Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 19:34

4 ans après (déjà !!!) on renouvelle l’expérience des "Bertonches à Séloge" en version masculine cette fois. Tom remplace Lisa et Yves renoue à nouveau avec l’escalade pour la deuxième voie de sa vie.
pff1Comme il y a quatre ans la falaise n’a pas bougé et Yves la fait découvrir à Thomas. Aujourd’hui je choisis une voie que je n’ai pas encore faite "Père fils", sur le papier c’est un peu plus dur que les voies les plus faciles de la falaise (Où est tu Maeva, Fœtus) mais bon on verra bien.

pff2Après révision des quelques fondamentaux (relais, assurage), la cordée est en ordre de marche à R1.

pff3Chemin faisant, effectivement l’escalade très centrée sur le 5b/c n’est pas si évidente que ça, il faut vraiment se servir de ses pieds, chose pas toujours facile quand on pratique peu. De plus les longueurs font toutes au moins 45 mètres, ce qui vaut aux jeunes padawans une concentration longue et accrue. Après 4 longueurs uniquement dalleuses, pour changer un peu je bifurque vers L5 de "Petit caillou"
pff4Après une très jolie fissure la dalle finale est assez fine avec quelques pas de 5+/6a. Le niveau monte donc encore un peu mais les jeunes ne m’en veulent pas (enfin pas trop…)  car c’est vraiment très beau. Bon après tout ça comme une certaine fatigue bien compréhensible se fait sentir, on tire encore une peu plus à droite pour terminer par les 2 dernières longueurs de "Fœtus".

pff5La difficulté redescend dans le 5a/b, petit écart me direz vous mais après 7 longueurs ça change tout. Tom montre la voie à Yves.
pff6Qui en termine sur de  jolis mouvements avec enfin une fissure bien franche à se mettre sous les mains. 

pff7Une version de plus de la traditionnelle photo sommitale et de tout le plaisir qui va avec, pêle-mêle, poser enfin ses chaussons, manger un bout, boire un coup (quoique il ne nous restait plus grand-chose…), apprécier enfin le moment partagé… Bravo Tom c’était ta première voie un peu sérieuse et merci Yves toujours aussi enthousiaste à pratiquer des sports proches de tes origines mais bien loin de tes activités habituelles.
Et pour les grimpeurs qui voudraient aller faire «Père fils», il y a beaucoup mieux à Séloge dans ce registre de difficultés ("les Temps modernes" par exemple), de plus l’équipement parfois fort lointain pourra mettre dans l’embarras quelqu’un qui ne serrait pas à l’aise dans le 5c dalleux d‘ici.

Partager cet article

Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 22:22

ten1 Le deuxième jour de notre "week-end" commence sous les meilleurs auspices puisque contrairement à il y a deux semaines on a enfin droit au levé de soleil sur le Pelvoux.


ten2Toujours pour profiter des dernières nouveautés de Jean Michel c’est vers les Tenailles qu’on va. La dernière fois que j’y étais venu c’était en juillet 1988, autant dire dans une autre vie, quand je faisais encore régulièrement de l’alpinisme. La veille on avait fait le couloir Chaud (voir ici une photo d’époque et une plus récente pour juger du recul glaciaire) et pour se reposer on était venu aux Tenailles faire le classique Eperon Renaud. Aujourd’hui c’est vers La Fiesta del Sud qu’on va, une des dernières voies ouvertes, trop facile pour vous nous avait dit Jean Michel la veille. Eh bien pas si facile que ça et super jolie en tout cas.
ten3Antoine dans L1 un debut raidasse (6a) avant une fin plus commode. Pour la suite c’est tout en haut à gauche sur la photo qu’on va, ça promet de raides et belles longueurs.

ten4Et effectivement, à part la tranquille traversé de L2 ça grimpe bien.


ten5                       Un calcaire superbe et très abrasif, des longueurs soutenues et même parfois absolument remarquable comme la belle fissure de L6 par exemple.
ten6Un environnement sympathique, le «champignon chancelant» du premier ressaut de l’éperon Renaud est toujours là. On distingue même au dessous un grimpeur au relais dans Péril en la Demeure.

ten7L7 en 6a+, technique mais moins athlétique que les précédentes.

ten8Et un final plein gaz sur le pierrier 250 mètres plus bas. Cette longueur présente quelques pas de 6b relativement finaux. Mais que ça n’effraie pas le grimpeur fatigué, l’équipement y est vraiment très bon.
ten9Perfect n’est ce pas mister Antoine, reste plus qu’à redescendre en 4 ou 5 rappels. Le dernier peut s’éviter par une vire facile mais ca rajoute 100 mètres de pierrier vivant pour rejoindre les baskets (à vous de voir, on a essayé en chausson ça fait mal aux pieds…). Et puis pour conclure, pour toutes ces belles longueurs et pour bien d’autres choses encore, je ne peux que vous conseiller de vous offrir, ou d'offrir, la réédition du livre Est d’Oisans nouveau/Oisans sauvage, il est sorti ce printemps.      

