Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 22:25
Il y avait longtemps qu’on avait envie d’aller dans le Val d’Aoste. Antoine était déjà allé y faire un tour en début de saison, aujourd’hui on profite du temps frais annoncé pour aller chercher le soleil et la chaleur au Corma di Machaby. Bon plan, le rocher est splendide et on a presque eu trop chaud. Pour la voie grâce, ou plutôt à cause, d’un repérage des plus minutieux, enfin plutôt des plus foireux, de Mister Antoine on n’a pas fait vraiment celle qu’on pensait au départ. Mais c’est pas grave c’était très bien et des voies là bas il y en vraiment plein (presque trop…) elles ont toutes leur nom, longueur et difficulté marqué au pied alors…

Notre voir du jour donc, on ne sera pas déçu, 9/10 lg, bien équipées, en dalles assez redressées mais avec aussi quelques coups de cul un peu plus raide encore. La suite en images.

De profil, rocher splendide on vous dit.

De face aussi, un granite bien cuit avec plein de jolis petits cristaux verts par endroit.

Sur le fil de L5. 6b ? on n’est pas très sûr car à part l’indication du départ on n'avait pas les cotations.

Un vrai surplomb bien physique sur quelques mètres (encore 6b ? merci la dégaine pour moi…).

Vue sur la vallée, la route et même l’autoroute ne sont pas loins mais ce n’est pas gênant. La vallée est très ouverte et le Val d’Aoste avec toutes ses petites maisons en pierre c’est très joli. 

Un autre surplomb, plus facile que le précédent malgré les apparences (6a ?).

Les dernières longueurs avec le parking tout en bas à plus de 400 m de déniv…Eh oui environ150 m de marche d’approche plus presque 300 mètres d’escalade et je ne vous parle pas du retour, au moins ½ heure de marche, c’est presque fatigant tout ça…non

Partager cet article

Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 21:24

Petit tour au pays du Beaufort dans un vallon qu’on aime bien. Quelques nuages traînent un peu sur les pentes ce matin.

Mais finalement après environ 800 m de déniv d’une montée très peinarde, les 9 lg de l’objectif du jour se dévoilent.

L1, joli rocher, escalade peu soutenue. Ca déroule tranquillement.

On s’élève un peu et L3 et L4 proposent 2 belles et grandes longueurs en 5.

Ensuite ça s’énerve un peu dans les 2 suivantes avec quelques pas de 6a pas si faciles.

Jacques à R6, après 6 semaines à paresser dans les îles, il renoue avec les joies de l’altitude. C’est que ça fatigue un peu, mais bon après un dernier petit effort on en termine. 

5 rappels, un peu de désescalade et nous voilà de retour sur le plancher des vaches. Petit pause au soleil.

Puis descente très paisible comme l’ensemble de la journée.

Et dernier coup d’œil sur l’aiguille vedette du vallon, on a déjà grimpé son très beau pilier sud et ce n’est pas là qu’on est allé aujourd’hui. Notre voie était un peu moins jolie mais la visite du vallon par contre toujours aussi belle. Ah oui je ne vous ai pas dit où c’était mais bon vous allez bien deviner… Notre pointe du jour située juste en face du plus haut sommet du massif offre aussi quelques très beaux couloirs à ski l’hiver.      

 

Partager cet article

Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 22:39

Petit tour dans la vallée de la Bérarde, bon par ici il devient difficile d’aller voir un coin qu’on ne connaît pas. Quoique, il y a paraît-il 2 voies dans les contreforts de la tête de la Marsanne au-dessus de Pré Clot («Les ronflements de l’élève» et « La voie de son maître »). Pas trop sûr de leur intérêt, on va quand même voir, on n’a jamais mis les pieds dans ce secteur et c’est ouest donc au moins on n’aura pas trop chaud.  A Pré Clot on croise Pierre (copain Matheysin, bon grimpeur) qui les a déjà faites. Il nous déconseille d’aller au-delà de L4 dans «Les ronflements de l’élève» (les 4 dernières longueurs en 3 et 4 ont beaucoup trop de vires très galères à redescendre en rappels), par contre après être redescendu on peut enchaîner avec les 4 longueurs de «La voie de son maître», plus dures. Bon on verra alors.

