Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 18:31

Ben oui même sur un sommet peu prestigieux, il n'y a qu’à voir le paysage à la sortie de notre balade du jour.

Bon comme on voulait rentrer tôt sur Grenoble, on est parti dans un horaire presque digne d’une sortie de ski de rando. Vu la météo et le petit vent ça nous vaut un peu de fraîcheur, mais on ne va pas se plaindre, les étés grenoblois sont parfois tellement chauds.

Et puis ça ne nous empêche pas de nous éclater dans cette très jolie voie qui outre de très beaux passages en dalle comme ici dans L3.

En comporte aussi d’autres forts redressés et même carrément gazeux, ce qui est vraiment étonnant pour l’endroit.

On termine même par quelques mouvements dulfériens faciles, juste pour le plaisir. 

Au dernier relais de la "Marre Maye". Tout en bas la Bérarde et son camping encore peu rempli.

Malgré notre impératif horaire ça a tellement bien déroulé qu’on à même le temps de s’offrir le seul truc pour lequel on s’échine en montagne, la petite collation d’après course. Aujourd’hui bière/fondant au chocolat/café…un bon cru, merci Hélène pour ce bon moment partagé.

Pour terminer un petit clin d’œil à la reine Meije, légèrement plâtrée par les précipitations de la nuit. C’est vrai que le fond de l’air était un peu frais aujourd’hui.

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 18:59

Une marche d’approche et un retour court mais dans un cadre sympa pour ménager la cheville de lio (faut dire qu’il ne se ménage pas le bougre, c’est sa troisième voie de la semaine…).


Une voie choisie un peu au feeling, c’est une des dernières ouvertes dans cette falaise et je n’ai pas de topo, il semble juste que ce soit centré sur le 5+ alors y a plus qu’à.


Nous ne serons pas déçus, c’est très joli et très soutenu dans le 5+ (ptête même avec qq pas de 6a…) et s’il n’y a que 6 longueurs mais elles sont toutes très grimpantes.


Lio à la recherche de l’adhérence dans une position typique de l’endroit. Par rapport aux autres voies du secteur l’équipement est plutôt rapproché ça évite quelques moments de solitude eux aussi typiques de l'endroit...


Sur la fin il y a même quelques petits surplombs (enfin grosses marches plutôt) mais on termine quand même par un «maudit » pas de dalle, normal.


250 mètres d’escalade au frais grâce aux thermiques du jour, il y a de quoi avoir le sourire et «Même pas peur» en plus, c’est le nom de cette voie sur la grande falaise de Séloge.     

Partager cet article

Repost0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 22:14

Le clou du week-end c’était la BIERFEST (fête de la bière dans la langue de Goethe et d’Andréas) organisée chez Odile et Andréas. C’est une tradition pour Andy, ça tombe on ne sait pas trop quand, il faut toujours être prêt, là c’était samedi soir.

On était bien une trentaine, quelques visages anonymes. Enfin pas tant que ça tout le monde aura reconnu monsieur A (et son dispositif d’approvisionnement très au point), monsieur A (un autre un peu plus vieux mais avec une souplesse de cuisse enviée par les plus jeunes d'entre nous), monsieur J (et ses autoportraits énervants), les miss C, E et F toujours aussi souriantes et au top.

Avant et après la soirée on a quand même essayé de pratiquer quelques activités plus ou moins sportives avec plus ou moins de succès... du bricolage quoi.    

En VTT samedi aprem juste pour vérifier sur le même parcours que le Rocky Mountain se débrouille aussi bien que le Cannondale.  Pour la montée c’est réussi pour la descente pas tout à fait on s’est trompé de sentier… mais ce n'est pas grave on reviendra.

En escalade avec Jean Claude dans la vallée du Vénéon dimanche. Là aussi ça partait bien puis la chaleur, l’effet retard de la BIERFEST allé savoir… l’age, non quand même…enfin bref on bute dans L3 (une voie qu’on avait pourtant déjà parcourue avec "brio" tous les 2…). Bon ce n'est pas grave non plus, on redescend et on repart dans du plus facile. Cette fois-ci même si aujourd’hui rien ne nous semble très facile, on y arrive. Au final ça donnera quand même 8 longueurs dont certaines assez jolies et puis surtout une bonne bière à Champhorent (oui encore mais là on avait vraiment soif !!!).   

