Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 07:49

Ce n’était pas vraiment prévu mais avec cette météo impossible de résister à l’invitation de Nath et Cyril… Nous voici donc de retour sur notre petite falaise de proximité préférée.

Ponsonnas encore...

Approche paisible, belle lumière d’automne…

Ponsonnas encore...

Cette fois on jette notre dévolu sur une voie conseillée par Jean Michel. Malgré tout son travail, la première longueur commune à plusieurs itinéraires n’est pas très propre mais on est prévenu et ce n’est pas très gênant.

Ponsonnas encore...

Car ensuite effectivement c’est particulièrement sympa et homogène dans le 5c/6a. Nath qui reprenait l’escalade après 1 an et demi en prend plein les bras (nous aussi en fait…) mais garde le sourire.

Ponsonnas encore...

A L3 le soleil nous gagne. Cyril passe torse nu. Pff quel frimeur ce Gaydou… bon d’un autre coté il peut car avec sa souplesse de chat il se frise les moustaches là-dedans.

Ponsonnas encore...

La paroi est bien raide alors il faut rester concentré, placé et ne pas trop trainer sinon les bras s’en souviennent un peu…

Ponsonnas encore...

Si les longueurs ne font qu’une trentaine de mètres, elles grimpent tout du long alors il ne faut pas mollir.

Ponsonnas encore...

Dalle raide et quelques fissures c’est assez varié et pour paraphraser Jean Michel on pourrait aussi rajouter "Encore une trop belle fille....".

Ponsonnas encore...

Dans la courte L5 il y a même un petit passage plutôt en adhérence où nos bras se reposent enfin.

Ponsonnas encore...

Et L6 nous propose encore un peu de 5c pour terminer. Voilà merci Nath et Cyril pour cette belle matinée. Et pour la voie, on a bien aimé, elle s’appelle  L’éloge du bas niveau, ben on a trouvé que le niveau n’était pas si bas que ça… Plus soutenue en tout cas que Dragon Rouge et plus beau et plus homogène que Looking for 6a pour comparer à quelques voisines parcourues récemment 

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2018 3 10 /10 /octobre /2018 17:55

Un nouveau petit tour à Ponsonnas, Jean Claude ne connaît pas et le soleil n'est annoncé que pour la matinée alors ça semble parfait.

Dragon Rouge à Ponsonnas

Aujourd'hui on pousse jusqu'à la paroi du Dragon que je n'avais pas encore visitée. La saison avançant vers 10 h l’attaque est encore à l'ombre. Notre voie s'appelle Dragon Rouge, les 3 première longueurs sont raides et grimpent bien. Toutes cotées 5c+ dans le topo nous on trouve plutôt que la difficulté va decrescendo... Donc pour taquiner Jean Michel on dirait plutôt 5c++, 5c+ et 5c+-- …

Dragon Rouge à Ponsonnas

Enfin bon ce ne sont là que vilaines pinailleries... La grimpe y est jolie, le rocher plutôt bien nettoyé et le coup d'oeil superbe. Ici vers le Trident de Cognet pour admirer le profil de ses belles longueurs (plus de détails).

Dragon Rouge à Ponsonnas

Là vers la paroi des Epalus où une cordée s'ébat aussi.

Dragon Rouge à Ponsonnas

Et puis grimper au dessus de l'eau c'est toujours sympa.

Dragon Rouge à Ponsonnas

En plus dans L3 le soleil finit quand même par nous rattraper, alors... Pour le reste de la voie, L4 est de transition.

Dragon Rouge à Ponsonnas

Et L5 qui ne paye pas de mine se débrouille finalement très bien, et outre l'occasion de croiser une structure toute cambonienne, propose encore quelques pas plutôt marrants.

Dragon Rouge à Ponsonnas

Voilà encore une belle petite escalade à l'équipement top, parfaite pour occuper agréablement la matinée de 2 grimpeurs en mode « futurs croulants ». Donc encore une fois merci monsieur JMC.

 

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 23:07

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’est ce qu’on dit aussi en montagne pour attraper un beau lever de soleil par exemple. Du coup c’est ce que je voulais faire aujourd’hui car quoi de plus beau qu’un lever de soleil sur la barrière est du Vercors… Et puis non finalement Nath ne voulant pas partir aussi matinalement c’est un peu plus tard qu’on se retrouve. Eh bien merci Nath car c’est sous quelques gouttes qu’on part de Grenoble et si il ne pleut plus le sol est tout mouillé quand on arrive à Prélenfrey.

Traversée des arêtes du Gerbier

Surement de quoi nous décourager si on y avait été plus tôt pile au moment de l’averse. Là comme il n’y avait quand même pas de pluie annoncée avant le soir on y va.

Traversée des arêtes du Gerbier

Montée paisible et souriante.

Traversée des arêtes du Gerbier

Et nous voilà en vue de la traversée des arêtes.

Traversée des arêtes du Gerbier

On se prépare et hop on attaque, c’est qu’on va tout là-bas au fond. Au début "ça glisse un peu sous les souliers" comme dirait nos amis Suisses...

Traversée des arêtes du Gerbier

Et puis ça s'arrange rapidement, le rocher est sec la progression agréable et le temps ne cesse de s’améliorer.

Traversée des arêtes du Gerbier

Le fameux passage du rasoir. Impressionnant de loin, très facile en fait mais terriblement esthétique.

Traversée des arêtes du Gerbier

Plus loin, soleil et joli calcaire.

Traversée des arêtes du Gerbier

Un peu de contre-jour.

Traversée des arêtes du Gerbier

Pas mal de gaz quand même versant Prélenfrey.

