Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 17:27

Agnès ne connaissant absolument pas le coin je profite de mon petit repérage de vendredi pour lui proposer une balade VTT au départ d’Aussois ce dimanche.

VTT au dessus d'Aussois

On choisit la méthode douce, une montée par le télésiège du Grand Jeu et nous voici sur la piste qui conduit au vallon de la Fournache.

VTT au dessus d'Aussois

Après un départ un peu hard où on a poussé un peu, ça monte cool et le panorama est sympa.

VTT au dessus d'Aussois

A l’entrée du vallon par un autre court passage bien raide (où on pousse encore peu) on accède au replat sous le Petit Chatelard.

VTT au dessus d'Aussois

De là on laisse les vélos pour continuer à pied, d’abord en direction du refuge de la dent Parrachée qu’on pourrait presque toucher…

VTT au dessus d'Aussois

Puis un peu plus haut en direction du Grand Chatelard vers lequel Agnès ne manque pas d’admirer l’élégant profil de notre voie de vendredi.

VTT au dessus d'Aussois

Après tout ça retour aux vélos et descente sur notre « nouveau refuge préféré »…

VTT au dessus d'Aussois

Où encore une fois on profite de l’accueil, des petites douceurs, de la bière… Mais le temps passe et comme c’est plutôt orageux aujourd’hui,

VTT au dessus d'Aussois

on ré enfourche les vélos pour une redescente vers les lacs.

VTT au dessus d'Aussois

C’est toujours très panoramique…

VTT au dessus d'Aussois

Un joli single pas très difficile qui coule naturellement sous les roues.

VTT au dessus d'Aussois

Vers les lacs il se transforme en piste.

VTT au dessus d'Aussois

Puis à nouveau en single, parfois plus technique, après le franchissement du second barrage. De là on se laisse porter au gré des chemins rencontrés.

VTT au dessus d'Aussois

Et après aussi quelques passages moelleux à souhaits dans de l’herbe fraîchement coupée puis une dernière portion en single, on se retrouve sur la route un peu plus bas que le village d’Aussois. Une dernière remontée et hop nous voilà à la voiture, enchantés par ce petit tour qu’on pourra corser à souhait en zappant le télésiège et en composant au fil des nombreux parcours VTT fléchés et décrits dans la brochure VTT de la station. Ah oui une dernière chose coté grimpe, je pense que si on revient grimper au Grand Chatelard probablement pour changer on essaiera l’approche en VTT, vue la configuration des lieux ça peut vraiment être ici une manière efficace de marier les deux activités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans VTT
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 10:06

La journée de vendredi promet d’être fraiche et lumineuse alors allez on va marcher un peu (si, si on peut encore le faire…)

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

1h30 qu’ils disent pour se rendre au pied de notre voie, sentier paisible et jolie vue

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Les averses de ces derniers jours ont laissé un joli saupoudrage sur les sommets.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Le soleil arrive quand on approche de l’objectif et c’est bien car le vent souffle fort alors une petite compensation thermique n’est pas de refus. Tout est parfait pour attaquer cette voie aux couleurs et au rocher exceptionnel.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

C’est toujours raide et cette quartzite colorée ou parfois translucide, en grosses strates ou blocs enchâssés les uns dans les autres, proposent vraiment des mouvements interressants.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Délicats équilibres ou passage un peu plus physiques.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Avec en plus un équipement béton alors il n’y a plus qu’à profiter…

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Malgré ce qu’on pourrait parfois penser, aucun bloc ne bouge, du coup effectivement même avec cette raideur on reste dans le 5c.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Un bon 5c quand même où il faut bien se placer et ne pas trop trainer par endroit sous peine d’avoir un peu mal aux bras

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Comme ici dans le haut de L3 où si c’est un poil déversant, les prises restent relativement généreuses

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Tous cela dans un cadre paisible mais lui aussi  exceptionnel.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Bref on a vraiment adoré, comme la vue des prairies sommitales elle aussi au diapason de la voie.  

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

En redescendant pour une fois on ne boucle pas par le refuge de la Dent Parrachée et l’inénarrable Franck, pour repasser  directement par le refuge de la Fournache. Ce matin on avait dit à la gardienne qui nous avait salué « A tout à l’heure » alors nous y voici.

