Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 17:49

Presque impossible de rester en bas aujourd’hui, alors on est monté là haut, pour la lumière, pour les couleurs, pour le plaisir de l’escalade et aussi pour la vue.

vuA travers ce joli col enneigé saurez-vous me dire quelles aiguilles contemple Jacques ? Très connues les belles ainsi que la course d’arête qui les parcours.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:39

Après avoir réussi il y a deux ans à vaincre les réticences de Lio par rapport à l’escalade, il était grand temps de remettre ça. Cette fois je choisis une voie qui, si elle est à peine plus difficile pour ce qui est de l’escalade, est quand même nettement plus impressionnante pour ce qui est de l’ambiance, paroi plus haute, traversée d’arêtes, rappels, tout ça avec un poil de gaz.

leloup1Après un marche d’approche menée tambour battant, l’objectif est en vue, 6 longueurs en versant ouest de l’oreille du loup prolongée par la traversée des arêtes en direction du Tabor.

leloup2La voie d’abord, elle s’appelle "Viens voir le loup", l’attaque et la fin sont assez raide pour cette difficulté (5a) rendant l’escalade fort piquante pour Lio qui n’avait pas touché ses chaussons depuis 2 ans. Ici dans L1

leloup3Après 2 longueurs plus proche de la marche, de la grimpe à nouveau sympa dans L4.

leloup4Et même pas mal de gaz dans la facette terminale, super non ? Lio pour quelqu’un qui a soit disant peur du vide je me demande bien ce que tu fais là…

leloup5Et ce n’est pas fini, après une petite pause au sommet c’est maintenant un beau rappel qui nous attend. Pff…encore une histoire de «saut» dans le vide, vraiment pas très naturel tout ça. Et puis non, après une petite démo et les explications d'usage c'est finalement assez plaisant.

leloup6La suite est du même tonneau, si l’escalade est facile, l’assurage est plus ténu et le vide, traversée oblige, semble plus présent. La progression devient un jeu où il s’agit de trouver le meilleur cheminement, fil de l’arête, versant est, ouest, intéressant tout ça non ?

leloup7Et voila le grimpeur débrouillé (et soulagé ?) en termine avec cette jolie traversée et ce beau moment partagé à cheval entre Matheysine et Taillefer.

leloup8Il ne nous reste plus qu’à descendre tranquillement en rejoignant le chemin d’accès au Tabor pour un retour calé sur le coucher de soleil

leloup9Parce que bon en cette saison quoi de plus magique pour clore à merveille cette échappée belle.    

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 20:31

Avec Lio on s’est échappé pour l’après-midi, alors après 600 mètres de marche d’approche expédiée au pas de course, 6 longueurs d’escalade, on en termine par une petite traversée d’arête.

apremIl est presque 18 h la lumière va bientôt devenir très belle et un petit vent de nord fait voler notre corde, c’est sûr on préfère être là qu’en bas. Mais où est-on d’ailleurs ? Vous trouvez ?

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 21:44

Enfin un mercredi aprem de disponible alors pourquoi pas aller découvrir cette voie toute récente, pas loin de Grenoble et à 2 pas de la voiture. Après l’escalade plutôt exigeante de ce week-end, là ça devrait être plutôt cool, car comme le dit Jean Claude on n’est pas toujours obligé de se fatiguer

me0Coté approche effectivement ça part bien, pas plus d’un petit quart d’heure.

me1Pour l’escalade c’est pareil, c’est peu soutenu centré sur le 5a/b avec 2 courts passages de 5c. Jean Claude dans L2 juste sous les quelques pas de 5c.

me2Malgré un départ à 14h30 et une orientation est on grimpera quand même pas mal au soleil, de toutes façons même à l’ombre aujourd’hui il faisait vraiment très bon.

me3Rien de vertical, une escalade très peu physique essentiellement sur les pieds et coupée de nombreux replats mais avec de jolies perspectives quand même.

me4Après les 5 première longueurs on atteint une large vire et à partir de là la paroi se couche vraiment. Si on accepte de "marcher" un peu il y a cependant encore quelques très courts mais jolis passages. Ici au dessus de Jean Claude ou par exemple en fin de L8 où les quelques mètres de 5c sont sympas.