Traversée des arêtes du Gerbier

Et flying Nath…

Traversée des arêtes du Gerbier

Au sommet on pensait avoir un peu de vent de sud mais non même pas, alors comme les autres cordées sont encore fort loin on prend nos aises pour une longue pause.  

Traversée des arêtes du Gerbier

Un peu plus tard le rappel

Traversée des arêtes du Gerbier

Puis la remontée d’un bon pas au pas de l’Oeille.

Traversée des arêtes du Gerbier

Sous les Sultanes et leurs belles voies d’escalade on profite des éboulis pour gagner du dénivelé rapidement et sans effort.

Traversée des arêtes du Gerbier

Avant de terminer cette belle boucle dans les couleurs de l’automne. Après l’avoir souvent parcourue en solo, en emmenant des amis ou en sortant des voies de la face est, la dernière fois que je l’avais faite c’était il y a 10 ans avec Lisa et bien c’est toujours aussi plaisant. On peut aussi y venir en hiver à la sortie d’une goulotte de la face ouest par exemple.

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 11:29

En voilà une belle œuvre concoctée par notre ami Jean-Michel, c’est vrai que cette belle structure vivement élancée voir carrément coupante était bien tentante.

Le Trident de Cognet

L’approche par le Drac est hyper simple et rapide.

Le Trident de Cognet

On commence par 3 belles petites longueurs pas trop dures (5c) sur le fil acéré de l’arête.

Le Trident de Cognet

Une longueur de transition qui permet de voir la suite, une jolie longueur de 5b puis un des must de la voie, une raide et longueur de 6a pour atteindre le sommet de la première pointe.

Le Trident de Cognet

Antoine à l’œuvre dans cette bien jolie longueur.

Le Trident de Cognet

La suite permet de passer de pointe en pointe et c’est vraiment super esthétique… ici de R7 vu sur R6.

Le Trident de Cognet

Antoine désescalade la première pointe pendant que la cordée qui nous précède est sur la dernière que l’on rejoint par un rappel de 28m (n’essayer pas avec 25 ce n’est pas loin mais ça ne passe pas, il y a dans ce cas un rappel intermédiaire).

Le Trident de Cognet

L’arrivée à R7  

Le Trident de Cognet

L8 commode mais toujours diablement esthétique perchée quelques centaines de mètres au-dessus du Drac.  

Le Trident de Cognet

Dans L9 une variante à droite (6a+ ?  --> 5c+ d'après maitre JMC et il a surement raison, on a du se laisser impressionner par le bombé en A0 tout proche...) permet d’éviter les 3 points d’A0. On ne s’est pas arrêté au relais intermédiaire, ça le fait bien et ça donne encore une superbe longueur d’une trentaine de mètres. La suite consiste en une longueur facile où il faudra gérer le tirage puis encore une longueur avec un petit passage de 6a pas inoubliable (évitable par une variante à gauche) et voilà on y est.   

Le Trident de Cognet

Quelques minutes de marche et on retrouve la voiture avec laquelle il est possible, en prenant le pont de Cognet, d’aller admirer d’en face la superbe structure que l’on vient de gravir… Assurément une fort belle grimpe sur un rocher beaucoup plus clean que dans les autres secteurs de Ponsonnas tout proches.

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 23:03

S’offrir un petit coucher de soleil quoi de mieux en ce moment et tant qu’à faire autant y aller en grimpant. On se retrouve donc en début d’après-midi à Freydières avec Jacques direction le Lac du Crozet. Petite surprise au départ, la route est barrée aux 4 chemins pour cause de travaux forestiers, bah ça allonge juste un peu la marche et ce d’autant plus que chemin faisant je m’aperçois que j’ai oublié mes chaussons à la voiture. J’en suis quitte pour un cours A/R au sprint…

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Enfin bon voilà après tout ça on y est, avec les premières couleurs d’automne.   

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Dans le verrou au-dessus du lac on a tout le loisir de mater notre ligne du jour, Samiloup une voie toute récente ouverte aux Dents du Loup que Lio m’avait signalée.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

15h30 on attaque, brr c’est encore à l’ombre. Du coup nos impressions sont mitigées sur cette longueur avec ce rocher froid, un peu gras et pas toujours si solide que ça…

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Enfin bon c'est quand même joli, l’équipement est bien pensé et  les grosses prises crochetantes disposées de-ci de-là, sont elles bien solides.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Plus haut L2 est encore assez grimpante et surtout elle nous permet de rejoindre notre graal du jour… le soleil !!! . Pour infos à cette époque il touche le bas de la voie vers 16h30.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

A R2 du coup, de face ou de profil, tout de suite on est beaucoup mieux.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

La paroi est somme toute assez raide offrant donc quelques perspectives presque vertigineuses.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Au-delà du début de L3 ça devient plus facile, mais il reste néanmoins un petit pas teigneux dans L4.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

De R5 un gaz presque ébouriffant….

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Et hop nous voici sur la croupe herbeuse qui mène à la classique traversée des Dents du Loup. Une longue pause pour profiter de l’instant…

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Et dans l’embrassement final on attaque la descente.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

La paroi du jour, un œil attentif pourra distinguer Jacques repassé à l’attaque pour récupérer le sac qu’on y avait laissé.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Vers le lac, on profite jusqu’au bout de cette lumière assez démente.    

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Le long du lac, presque les derniers rayons.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Sous le verrou du lac, ça y est cette fois on dit au revoir au soleil.

Samiloup pour un coucher de soleil aux Dent du Loup

Plus bas, l’horizon rougeoie, Grenoble est déjà dans le noir et nous on sortira même la frontale sur la fin pour un retour vers 20h30 à la voiture. Voilà, une marche d’approche et une voie d’escalade tonique conclut par un retour embrasé… What else !!!  

Partager cet article

Repost0