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

Belle terrasse, refuge tout mignon et gardiens très sympas assurément une halte conviviale et sereine pour se poser dans le coin. Si on en a l’occasion on reviendra volontiers y passer une soirée…  

L'emigré d'au-delà de la conduite forcée au Grand Chatelard

En attendant après un peu de farniente en terrasse à mater les lenticulaires qui coiffent les sommets (ce matin les alpinistes de la Dent Parrachée avaient du mal à tenir debout sur l’arête), il ne nous reste plus qu’à rejoindre la civilisation enchantés par cette petite balade fraiche et tonique dans un air limpide comme savent nous en réserver les lendemains de perturbation avant le retour (ou pas) de la touffeur de l’été.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 06:39

Des envies de vertes et paisibles pelouses et l’occasion de découvrir un coin où jusque-là on n’a fait que passer, direction le Plan de la Lai dans le Beaufortain. C’est sous un déluge comme on en a rarement vu qu’on y arrive vers 22h ce samedi soir.

Le Rocher du Vent

Le lendemain matin si c’est encore un peu humide, le soleil et les nuages  nous gratifient de jolis contrastes

Le Rocher du Vent

Vers 8h30 on part en direction du Rocher du Vent. Agnès y monte par le GR moi j’y vais par la Via Ferrata, il parait que celle-ci est très belle.  Sa première partie suit plus ou moins le fil de l’arête et permet l’accès au plateau sommital puis au sommet.

Le Rocher du Vent

De celui-ci on peut contempler à loisir la deuxième partie qui chemine élégamment sur toute une suite d’aiguilles avec pour passer de l’une à l’autre un « pont népalais » plein gaz.

Le Rocher du Vent

Pour la rejoindre il faut redescendre du sommet pour accéder au petit canyon qui sépare les 2 parties.

Le Rocher du Vent

Dans celui-ci je retrouve Agnès et tandis qu’elle va contempler le fameux pont d’en dessous, je vais le rejoindre en gravissant le raide éperon sur sa droite.

Le Rocher du Vent

Dans la traversée (photo Agnès), ici on quitte le domaine de l’escalade pour accéder à un peu de funambulisme et s’il n’y a aucun danger ce n’est pas dans ce genre de passage que je suis le plus à l’aise…   

Le Rocher du Vent

Après celui-ci depuis ma « proue de navire » je contemple les premiers ferratistes qui arrivent sur le sommet principal (ce matin après avoir doublé 2 personnes juste avant d’attaquer, j’étais le premier et seul dans la Via donc). La suite est principalement en chemin avec quelques barreaux avant de redescendre pour rejoindre un tunnel de 200 mètres qui permet de retraverser la montagne. Pour  parcourir l’ensemble de la Via j’ai mis à peine une heure en mode « grimpeur » (c’est-à-dire en prenant quelques libertés avec l’assurage, en fait je me suis longé uniquement pour le passage du pont….). L’ensemble est effectivement assez joli et permet d’accéder à un vrai sommet, puis au prix d’un cheminement varié, de visiter tous ses satellites, le tout au milieu d’un panorama exceptionnel (bon un peu ennuagé pour nous aujourd'hui...) ce qui est plutôt rare pour une Via Ferrata.

Le Rocher du Vent

Après cela je recroise Agnès au chalet de la Lauze. De celui-ci je lui propose de refaire le tunnel dans l’autre sens, en procédant ainsi on peut faire le tour complet du Rocher du Vent.

Le Rocher du Vent

C’est plutôt élégant et l’étroit sentier balcon qui suit le tunnel offre des vues sympas sur les alentours. Ici le lac de Roselend.

Le Rocher du Vent

Là le lac de la Gittaz et au-dessus d’Agnès les aiguilles ou se déroule la deuxième partie de la Via.

Le Rocher du Vent

Après il suffit de remonter au col de la Lauze (deuxième passage pour Agnès) pour boucler le tour. Tiens mais c’est encore le Rocher du Vent !!! À gauche le sommet principal, au centre l’entrée du canyon qui sépare les 2 parties de la Via.