Partager cet article

Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 22:22

Premier jour de notre «week-end» en Briançonnais avec Antoine, au départ ce n’était pas tout à fait gagné. On part de Grenoble ce lundi sous les nuages, à Bourg d’Oisans il pleut et au Lautaret vers 10h c’est brouillard et vent. Exit donc notre objectif initial à la Tour Termier, on poursuit vers le sud pour laisser l’éclaircie prévue arriver.
tav1Vers le sud, vers le sud, où pourrait-on bien aller ? A Tête d’Aval ? une peu ambitieux non vu notre heure de départ du parking (midi) et vu la météo qui traîne encore à s’éclaircir. Pour la paroi principale certes, mais pas pour ses contreforts sud où Jean Michel nous a concocté quelques belles lignes (8 en tout) de 6 à 8 lg peu engagées et relativement rapide d’accès (1 petite heure). Le secteur s’appelle les Rois Fainéants, déjà le nom nous plait bien et puis l’escalade y est fort sympathique et pas si reposante que ça. 


tav2Pour nous cette après midi ce sera 7 longueurs en 6a et 6b fort redressées et souvent bien exigeantes pour les bras.
tav3Sur un calcaire parfois exceptionnel
tav4Et si quelques vires et zones un peu arboricoles coupent effectivement l’élan on ne va pas se plaindre, pour une demi-journée de temps incertain c’est vraiment parfait.
tav5Avec en plus la vraie Tête d’Aval en toile de fond.


tav6De la partie la plus haute on redescend en 5 courts rappels (35 m maximum) et comme on est à Tête d’Aval le denier est entièrement en fil d’araignée, une bonne préparation au célèbre rappel de grand toit.

tav7Un dernier coup d’œil sur la vraie paroi où il y a aussi quelques nouveautés qu’on essayera de revenir gravir un de ces quatre et voila on peut conclure cette belle journée. Enfin belle journée, belle journée presque sans le gros point noir de la soirée… on s’est fait battre à la pétanque par Théo et Jean Michel, bon d’accord ils connaissaient parfaitement le terrain mais quand même pour un point c’est rageant…

Partager cet article

Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 21:29

Cassé le vélo (juste le vélo heureusement), alors il faut bien que lio se remette à l’escalade. Une petite voie au dessus de Chamrousse en cette belle matinée c’est parfait pour une reprise. J’avais fait Tom il y quelques années avec Lisa sans faire les 2 dernières longueurs et j’avais bien aimé. Pour une voie relativement facile c’est redressé et ça grimpe tout le long avec quelques pas de 5/5+ sympa. La suite en images.


tom1Lio fait relais, ça faisait longtemps mais il sait encore faire.
tom3L2, c’est facile (4c) mais c’est raide et ça grimpe
tom2Fin de L3, une très belle longueur terminée par une traversée presque gazeuse.


tom4Dans la deuxième partie on domine l’abime insondable du couloir des Roberts avec une jolie perspective sur les lacs du même nom. Dans cette partie que je n’avais pas gravi avec Lisa, L5 en 5/5+ est remarquable dans ce degré de difficulté. 
tom5Sorite sur l’arête c‘est sûr on est content d‘être là. Mes impressions d’il y a quelques années sont confirmées c’est avec Max au Gd Eulier une des voies les plus jolies et les plus intéressantes du secteur. Un bon échauffement à quelques trucs un peu plus exigeantes ces prochaine jours ? ptête, si la mto le veut bien… 

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 22:44

C’était trop tentant, on confie donc les 6 filles à Alexis et Thomas pour une descente du Tarn en canoë, pendant qu’avec Jacques on va s’offrir une deuxième demi-journée d’escalade. Toujours dans les gorges de la Jonte, dans le secteur du Révérend ce coup-ci où on a repéré une voie de 4 longueurs qui a l’air sympa et qui mène sur une jolie aiguille. Cotations toujours modestes sur le papier (5b, 5b, 5c, 5c) mais voie de caractère…


rev1L1 équipement impeccable en broches scellées mais nous on coterait plutôt ça 5c.
rev2L2 du 5b certes mais là l’équipement est nettement plus lointain, notamment en deuxième partie de longueur tout en traversée (sûrement de belles émotions pour un second un peu juste…).
rev3Belle ambiance sur le vire de R2. Ensuite un passage en dalle redressée permet de prendre pied dans une cheminée qui constitue le clou de la voie.
rev4Le joli dièdre/cheminée de L4, une grimpe à l’ancienne qui pourrait dérouter le grimpeur moderne.
rev5

D’autant que là les protections (toujours sur broches) sont parfois franchement lointaines. La difficulté reste certes très raisonnable mais avec la raideur et les gentils problèmes de placement que recèle ce type d'escalade… enfin nous on a trouvé que c’était une sacrée belle longueur.

 

rev6Avec la satisfaction en plus d’arriver tout en haut d’un sommet très pointu.
rev7

Et coté ambiance ce n’est pas fini car les rappels sont eux aussi plein gaz et parfois en fil d’araignée. Nous en avons fait 2 jusqu’à la vire par crainte de coincement de corde dans la cheminée, pas sûr que ce soit indispensable mais bon.
rev8Pour le dernier par contre, j’ai eu un léger moment de solitude quand en passant un bombé j’ai vu que la corde ne touchait pas… Bon j’avais mon shunt et y avait des terrasses atteignables à droite. Et puis non finalement avec l’élasticité et 50 mètres ça a fait pile poil et je me suis posé en douceur sur la terre ferme (à 45 par contre ça ne passe pas mais il existe un relais intermédiaire à gauche en descendant).
rev9Notre pilier du jour, une sacrée belle voie à faire absolument dans ce niveau si vous passer dans le coin, on ne regrette pas d’avoir zappé la descente en canoë, en plus les filles ont assuré comme des chefs.

Partager cet article

Repost0