettre les chaussons pour s’offrir quelques jolis pas d’escalade facile mais terriblement gazeuse. L’arête au-dessus de lio en est un bel exemple, une dalle avec un piton puis un petit pas vertical non protégé et on suit le fil. Les longueurs sont courtes, pour éviter le tirage on s’arrête dés qu’on trouve un emplacement où on peut construire un relais confortable. On avait 2 brins de 50 mais je pense que l’idéal est un brin de 60 en double.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Photo d’ambiance… Sur le fil le rocher est plutôt bon et l’escalade agréable. Seule la descente du Pic Central à la brèche Duhamel est un peu fastidieuse car quand même assez pourri.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Heureusement pour se faire pardonner ce petit écart dame nature nous offre un final de toute beauté toujours sur le fil pour rejoindre enfin la Croix.  Voilà pour une sacrée belle course d’arête, on a mis 3h depuis le Grand Pic, s’il n’y a pas de grandes difficultés techniques ça ne court jamais et il faut toujours rester concentré pour bien choisir son cheminement. Coté assurage j’avais quelques coinceurs que je n’ai pas utilisé, les quelques points en place nous ont paru suffisant si on maitrise bien ce genre de terrain, après on peut souvent mettre quelques sangles autour de blocs.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Il ne nous reste plus maintenant que la partie la plus agréable de la balade (pourquoi j’ai arrêté le parapente…), une longue descente… bon par endroit c’est pas moche. 

Traversée du Grand Pic de Belledonne

On coupe pour rejoindre au plus tôt le col de Freydane, on discute avec d’autres randonneurs pendant que le Grand Pic se drape légèrement.

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Au col on choisit la ramasse, ça gagne du déniv plus vite et ça nous permet de côtoyer au plus près le glacier de Freydane qui comme Lio résiste encore assez bien à la Canicule (ah, ah, ah ça c'est pas de moi...).

Traversée du Grand Pic de Belledonne

Après bin encore, et encore de la descente avec heureusement toujours de jolis points de vue, quelques pauses rafraichissantes, mais aussi un peu de remontée pour rejoindre enfin la Souille notre point de départ du matin. Presque 12h de promenade, 1900 mètres de déniv et 22 km, même dans de confortables baskets les pieds souffrent un petit peu. M’enfin bon ça valait vraiment la peine et puis d’après Lio maintenant je suis un vrai dauphinois, ouais, moi ça j’y crois pas trop, quand on est savoyard...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article

commentaires

Simon 14/07/2015 18:33

Avec des stats pareilles je m'attends bientôt à une sortie "trail" sur les bertonches...
Belle sortie en tout cas!

Jo 15/07/2015 15:42

Pour la distance et le déniv ça peut effectivement faire penser à un tout petit "trail" pour la durée par contre un "traileur" sérieux aurait fait au moins le double.... Donc à part que j'avais aussi aux pieds des baskets de "trail" je ne pense pas en faire un jour un vrai c'est beaucoup top fatiguant, j'ai ma réputation de flemmard à défendre, je laisse cela aux vrais sportifs.
Sinon dans le genre c'est effectivement majeur comme balade.
A+