Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 09:42

Une météo pas folichonne ce week-end mais comme j’ai, un peu par hasard, récupéré ces skis assez étranges, j’ai hâte d’aller les essayer. Chamrousse dans ces conditions et pour tout ça c’est parfait. Départ à 10h30 avec accès à la Croix en télécabine. Une première descente aux lacs Robert pour voir, bon ça va, je sais aussi skier avec ces engins.

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

Et puis hop on est parti pour les sommets du secteur, Stéphane n’y vient jamais alors il y a de quoi visiter un peu.

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

Un Grand Van puis un Petit et une descente par son couloir nord. On remet ensuite les peaux pour rejoindre la combe du Sorbier

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

Couloir entre la combe des Vans et celle du Sorbier puis en face le Sorbier par son arête ouest.

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

J’aime bien ce parcours car outre qu’il est très panoramique, il permet d’atteindre le sommet skis aux pieds.

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

Petite pause au Sorbier ou curieusement le vent ne souffle quasi pas. Coté neige c’est transformé dans tous les versants ensoleillés avec peu d’enfoncement (faut dire qu’avec 122 au patin…). C’est en nord que c’est le moins bon avec une transformation encore incomplète et un enfoncement plus conséquent.

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

4eme descente au soleil avant de remontée à la Croix pour une dernier run grande vitesse sur les pistes.

Faction 4.0 serai-je un free-rider ?

Le (faux) free-rider du jour pour quelques impressions sur les skis puisque c’était aussi le but de la balade.

Coté poids en 183 le combo ski/fixation fait 2,7 kg c’est pas si lourd (pour comparer mes Elan Himalaya font 2,1 en 177) du coup les 1100 de D+ de la balade passeront assez facilement.

A la montée avec une bonne technique, compte tenu de leur morphologie, ils se débrouillent pas mal. La neige était certes tendre mais je n’ai pas eu plus de difficultés que Steph (en Himalaya) en conversions serrées et raides comme dans le couloir d’accès à l’arête ouest du Sorbier par exemple.

A la descente… alors là c’est clair il leur faut de la place et de la vitesse. En couloir étroit bien qu’ils pivotent facilement je les ai trouvés un peu pataud. Dés que ça s’élargit par contre ils deviennent très agréables, la conduite de virage est très bonne, les courbes peuvent être ciselées sans aucun décrochage de trajectoire en se jouant de toutes les irrégularités du terrain et moi qui aime aussi le ski de piste ça j’adore. En contre partie comme le ski est quand même assez rigide il faudra toujours être bien présent dessus ce qui rend l’ensemble assez physique à piloter. Avec des chaussures un peu plus lourdes d'ailleurs ça doit surement être une peu plus facile (là j’avais des TLT5). 

Pour conclure un ski exigeant, bien typé freeride, que j’ai pris grand plaisir à essayer et que j’utiliserais volontiers en abord de station avec quelques compléments de montées en peaux par-ci par-là. Pour de la rando pure par contre l’engin est quand même un peu physique à manier et n’exprimera pas toujours de toutes façons son grand potentiel. Et puis ça descend tellement vite qu'avec de tels jouets c’est des milliers de mètres qu’on a envie de dévorer dans la journée, bien plus donc qu'une simple rando même longue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans Ski
commenter cet article

commentaires