Le Rocher du Vent

Voilà il ne nous reste plus qu’à redescendre sur le Plan de la Lai où après un café/myrtilles au bar, une dernière promenade digestive sur le Roc du Biolley nous offre encore quelques coups d'oeil sympathiques.  Pour conclure un dernier point coté escalade, sous le tunnel dans l’imposante falaise SW du Rocher du Vent nous avons vu des grimpeurs se préparer, probablement pour cette voie, elle a l’air bien raide mais les cotations y semblent raisonnables…  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans Balades
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 18:33
Promenade du matin

Serions-nous les rois du monde ?  Non surement pas, mais juste des grenoblois heureux de redescendre dans la vallée pour commencer leur journée de travail.

Promenade du matin

Avant cela, un départ de la ville encore endormie, une petite fraicheur en sortant de la voiture, vite oubliée par une courte mais tonique marche d’approche. Et hop les premiers rayons nous caressent délicatement.

Promenade du matin

La lumière du matin c'est toujours magique.

Promenade du matin

L’escalade est facile mais esthétique.

Promenade du matin

Juliette  en réapprend quelques rudiments

Promenade du matin

Un dernier pas…

Promenade du matin

Et hop, finalement si, peut être que ce matin on était vraiment les rois du monde… du notre en tout cas.

Promenade du matin

Pour le rejoindre d’ailleurs (c’est que le devoir nous appelle) il nous reste plus qu’à descendre. Facile puisque je connais. Eh bien non justement car même si il me semble qu’on est monté un poil trop haut et que je me dis qu’il suffit de rejoindre la combe et de suivre la barre rocheuse à main gauche… En fait c’est plus subtil que ça, en effet  si on regarde bien la carte (ce qu’on ne fait jamais quand on va dans un coin qu’on connait trop bien ah, ah, ah !!!), on voit que c’est pile à cet endroit que l’arête à Jojo rejoint la barre principale de l’Ecoutoux. Du coup, à une vingtaine de mètres de dénivelé près, la combe dans laquelle on a pris pied (au prix d’un petit rappel de quelques mètres mais ça c’était plutôt rapide et fun) n’est plus la bonne. C’est pour ça que je ne reconnaissais pas vraiment la descente (même si elle est assez ressemblante) et que celle-ci me paraissait bien plus longue qu'attendu…  Enfin bon chemin faisant une fois qu’on a acté la bévue, rien de bien grave, c’est juste un peu plus long et assez formateur pour ce qui est du cheminement en terrain varié (pour ne pas dire franchement pourri…). Vers le bas on tâtonne un peu avec quelques brèves remontées pour s’écarter de la barre rocheuse avant d’atteindre enfin un vrai chemin et un charmant vieux pont qui nous permet de franchir tranquillement le ruisseau de Vence. Voilà il ne nous reste plus qu’à couper encore droit dans la forêt, en montée cette fois-ci, pour rejoindre la route puis la voiture. Un parfum de découverte et une boucle un peu plus sportive que prévu finalement, mais ça ce n’était pas pour nous déplaire.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 23:12

Un petit peu d’escalade avec l'ami Jacques entre toute une série de concerts (eh oui c’est l’heure des festivals d'été alors on en profite à fond : les excellentissimes Flogging Moly au Bataclan, Catherine Ringer, Morcheeba, François and the Atlas Mountains et Camille au Vercors musique festival) .

Une fin d'aprem d'escalade

Une petite marche d’approche

Une fin d'aprem d'escalade

Quelques nuages

Une fin d'aprem d'escalade

Mais aussi du soleil    

Une fin d'aprem d'escalade

 Un joli coup d’œil

Une fin d'aprem d'escalade

Du joli rocher

Une fin d'aprem d'escalade

Assez redressé dans l'ensemble ce qui n'est pas si fréquent dans ce niveau de difficulté modeste

Une fin d'aprem d'escalade

Des relais confortables

Une fin d'aprem d'escalade

Encore du bon rocher

Une fin d'aprem d'escalade

Avant une sortie où décidément on se lasse pas du panorama

Une fin d'aprem d'escalade

Un retour minéral dans les lumières du soir, hum, hum allez c'est sur on est prêt à enchainer avec un week-end d'enfer (de concerts: Musilac, Alba la Romaine et London Grammar à Nîmes pour finir...). Plus d'infos sur cette voie très décontractée ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article