Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 23:24

Envie de prendre le frais dans un joli cadre, c’est tout prêt et toujours dans Belledonne, la suite en image.

cr1Approche très verte et même pas trop chaude grâce au fort vent de sud.

cr0Le lac avec notre objectif du jour plein centre.

cr3Ca commence par un éperon où l’escalade est facile et un peu verdoyante parfois. Il faut par contre rester attentif au rocher encore un peu perfectible par endroit.

cr4On rejoint ensuite la face proprement dite et le vide se creuse un peu (y a pas à dire un beau lac ça rehausse l’ambiance).

cr5Distractions botaniques en cours de route, ici un œil attentif remarquera quelques jolis exemplaires d’une plante aromatique alpine permettant de fabriquer un breuvage fort apprécié des montagnards…

cr6Cécile en sortie de L5 où ça grimpe un peu (quelques pas de 5+). Le rocher n’est pas trop mauvais mais encore très lichéneux ce qui fait qu’on grimpe en tête avec précautions. L’équipement abondant aide par contre à la sérénité du grimpeur.

cr7R5 de profil du début de L6 qui s’avérera fort esthétique.

cr8Vue plongeante depuis R6, on se croirait presque au-dessus d’un lac en Corse (dixit Cécile). Vous noterez les fortes risées balayant la surface bleutée (une planche, un Kit…ce serait tentant… des idées pour plus tard ???)

cr9Une dernière longueur encore et on peut pique-niquer tranquillement sur fond de dalles du Galeteau qui font bien envies vues d’ici (à grimper ou même à skier l’hiver). Voilà, la voie s’appelle «L’œil du Crozet», 7 longueurs pas trop difficiles (quelques tous petits pas de 5+ dans L5 et L6) mais où il faut être vigilant quant à la qualité du rocher. Dans les zones faciles où il faut bien rester dans la voie et quand ça grimpe à cause d’un lichen encore bien présent. A noter aussi, toutes les longueurs font entre 45 et 50 mètres sauf L5 qui en fait une vingtaine (ça peut servir pour repérer les relais pas toujours faciles à voir). 

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 23:02

J’avais repéré cette voie l’an dernier en allant grimper dans le secteur. Même si suivant l’angle de vue la paroi parait assez peu élancée voir un peu végétative, la cotation des longueurs semblait promettre une escalade intéressante alors bon, pour continuer dans Belledonne et pour échapper à la chaleur du jour on se laisse tenter.

rp1Derrière Antoine le programme de la journée, «T’es Oulks », 8 longueurs (7a max, 6a oblig) en face Est du Roc du Pendet. Malgré un départ pas trop tardif on a quand même bien transpiré pour venir jusqu’ici (900m de D+ avec heureusement les 600 premiers encore à l’ombre).

rp7L1 qui plante bien le décor, une face certes truffée de vires d’ou un certain manque d’ambiance mais de l’escalade souvent de qualité (6a ici)

rp2L3 jolie encore en 6a+. Comme ça zigzag un peu pour rester sur le meilleur rocher, toutes les longueurs sont assez courtes, une trentaine de mètres en moyenne.

rp3Si on traverse donc quelques jolis jardins suspendus, le rocher bien que parfois un peu lichéneux est bon dans la voie avec seulement un petit bémol dans les passages faciles des 3 dernières longueurs. 

rp4Même s’il y a une certaine raideur, l’escalade est peu physique dans l’ensemble à part un peu ici dans la longueur de 7a.

rp5Plutôt 6c d’après Antoine qui franchira brillamment l’obstacle (moi je peux juste vous dire que ça passe assez bien en tire clou). Puisqu’on parle de tire clou d’ailleurs un mot sur l’équipement, il est bon dans tous les passages difficiles, on peut néanmoins prendre quelques friends surtout pour les longueurs du haut (Antoine très en forme aujourd’hui n'en a pas utilisé).

rp6Après un peu plus de 3 heures d’escalade on débouche dans les prairies sommitales d’où on toise fièrement et non sans un certain aplomb les GR d’accès au Sept Laux (très belle ambiance pour le coup). Reste plus qu’à descendre en rappel, à propos de ceux-ci quelques précisions aussi par rapport à ce qu’on lit ici ou là. Avec une corde de 50m on descend en 4 rappels : R8 à R6, R6 à R4, R4 à R2, R2 à R0 (sans désescalade). Seul R2 est équipé d’un maillon rapide (R3 aussi mais ça ne sert à rien), les autres rappels sont directement sur cordelette (nous avons renforcé celle de R8). Voilà, voila encore un  moment sympa en montagne avant de replonger dans la moiteur grenobloise.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:07

Un joli mot je trouve dont la définition est la suivante : Qui est causé par l’extase ou, en parlant  d’une personne, qui est sujet ou disposé à entrer en extase. Si ça peut effectivement s’appliquer à ce qu’on ressent parfois en montagne, pour ce samedi c’était aussi le nom de la voie que nous sommes allés gravir dans les Aiguilles de l’Argentière.