Partager cet article

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 22:10

Avec cette chaleur l’occasion est belle de renouer avec l’escalade. Comme d’habitude je n’ai pas touché à mes chaussons de tout l’hiver (en fait en y regardant bien ça fait un peu plus de 6 mois…) mais cette année Antoine est magnanime et veut bien aller faire un tour à Séloge

Jean louis se joint à nous, le stock de Balisto est prêt, la saison peut commencer. Après la «longue» marche d’approche on arrive au crux du jour … de la neige à Séloge du jamais vue

Après ça on s’embarque pour «Le Voyage d’ Ulysse». Ca commence par une longueur en dalle (tiens donc…). Sauf que celle-ci annoncée 5 dans le topo vaut bien un bon 6a.

Après ça ben tiens encore une longueur en dalle puis une autre et une autre… ça taquine le 6a /6a+ parfois, mais dans ce style tout roule…

Quand soudain c’est le drame… Antoine est dans l’expectative, on croit voir un (petit) surplomb. Ben ouais c’est possible !!! et même qu’il nous vaudra un pas assez retors et bien obligatoire où il faut coincer ses doigts dans une toute petite fissure. Joli.

Pour finir un s’offre un peu de rab en redescendant une dizaine de mètres sur la gauche pour prendre une dernière jolie longueur en 6a bien dans le style de Séloge. Le pas est protégé puis après il faut bien quelques mètre à peine moins difficile pour atteindre le point suivant.

Tronche de grimpeurs réjouis après cette belle balade de 9 lg avec du 6a dans presque toutes. Une vraie galère pour une reprise si cela avait été dans du calcaire raide mais un vrai plaisir ici dans ce style d’escalade que j’aime vraiment beaucoup.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 08:40

Ce matin on hésite, vers Chamrousse ou vers la Bérarde ? A Chamrousse on est sûr de trouver le soleil, vers la Bérarde à cette époque, comme on ne veut pas aller à la Maye, c’est moins certain…Finalement Antoine n’étant pas allé par-là bas cette année, on tente quand même, l’Oisans c’est tellement beau en ce moment.
Une fois sur place, il y aurait presque une pointe de regret. Après avoir vu en passant les falaises des rochers de l’homme baignées de soleil, là c’est pas la même chose. A 10h30 il fait 4 degrés et les nouvelles voies de la «cascade de Belliou» que nous visions sont encore dans l’ombre pour un moment. Mais bon il y en faut plus que ça pour décourager 2 imbéciles heureux d'être là de toutes facons. On continue donc jusqu’à la «cascade d’en bas». Le haut des voies est déjà au soleil et
puis on va grimper en permanence avec cette vue, rien que pour ça, ça va déjà beaucoup mieux.

Après quelques longueurs vite expédiées on gagne enfin le soleil qui ne nous quittera plus guère. Il ne nous reste plus qu’à nous faire plaisir et à explorer les possibilités de la voie. Après L4 et avant la dernière longueur, 2 fois 3 longueurs s’offrent à nous.
On commence par la droite avec un beau dièdre quasi chamoniard en 6a+.
C’est assez physique et même le A0 théorique de JMC n’est pas si évident pour le premier… en second par contre, malgré l’air un peu crispé, ça va pas mal.
Quelques longueurs plus haut on en termine avec notre première ascension. C’est la 400eme voie d’Antoine. Pour ceux qui le connaisse on ne peut fêter ça qu’avec un Balisto (même pas périmé ce coup ci en plus, euh enfin si, mais d’un seul jour ça compte pas...).
2 rappels et retour à L4 pour essayer la variante de gauche c’est fois, toujours sous un chaud soleil. Comme à droite cette section a aussi son piquant. Après une courte longueur de 5+, la longueur clé est une suite de grosses marches et de traversées fort jolies mais avec encore quelques pas de 6a+ au caractère certain. En témoigne les sangles et maillons rapides de but qui la jalonne. Il faut dire que cette voie («La chaude pisse») qui n’est sensée être que D+/TD- n’est pas très homogène. Quoiqu’il en soit nous on s’en contente très bien aujourd’hui.
A la descente, les 2 derniers rappels sont très jolis mais Antoine qui s’ennuie un peu rate un relais et se retrouve plus bas et bien à droite du dernier. Heureusement je sauverai l’inconséquent au pris d’un audacieux lancé de corde.
Retour à la voiture vers 15h30, sommets enneigés, calme absolu, y a pas à dire la vallée de la Bérarde en automne c’est à consommer sans modération. Un seul petit regret au retour à Saint Christophe la Cordée est exceptionnellement fermée aujourd’hui, dommage c’est toujours un grand plaisir de s’y arrêter et ça fait aussi parti du voyage dans le coin. 

Partager cet article

Repost0