Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 08:48

Après notre petite promenade de remise en forme du week-end dernier nous voici de retour vers le Poursoullet.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Aujourd’hui on choisit un objectif plus classique pour maximiser nos chances de réussite, enfin pour la réussite c’est ce qu’on croyait puisque pour le coup on n’est pas passé si loin du but avant même d’avoir commencé

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Enfin bon on reviendra sur ce détail en fin d’article en attendant c’est vers la goulotte Kempf qu’on se dirige. Il y a juste une cordée dans le secteur qui va vers le couloir NW, nous on doit brasser comme des malades pour atteindre le pied de la goulotte un peu plus à droite mais ce n'est pas bien grave parce que cette fois c'est sûr, ça va être bon.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Vers 10h on attaque. Ambiance splendide

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

R1 sur broches.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Au-dessus on continue toujours dans cette superbe ambiance encaissée et bien fraiche pour le coup puisqu’une légère brise canalisée par la goulotte vient nous rappeler qu’ici au moins on est quand même bien en hiver.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

L3 la plus technique en glace, au-dessus de Cyril on trouvera le seul relais sur spits mais on ne le sautera pour aller relayer sur friends au pied de la rampe en mixte.  Je pense que comme cela c’est mieux puisque que ça permet à l’assureur de suivre la progression plutôt délicate du premier dans cette fameuse rampe.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

La rampe donc, pas très dure mais difficilement protégeable, 2 points en 50m, sûr qu’en tête il faut bien réfléchir avant de s’engager dans les pas.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

La sortie de la rampe, aérienne car on débouche sur un petit éperon avant de redescendre dans le couloir NW juste sous les cascades du haut.  Voilà pour cette goulotte Kempf, 3 belles longueurs de glace puis une longueur de mixte, une difficulté qui va crescendo (tout en restant très raisonnable), on a adoré…  

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Dans le NW on retrouve la cordée croisée pendant l’approche, Cyril grimpe en parallèle c’est un poil plus raide.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

A la sortie on ne traine pas pour remonter les grandes pentes sommitales et retrouver le soleil, c’est qu’on s’est un peu caillé aujourd’hui.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

C’est sûr il fait meilleur ici.

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Une dernière petite remontée où on profite pleinement du soleil et du panorama

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Et hop on replonge dans l’ombre pour redescendre sur le lac Fourchu. Un peu longuet ce retour d’autant qu’une fois au Poursoullet la course n’est pas tout à fait terminée pour nous puisque c’est là qu’on revient au détail initial…

Goulotte Kempf au Col du Grand Van (ou les naufragés du Poursoullet...)

Les « naufragés du Poursoullet »  une belle et sympathique brochette de grimpeurs grenoblois inconséquents (et oui parce qu’on n’est pas les seuls dans ce cas…) qui n’ont pas mesuré les effets de la micro chute de neige de lundi. Si si je  vous jure il a bien neigé et ici on est passé d’une route parfaitement sèche à une route un poil blanche. Trois fois rien certes mais c’est suffisant pour empêcher une voiture mal chaussée de progresser. Du coup si on s’est tous maudit de tant de légèreté (oui, oui on avait tous moult voitures mieux chaussées et autres chaines à neige dans nos garages...) et qu’on est tous arrivés tant bien que mal à 1600, le point le plus bas de la route, on n’est maintenant tous coincés ici, dans la bonne humeur certes mais quand même.  Bon heureusement on n’est pas tout seul dans le coin et on ne remerciera jamais assez la cordée qui était dans le couloir NW du Grand Van de nous avoir gentiment tracté jusqu’au point haut de la route. Il on fait 2 aller/retour (1 par voiture), les gars si vous lisez ces lignes et qu'on se recroisse c'est open bar pour vous...

Partager cet article

Repost 0

commentaires