Au départ on est bien loin de l’extase pourtant car aujourd’hui c’est le jour de la marmotte, célèbre et populaire course cyclo qui nous vaut entre 7000 et 10000 vélos lancés sur les pentes du Glandon. Après avoir failli renoncer on se lance quand même dans la montée où finalement tout ce passera assez tranquillement et en toute amabilité avec les cyclistes.

exta0Réellement impressionnant quand même tout ce monde pédalant.

exta1Plus d’une heure de retard sur le timing prévu donc mais rapide changement d’ambiance, très verte d’abord.

exta2Plus minérale ensuite avec de gauche à droite, les Grandes Aiguilles, le col de la Combe et les Petites Aiguilles où se déroulera notre escalade.

exta4Antoine qui ne connaissait pas est enchanté par le coin. Clin d’œil au passage au chien de la brèche homonyme toujours fidèle au poste. S’il a fait beaucoup trop chaud dans la marche d’approche ensuite ça va beaucoup mieux grâce aux thermiques qui  nous rafraîchissent agréablement. 

exta5Le mollet d’Antoine, fin, galbé, élancé, tonique… les mots me manquent devant tant de puissance, sur fond de Grandes Rousses.

exta6Escalade plutôt raide.

exta9Dalles, belles fissures, c’est varié, homogène et très bien équipée. Même si c’est un peu court c’est diablement plaisant.

exta10Cadre splendide pour l'arrivée très aérienne au sommet où on poursuit par une rapide descente en trois rappels qui nous ramènent au coup de Sabre du Pignolet.

exta3Rentrée tranquille ensuite d'où on peut matter à loisir notre très ésthètique itinéraire sur l’Aiguille de Capdepon. Spécialement pour Olivier P. quelques données plus objectives : 600 mètres de marches d'approche (une grosse heure pour toi), 5lg  de 45 m environ sauf L3 très courte, difficultés : 5c (soutenu), 5a, 6a (traversée dalleuse en fin de longueur), 6a (belle écaille un peu physique), 5c (sur la fin ne pas prendre le dièdre plus facile mais aller un peu sur la gauche sur du joli rocher jaune). Tout est très bien décrit dans le nouveau topo Belledonne. Juste à coté de cette voie se déroule la voie des dièdres moins soutenue mais quasi pas équipée. Je l’avais découverte avec Lio il y a quelques années, nous avions ensuite poursuivi par la traversée des arêtes jusqu’au col de la Combe. Le temps pour moi de prendre conscience de toutes les belles possibilités que peuvent offrir ces splendides Aiguilles à fréquenter aussi l'été et plus seulement en ski l'hiver.   

Partager cet article

Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 22:31

Thomas n’a pas classe aujourd’hui alors je lui propose une Via Ferrata, il est d’accord à condition que la marche d’approche n’excède pas 2 minutes. Celle de Saint Christophe est parfaite pour ça, en plus la présence du Vénéon donne un coté ludique à l’affaire alors y a plus qu’à…

vfsc1Départ au-dessus du flot bouillonnant qui va rythmer notre progression.

vfsc3On peut aussi en profiter d’une autre façon car on est ici au QG de Vénéon eaux vives. 

vfsc4Nous on est parti pour prêt de 500m de traversées, parfois assez gazeuses je trouve, enfin Thomas ça ne lui fait pas plus d’effets que ça…

vfsc6Quelques passages un peu plus tranquilles mais toujours une belle ambiance qui nous rappel un peu Yellowstone ici.

vfsc7Un petit pont de singe pour varier les plaisirs

vfsc8 Et toujours ce cocktail, traversée/hauteur/rivière qui donne une touche vertigineuse à l’ensemble. A noter aussi que pour les enfants quelques points assez éloignés obligent à quelques acrobaties et à quelques pas d’escalade facile. Ce n’est pas pour déplaire à Tom.

vfsc9Il y a juste sur la fin où ça devient un peu trop facile, en plus finalement comme l’heure tourne on commence à avoir sérieusement faim.

vfsc10Mais allez un dernier effort et on repique enfin franchement vers le haut par un joli surplomb pour conclure tous ça sur fond de Tête des Fétoules et dans un grand éclat de rire.    

Partager cet article

Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 22:49

Petit déplacement dans le pays de simetcam, ses pâturages, ses chalets typiques tout mignons, son reblochon et ses multiples parois à grimper aussi.

jal0Aujourd’hui on en choisit une tout prêt de la route, un petit quart d’heure de marche dans les vertes prairies et on est à pied d’œuvre.

jal1C’est dans les contreforts du Jalouvre et si l’ambiance n’est pas toujours très élancée, il y a néanmoins de très jolies longueurs.

jal2L2 par exemple, raide avec un petit passage un peu malin. 

jal3Belle vue sur le Col de la Colombière ou sur les combes des Aravis où on peut mater nos anciennes balades à ski

jal4L5 avec de superbes cannelures.

jal5Simon approche du passage qui a donné son nom à la voie. Un pas tout lisse qui serait beaucoup plus simple mais hélas il «manque un mètre» pour attraper une prise salvatrice.

Jal6Enfin bon nous on est assez grands alors même si effectivement c’est lisse, en montant bien les pieds et en s’étirant à mort, hop on l’attrape cette fameuse prise.

jal7Après ça il nous reste 2 longueurs avec pour terminer un très beau surplomb où Simon se fait plaisir. Voila , quelques rappels et on va pouvoir aller déguster quelques douceurs au col de la Colombière, merci Simon pour ce joli lézardage sur le calcaire de la Yaute (impressions et photos de Simon ici).  

Partager cet article

Repost0