Il y a 500 mètres de dénivelé pour l’approche, c’est l’occasion de coups d’œil inédits sur le vallon de la Mariande. Dans les 100 derniers mètres on quitte le sentier de l’Aiguille du Plat de la Selle pour se diriger à vue vers la grande dalle blanche, quelques cairns, une corde fixe puis des vires à chamois et nous voilà au pied de la dalle. Ca a l’air très joli, le problème c’est qu’on ne trouve pas les voies… Après 30 minutes d’errements dans des vires un peu pourries au pied des dalles on va voir complètement à gauche…

Et oui c’est là il ne fallait pas prendre la corde fixe qui doit être là pour l’accès à de futures voies dans la grande dalle (elles devraient pas être mal d’ailleurs…). Et voilà y a plus qu’à grimper. Pour moi après 5 semaines d’inactivité c’est pas très simple. Pour compliquer un peu je me prends une pierre venue d’on ne sait où et dont un éclat m’ouvre un peu sous l’œil (merci le casque et rien de grave finalement)

Enfin bon Simon lui se débrouille bien. Les 4 lg dans du bon 5 sont plutôt redressées.

Au sommet de L4 belle vue sur les lacets du sentier de l’Aiguille du Plat de la Selle. La descente en rappel nous vaudra une remontée intégrale de L4 pour aller décoincer la corde bloquée dans une fissure en tout début de rappel (merci le Shunt pratique dans ce genre de situation). Du coup après tout ça, le temps nous étant compté on ne fera que les 2 premières longueurs de «La voie de son Maître» et même oh comble de la déchéance… assurée du haut (les relais étant voisins).

Ben oui pour nous comme c’est du 6a et du 6b un peu physique de plus, c’est quand même beaucoup plus cool et rapide. Le sourire de Simon en sortie de L2 (en 6a/b) en témoigne.

Au total une paroi qui manque un peu d’ambiance mais de la grimpe pas si mal dans un coin très tranquille avec des vues inédites sur ces belles vallées.  

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 20:40

Toujours un peu fatigué du long week-end passé, mais aller Simon est dispo et on n’a pas encore grimpé ensemble cette saison, direction donc le paravalanche, la paroi des flemmards de la marche d’approche. On n’est pas parti tôt du coup devant nous il y a 2 cordées de 6 charmants vosgiens. Ils sont arrivés avant et ne connaissent pas le coin alors après leur avoir présenté les différentes voies, on prend notre temps et on les laisse partir (1 cordée dans le Para Facile, 1 cordée dans la voie du Paravalanche).

On grimpe vraiment tranquillement.

Mais même comme ça il faut se rendre à l’évidence y a foule dans les longueurs et au relais (photos Simon)…  Alors bien que la décontraction et la bonne humeur soient de mises, après un départ par «Para Facile»  (facile et joli) on bifurque vers les 5 dernières longueurs de Para 2000 (plus difficiles mais fort jolies si je me rappelle bien). On ne sera pas déçu avec notamment 2 longueurs «saisissantes justes au bord du gouffre» dixit JMC.

Simon écartelé dans la première, une superbe dalle en 6a bordant l’insondable abîme.

Un peu plus haut il se rapproche de l’abîme

Dans la longueur suivante fort jolie elle aussi.

Presque du même endroit vers le bas (photo Simon). Ces passages sont certainement parmi les plus beaux du paravalanche, bien équipés et même pas trop durs (6a/6a+) ne vous en privez pas…

Dans la dernière longueur avec un pas de 6c (évitable pour nous en A0…).

Préparation des rappels devant La Barre des Ecrins.

On a devancé toutes les autres cordées (11 personnes en tout dans Para Facile…) on peut donc profiter sereinement du paysage joliment repeint en blanc par la chute de neige d’hier. Petite pause au retour à la Cordée pour faire découvrir ce lieu typique à Simon. Une bien belle journée facile en Oisans avant d’autres aventures nettement plus à l’ouest….  

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 21:27

Après 2 jours de VTT du repos aujourd’hui. Enfin du repos, du repos c’est vite dit.. Pour moi une voie aux Rochers de L’Homme ce n'est jamais de tout repos.Mais quand même, comme c’est tout proche et que la marche d’approche est réduite, y a juste à grimper.

Comme d’hab ici j’ai un premier de cordée qui assure (Manu aujourd’hui), il ne me reste donc plus qu’à suivre plus ou moins tranquillement, voir même à éventuellement passer en tête quand je le sens. On avait peur de souffrir de la chaleur mais finalement après un départ vers 9 h on a pu profiter du petit vent et des voiles nuageux du matin, même pas trop chaud donc.

Manu dans une très belle longueur.

J’ai oublié le casque mais bon avec le «turban anti-pierre» ça passe… (enfin surtout la falaise est très bien purgée dans les voies et on est les premiers donc si ce n’est pas conseillé ça reste raisonnable).

Plus haut dans un beau dièdre pile au bord d’un abîme insondable.

Dans les longueurs du haut plus faciles, vue vertigineuse sur la vallée de la Romanche. Vers 13 h on est sorti, cool, y a plus qu’à aller faire la sieste (ça tombe bien car demain va être une longue journée)

Partager cet article

Repost0