Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 19:06

Il y avait longtemps que j’avais envie d’aller faire un tour dans la face ouest de la Pointe de l’Observatoire où 4 voies sont tracées. L’approche décrite dans le Topo Maurienne paraissait bien compliquée et pour cause c’est pas du tout par-là qu’il faut y aller. La logique est vraiment d ‘accéder à cette face depuis Pralognan (Les Prioux) : 1000 mètres de déniv pour aller à l’attaque et retour tranquille par le col d’Aussois. Les belles photos de Cécile achevant de nous convaincre on y va donc ce jeudi.

Dans le vallon d’accès, le soleil se lève sur la Pointe de l’Observatoire…ça paraît encore bien loin vu d’ici.

Mais après environ 2h30 d’approche tranquille la face est en vue. 10 longueurs encore bien à l’ombre avec un petit névé d’attaque qui n’a l’air de rien mais qui est tout gelé et avec lequel il faudra ruser

Il est 11h le soleil n’est pas très loin mais on attaque «Trop tard Babar» sans l’attendre, rocher un peu froid.
Très froid trouve Antoine aux prises avec un beau passage pas facile dans L2.
L3, 11h30 ça y est le soleil nous rattrape, il ne nous quittera plus.

Sauf brièvement dans la traversée de L4 magnifique et tout en finesse coincée entre 2 surplombs. Dans L5 c’est mon tour et l’occasion de vivre une expérience inédite. Ca commence par de la dalle en 6a (classique pour le style de la voie) puis se termine par un dièdre et un petit surplomb. J’aime moins mais aller c’est riche en prises. Trop riche en fait car si aucune ne me semble branlante, il fallait choisir…ou tirer moins fort… Alors que je vais monter pour mousquetonner le point suivant, ça lâche main gauche, j’ai juste le temps de crier «pierre» et de suivre avec angoisse le gros bloc qui se dirige vers Antoine…Ouf !!! 1 mètre à gauche en tenant compte de l’esquive et loin de la cordée plus bas dans la voie d’à coté («Ni vu ni connu»). Je fais ensuite le point pour moi, tout va bien le spit du dessous n’était pas loin, je me suis juste un peu érafler la main droite que j’ai laissé traîner dans une fissure pendant la courte chute.  Bon un premier vol surprise en grande voie finalement c’est pas si terrible (quand c’est bien équipé comme ici). Ca rappelle aussi qu’en dépit de l’équipement, à cette l’altitude avec une fréquentation moindre et malgré le rocher apparemment très sain, on est quand même en montagne et il faut toujours être vigilant. 

Antoine survivant souriant du bombardement émerge du petit surplomb marquant la fin de L5.
L6, toujours de la superbe dalle.

Je repars dans L7 encore tout en finesse et Antoine attaque un joli petit dièdre pour varier un peu. Il reste ensuite un joli passage de 6a bien obligatoire dans l’avant dernière longueur.

Puis une dernière longueur en 5c un peu plus sableuse pour sortir sur l’arrête.

Là haut c’est la foule des grands jours, normal c’est un 3000 vraiment facile d’accès coté est et le cadre et le panorama sont splendides. Pour nous la descente est paisible et relaxe quoique 1300 m de descente sans les skis, c’est là qu’on commence à ressentir l’usure du temps…
Plus bas beau coup d’œil au passage sur Glière, Epena, Grande Casse... La Vanoise et ses belles escalades faisables à la journée c’est vraiment le top pour des pères de familles occupés comme nous. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

J
Tiens mais maintenant que tu le dis si moi je suis encore très très jeune...mon compagnon Antoine est lui aussi grand père mais chut....
Répondre
J
"...c'est vraiment le top pour des..grands pères de famille comme nous..." de pouvour profiter d'un jour de semaine tout comme certains pères de famille(merci Caplain et sa précision...).Côté rochers pourris les "vieux "vous ont battu à plat de couture comme tu as pu le lire...côté difficultés...Sinon sympa la nouvelle présentation du blog.Sortie di Bona le "caillou" ? Amicalement
Répondre