me5Voila en 2 heures on est au sommet de ces 9 longueurs, au total une voie bien tranquille donc et très bien équipée. Elle conviendra parfaitement pour l’initiation au 5 (en tête les quelques très courts pas de 5c sont néanmoins quasi obligatoire) dans un cadre sympa et dans un secteur qui ne possédait guère de voie. Pour la descente sur les conseils d’un grimpeur rencontré à la voiture, nous n’avons pas fait les 5 derniers rappels. De la grande vire nous sommes descendus à pied par la droite. Moyennant un petit sens de l’itinéraire et une habitude du terrain instable ou à chamois ça passe bien (à déconseiller toutefois surement au montagnard débutant…).    

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 18:08

Je suis un peu à plat en ce moment mais ça fait deux semaines que je n’ai pas grimpé alors difficile de résister à la belle journée d’automne qui s’annonce. Du coup même si c’est un peu loin c’est avec grand plaisir que je pars découvrir ce coin avec Antoine.

gv0Départ du barrage d’Emosson,  il est 9h et tout ça brille des mille feux des matins d’automne.    

gv1Pour rejoindre les aiguilles une petite heure et demie de marche tranquille nous attend (enfin ça monte un peu quand même). Un balcon parfait sur tout le massif d’en face, Chardonnet, Argentière, Droites (la Ginat a encore l’air bien blanche…), Verte, Drus (même pas bougé aujourd’hui), Dent du Géant et un peu plus loin Aiguille du Midi et Mont-Blanc.  

gv2Les Perrons, large paroi bien raide et qui a de l’allure vue d’ici. Plein Centre notre voie du jour La Grevolle directe.

gvpJPG

 

 

 

 

 

 

 

Si nous serons seul dedans, 5 autres cordées grimperont dans le secteur parcourant Bigger Band, Squatteur de Lune ou Bada Boum. Tout le monde laissant le secteur de droite à un prolixe ouvreur, bienfaiteur des grimpeurs, en plein ouvrage aujourd'hui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gv3Pour nous après 2 longueurs d’échauffement on rentre rapidement dans le vif du sujet. Un granite très redressé dont j’ai eu un peu de mal à bien sentir l’adhérence.

gv4L5 où commence le très beau mur central. Dans la zone clair à droite une longueur de 7a de Bada Boum abordée en toute décontraction par les 2 sympathiques cordées de Suisses avec qui on a fait connaissance à l’attaque. 7b max, 6c obli, on sera de retour avant eux en bas, on n’aura donc pas l’occasion d’en discuter, mais vu de profil cette voie avait vraiment l’air majeur…

gv5Nous on continue, ça grimpe presque toujours dans le 6a avec quelques passages en 6b. Les longueurs sont plutôt longues et aujourd’hui j’ai parfois un peu de mal.

gv6Magnifique ambiance, on se croirait presque dans un Big Wall.

gv7Après 7 ou 8 longueurs de cet acabit, la dernière courte et enfin facile permet de déboucher pile poil au sommet, ouf !!! plus de 400 m de paroi raide ça se mérite…

gv8Vue originale pour moi, Antoine prend la pause devant le Mont Ruant et le Lac d’Emosson.

gv9Plus à gauche le barrage du Vieil Emosson, un secteur que je reviendrai volontiers visiter pour d’autre activités (balade, ski, VTT…)

gv10Et en face le fameux massif, avec ici, le glacier du Tour et l’aiguille du Chardonnet qui fait sa timide au milieu des nuages.

gv11Dans le sens de la descente, c’est nettement plus facile. Avec notre 60 mètres on l’a faite en 7 rappels, c’est finalement assez rapide, à part dans la dernière et la deuxième longueur la corde glisse toute seule (pour les rappels on a doublé R8 à R6, R6 à R4, R4 à R2 mais attention il faut vraiment 60 mètres). Escalade splendide, température agréable,  panorama exceptionnel, une bien belle journée d’automne où comme d’habitude, malgré la petite flemme initiale, on ne regrette pas de s’être levé tôt et d’avoir marché un peu.  

Partager cet article

Repost0