Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 21:32

Ça date un peu mais c’était mon cadeau d’anniversaire, nous voici donc à Paris ce week-end pour en profiter. Coté musique ça commence dès vendredi soir avec un début de soirée sur l’île Seguin au Nubia Club. On va écouter Jacob Desvarieux le fondateur du groupe Kasav, une ambiance colorée et un superbe blues des îles. Merci Fab et Yves c’était parfait.

We love green festival

Le lendemain on retrouve Lisa, flânerie dans nos coins préférés, musées, petit resto, coucher de soleil, musique de rue…. Du Paris comme on l’aime.

We love green festival

Et puis voilà dimanche arrive et il est temps d’aller découvrir ce festival où on écoute de la musique mais pas que. Accès large et fluide, espace immense, 4 scènes, sûr qu’on se sent beaucoup moins à l’étroit qu’à Musilac par exemple. Plus de 20 groupes sont au programme et même si ils ne sont pas tous dans notre ADN musical, le temps d'un set complet ou seulement de quelques morceaux, piloté parfois par Lisa, c’est toujours l’occasion de découvertes intéressantes. Vous venez, je vous fais visiter...

We love green festival

Du classique d’abord avec la chaleur malienne d’Oumou Sangaré, un set gai et entraînant pour se mettre dans l’ambiance

We love green festival

On change de monde ensuite mais on se laisse bien prendre je trouve à Mount Kimbie et sa musique électronique

We love green festival

IAMDBB et plus tard KingKrule où si on ne s’est concentré que sur quelques chansons, on a quand même bien apprécié le R&B acidulé de la jeune anglaise et les morceaux énergiques et torturés du jeune anglais. A réécouter et à revoir sans faute si l’occasion se présente. 

We love green festival

Juste une photo en passant de Father John Misty (Joshua Michael Tillman)  les seuls en fait qu’on n’ait pas vraiment écouté parce que bon, il faut bien faire des pauses de temps en temps…

We love green festival

Et flâner un peu dans les allées du festival. Coté public c’est plutôt jeunes et franchement décontracté, coté espace on circule facilement et l'organisation est parfaite (ça c'est surement aussi un peu grâce à miss F que je n'ai pas pu trouver mais que je salue à travers ces lignes...)

We love green festival

Après cette petite pause on reprend par une toute nouvelle chanteuse mais qui fait un peu partie de nos vies depuis des années. Charlotte Gainsbourg on ne connaissait pas encore, mais en concert c’est bien aussi

We love green festival

Une musique très gainsbourgienne en fait où Charlotte sans avoir l’air d’y toucher tient diablement bien la baraque et nous donne quelques frissons avant de conclure d’un superbe Lemon Incest.

We love green festival

Quelque fois il ne faut pas s’arrêter aux premières notes, celles de The Internet par exemple ne nous accrochent pas vraiment les oreilles à tel point qu’on va s’asseoir sur le côté de la scène (enfin je ne parle pas de Lisa là). Et puis non finalement, la suite me fait me relever et je suis véritablement conquis par la fraîcheur et la bonne humeur de leur R’n B enthousiaste et joyeux.   

We love green festival

Et Björk bien sûr pour terminer. Alors si c’est visuellement exceptionnel et musicalement recherché.

We love green festival

Comme d’habitude La dame islandaise ne s’exprime pas beaucoup et c’est vraiment à travers sa musique qu’il faut aller chercher l’émotion. Si ça marche, je trouve que ce n’est quand même pas sur tous les morceaux et après quasiment tout son dernier disque plus 5 morceaux picorés dans 5 autres de ses albums.

We love green festival

Même si je savais que ça n’arriverait pas j’aurais vraiment aimé que madame tombe le masque et nous serve une autre partie de set endiablé comme elle en avait le secret il y a quelques années. Mais bon ce ne serait plus la tournée Utopia du coup, mais aller peut-être qu'un jour à nouveau...

Voilà en tout cas un festival super sympa et pas compliqué, qui si il n’est pas exactement dans notre cœur de cible musical nous a encore fait découvrir des choses magnifiques. De quoi un peu plus encore saturer toutes mes playlist Deezer mais c’est ça la musique une source infinie de découvertes et de plaisir. Et la saison des festivals ne fait que commencer alors comme sur la neige, le glace ou le rocher peut-être pourra-t-on s'y croiser.  

Partager cet article

Repost0

commentaires