Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 16:32

Après quelques escalades presque fatigantes, au moins pour ce qui est des marches d’approche, on prend pour prétexte une météo incertaine pour en revenir à des choses beaucoup plus tranquille. Direction Séloge pour aller faire Lina.

Ce matin beau soleil sur l’Aiguille des Glaciers et jolis nuages sur le col de la Seigne

Approche courte et colorée

L1 comme l’ensemble de la voie très bien équipée, exceptée juste avant le relais où sur 5 mètres il y a plusieurs beaux pas de dalle obligatoires avant d’attraper la fissure salvatrice (surprenant par rapport au reste de l’équipement de la voie)

Traversée de L2 avec encore un beau pas de 6a au début

Simon tout sourire en approche

L3 courte et tranquille

L4 facile (5b) mais diablement esthétique.

Simon juste après le vrai surplomb de L5

Petit pas de sortie en 6a+ ?.

Dernière longueur encore de la jolie dalle qui rejoint une autre voie sur les derniers mètres, tiens mais cette photo me rappelle quelque chose… Au total 7 longueurs plutôt variées, dalles bien sûr mais aussi belle fissure et vrai surplomb, un vrai plaisir conclut par 10 minutes au sprint pour tenter d'échapper à l'averse (raté...). Pour ceux qui veulent voir les choses sous un autre angle ou qui voudrait me voir «déguisé en D'jeuns, pantalon montagne fashion tout neuf » dixit Cyril c’est par ici.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:04

Envie de profiter de cette belle journée d’Automne. Pour ça rien de tel qu’un peu de marche au petit matin dans un joli cadre complété par une belle voie d’escalade. Ce menu du mercredi ressemble furieusement à celui d’il y a 2 semaines, mais bon, aujourd’hui tout est beaucoup plus cool. Les 1200 mètres d’approche se déroulent en baskets au milieu des myrtillés flamboyants de leurs belles couleurs d’automne et la voie choisie (les Pins Seaux) est beaucoup plus peinarde. Une dizaine de longueurs très centrées sur le 5/5+ avec un équipement béton. Le plaisir est différent donc mais il est bien là. La suite en image.

La facette sud est du Pierroux vue du refuge de l’Alpe du Pin. Pas de chance pour nous celui-ci n’est pas gardé, ça veut dire pas de bière au retour…

Au-dessus du refuge ça serpente tranquillement. Vers la fin néanmoins ça se raidit un peu…

Jacques dans L1, une belle longueur sur du rocher poli.

Début de L2, toujours de la dalle plus ou moins redressée

Vue sur R2, toute la première partie de la voie jusqu’à L5 se déroule sur de belles dalles et l’escalade sans être difficile y est bien continue.

Après L5, par contre c’est un peu plus décousu et pour reprendre les termes du maître «on côtoie parfois le pire».

Concrètement ça veut dire 3 longueurs bien moyennes mais encore 2 très jolies (L8 et L10), le tout dans un rocher demandant parfois quelques précautions…

Enfin tout ça a quand même l’immense mérite de nous amener pile poil sur un pic, une antécime en fait, tout pointu d’où on pourrait se prendre pour «les maîtres du monde».

Enfin non quand même, faut pas exagérer, ça veut juste dire qu’on était fort bien là haut aujourd’hui dans ce petit air agréable et avec une vue sur tous ces sommets fraîchement enneigés. Reste plus qu’à redescendre, 10 rappels dont certains un peu méfiants sur le haut, pas de bières au refuge donc… mais un coucou sympa sur la route du retour à Lise et Cyril qui étaient aussi dans le Vénéon aujourd’hui. C'est comme ça qu'on les aime ces belles journées d'automne.

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 06:09
Je vous laisse trouvez la rime qui convienne au contenu de ce week-end. Une seule chose est sûre c’est qu’avec cette météo moyenne au lieu d’aller courir les montagnes on s’est contenté d'aller picorer les falaises un peu plus bas.Sous un beau soleil et avec un marin samedi matin. Jean Claude débarque de 6 semaines de voilier en Méditerranée, on en a des choses à se raconter donc et c’est avec grand plaisir qu’on a profité des longueurs pas trop exigeantes de la petite falaise de Vizille. Très tranquille le matin puis bien peuplée lors de notre départ. Avec un temps plus couvert et avec Lio dimanche matin sur le beau granite de Saint Léger. Cette falaise propose vraiment de beaux mouvements et des lignes peu habituelles. Finalement c’est bien ludique l’école d’escalade je devrais sûrement en faire plus souvent…




Avant tout ça, Marie-Anne et Michel nous ont donné l’occasion d’une rencontre passionnante chez KA&NAO. Alain Didier a fait de la montagne et de l’alpinisme à un moment. Maintenant s’il se promène toujours dans les montagnes c’est un peu plus bas et avec un tout autre but. Au travers de ses marches, il attrape le rythme de la nature et ramasse toutes sortes de choses pour en faire «semelles de brindilles, tapis d’épines». Un belle rencontre avec un artiste qui vit son art un peu comme nous vivons la montagne.





Et puis aussi pendant tout ce temps si les champignons n’ont pas poussé (rien sur Chamoux ce dimanche, la forêt est vraiment sèche), la marmaille elle, grandit. Bon anniv miss L.

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 22:22
Depuis une expérience ratée l’an dernier j’avais bien envie de retourner faire un tour dans cette belle face. Cette fois-ci on est sûr de trouver l’attaque d’autant plus qu’un échange avec Yann qui est allé faire un tour dans la voie il y a quelques semaines me confirme ce que j’avais vu la dernière fois. Aujourd’hui après une nuit sur place en «camion torche», avec Cyril on y va directement depuis le parking. Une grande et belle journée nous attend et on ne regrettera pas le déplacement. La suite en images (celles où je suis sont de Cyril).

Après un départ vers 6h15, on est parti pour 3 heures d’approche mais ça passe finalement assez tranquillement. Vers 2550 on attaque le glacier, la droite de la face est un peu enneigée mais la zone où se déroule la voie à l’air en bonnes conditions.

Un vrai glacier avec de la vraie glace et des vraies crevasses mais qui passe très bien. Aucun problème cette fois-ci donc pour repérer L1. Dans celle-ci on atteint le premier spit par une rampe à droite. Ce n'est pas très dur mais expo, ensuite une fissure bien raide au départ conduit à R1.

Depuis R1, toute cette première longueur, qui comporte seulement 3 points, est à protéger sur petits friends. A froid ça peut faire un départ un peu rude…

Passée cette mise en bouche, Cyril tout sourire attaque L2, de la dalle redressée avec une petite marche.

Un peu plus haut, ambiance superbe mais équipement espacé. Si les difficultés ne montent pas au-delà de 6b, c'est une voie de caractère et il y a pas mal de 6a obligatoire assez loin du dernier spit. En plus vu l’espacement il faut souvent chercher un peu où ça passe pour ne pas augmenter la difficulté... du coup sur les 14 longueurs à part dans 2 ou 3 ça ne randonne jamais. 

Une longueur qui d’après le topo randonne un peu, du coup je passe en tête.

Bon c’est vrai que ce n’était pas difficile, mais le facile ici c’est du 4/5 avec 4 points sur 40 mètres, on reste donc dans le ton de la voie.

Dalle et glacier, contraste sympa qui rythme notre ascension.

L10, vers 13h30 le soleil nous rattrape enfin.

Au soleil donc, toujours le glacier les dalles et aussi le parking1500 mètres plus bas.















Devant la Grande Glière, un petit air de Cervin paraît-il, c’est vrai que sous cet angle elle a de la gueule.



 


 

 

 

 

 


R13, les cumulus nous rejoignent et la paroi se couche. Du coup la neige apparaît et on ne fera pas la dernière longueur cotée 4a et partiellement enfouie…

13 rappels qui s’enchaînent bien mais où il faut parfois chercher un peu les relais (avec toutes ces longueurs on ne se rappelle pas de tous et avec ces spits éloignés…).

Retour sur le plancher des vaches enfin presque. A gauche et un peu au-dessus de la rampe d’attaque il y a une super vire où on peut se poser tranquillement. Très pratique pour se préparer même si après il faut descendre de quelques mètres. Cyril médite sur tout ça, enfin surtout on n’est pas pressé de se retaper la descente qui n’est jamais le moment le plus agréable de la balade. Mais bon on ne va quand même pas coucher ici et puis l’appel de la vallée…

Enfin plutôt de la bière ça on n'y résiste pas. A 19h30 on est au parking pour une pause réparatrice bien mérité après à peine un peu plus de 13h de vadrouille. Une broutille pour le tout récent trentenaire, une journée assez longue pour moi, mais ça vaut vraiment le coup de se fatiguer un peu pour découvrir cette superbe paroi. 

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 12:33

Un peu de grimpe avec Thomas ça faisait longtemps et c'est un très grand plaisir. Il ne grimpe pas souvent mais cet été il a fait un peu d'escalade sur mur alors il est temps de mettre tout ça en pratique. On va donc faire un tour dans les dalles du Charmant Som, le contexte est très relaxe et en prenant au plus grimpant ça fait quelques longueurs faciles mais intéressantes pour lui. En plus sans trop marcher (ça il n'aime pas trop) on arrive sur un vrai sommet ce qui est plutôt sympathique.

A l'attaque, prêt à partir à l'assaut des dalles. Bon avant on va quand même s'encorder et mettre les chaussons.

Une première longueur dans de jolies cannelures où il reste quelques scellement au milieu d'une forêt de spits démontés...

Pleine dalle pour lui faire sentir un peu l'intérêt des chaussons.

Petit ressaut, là ça grimpe vraiment. On y trouve un spit tout neuf. Je trouverai d'ailleurs jusqu'en haut 6 ou 7 nouveaux spits voisinant parfois avec de vielles trace de spits démontés... Pas forcément indispensable, quand on était venu il y a 2 ans à part les scellements du départ il n'y en avait plus aucun. Mais bon il y en a pour tous les goûts, on peut aussi grimper à coté sans les utiliser c'est tellement vaste... 

Toujours de la belle dalle, qu'on peut rechercher ou éviter selon l'envie du moment. Un dernier effort avant de rejoindre la foule du sommet. C'est la deuxième fois qu'on fait ces dalles ensemble, même si Thomas ne grimpe pas encore souvent et n'est donc pas familiarisé avec toutes les manœuvres je suis toujours émerveillé par la minutie qu'il met à mettre en pratique tous mes conseils. Dès qu'on est dans l'herbe un de ses premiers commentaires est "qu'est ce que ça fait du bien de quitter les chaussons..." et ben ça t'as pas fini de le dire mon fils si tu continues à faire un peu d'escalade.

Retour à la voiture, non ce n'est pas l'arrivée d'une étape du Tour de France c'est juste la route d'accès au Charmant Som par un beau dimanche de fin d'été.

Partager cet article

Repost0