Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 09:46

Pour un retour à la montagne après un mois d’inactivité quasi totale il faut y aller doucement. Avec Simon je file donc ce matin très tôt vers le col de la croix de fer.  Pour le levé tôt ce n’est pas un problème car les 5h de décalage horaire sont encore bien présentes, pour le reste on verra bien, l’objectif du jour est modeste, 6 longueurs dans le 4/5 et au moins 350 mètres de dénivelé en tout…

La voie avec les relais, elle s’évertue à rechercher les passages les plus grimpants de la face.
C’est finalement assez réussi dans ce degré de difficulté et si on fait abstraction des zones de vires alentours on trouve quelques beaux passages.

L4 notamment assez soutenue et un brin athlétique dans une très belle rampe/fissure. Cette longueur est nettement plus soutenue que le reste et demande dans ce niveau une certaine détermination en tête.

L5 avec encore quelques petits pas de dalles.




Ensuite, la paroi se couche de plus en plus et si la dernière longueur sans équipement est de moindre intérêt pour l’escalade, elle recèle (enfin recelait…) d’autres atouts qui seront prêts à être dégustés dans, disons, une quarantaine de jours si on respecte le délai légal de fabrication. C'est l'avantage de la grimpe à cette époque dans des parois pas trop raides et ensoleillées, chaque année ça me permet de compléter ma collection de petite liqueur verte. A offrir ou à savourer entre amis

Au sommet, la descente possible en rappel n’est pas vraiment nécessaire car on peut rejoindre facilement le petit col entre le Grand Perron et le Barrioz. Au total une petite balade tranquille pour occuper une demi-journée qu’on pourra facilement compléter si on veut en allant faire un tour dans les autres voies du secteur.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 17:17

Il y aurait bien plein d’autres trucs à faire aujourd’hui, mais bon aller, encore une petite matinée sur le rocher… ça le fait.

Direction La Rousse en Chartreuse, c’est tout prêt, la marche d’approche et le retour sont très courts. Je récupère Lio à 6h30 et vers 8h on est à l’attaque de la voie «Des poils et des cornes». A cette heure il ne fait pas encore trop chaud, le départ est même à l’ombre.

Lio dans L1, belle longueur dans le 5 avec un bon pas de 5+ athlétique pour sortir.
Un peu d’assurage naturel au départ de L4, longueur encore très jolie.

Décontracté et souriant à R5 d’où il ne reste qu’une courte longueur facile en 3 pour sortir sur le plateau. Ce n’est pas très long et à 10h on est au sommet sans même avoir eu chaud grâce aux petits thermiques du matin. On est bien content d’être venu faire un tour par ici, le rocher est très bon, l’ambiance un peu aérienne est très sympa. Pour l’escalade, à part L2 sur une vire, les longueurs sont plutôt belles et si c’est bien équipé, les points ne sont pas toujours rapprochés et laissent deci delà quelques pas de 5+ obligatoires (photos de Lio ici). Retour vers 11h30 à la voiture. Super il restera quelques moment cet après-midi pour préparer un peu le voyage qui se profile.
Là c’était il y a 18 ans… on a un peu vieilli depuis (le look aussi...), mais ce coup-ci on y retourne avec les enfants (ah oui au fait, c’est en Thaïlande).  

Partager cet article

Repost0
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 23:11

Après un petit barbecue vendredi soir pour s’échauffer (merci Cécile pour l’invitation), hier soir c’était four à pain sur le plateau des Petites Roches (merci Véro et Jacques). Ca devient traditionnel mais c’était une des dernières fois ici car nos amis changent de maison.
Quoi qu’il en soit on en a bien profité, c’était varié et délicieux (chacun amenant quelque chose à faire cuire), belle ambiance, petite laine, c’est qu’on est en altitude, et beau couché de soleil sur Belledonne.
Après tout ça, ce matin avec Jean Claude on vise une escalade à l'approche et au retour tranquille. Direction donc les Rochers du Barioz au-dessus du col de la Croix de Fer. J’étais déjà venu quelques fois dans le coin profiter des belles longueurs pas trop difficiles ouvertes par X Dorel &co. Aujourd’hui on va faire Lumière d’Automne la plus longue voie du secteur. Compte tenu de la forme du jour on pousse en voiture jusqu’au P3 (en Kangoo ça passe bien), la falaise est vraiment toute proche.
Dans la voie si ambiance est effectivement tout à fait paisible et peu verticale, il y a aussi de belles longueurs en dalle avec quelques jolies pas de 6a. Dommage que vers le haut on perde vraiment en continuité avec un peu trop de longueurs de transition, mais bon, compte tenu du terrain disponible c’est quand même pas mal.

L3 à l’image des 4 longueurs les plus soutenues, de la dalle avec quelques écailles et fissures pour varier un peu

De beaux passages pas si facile que ça avec quelques pas de 6a obligatoires.

En 3 heures on est au sommet avec une belle vue sur les Aiguilles de l’Argentière parcourues il y a une semaine. Retour facile et rapide dans la vallée où l'orage nous cueille vers Vaujany, vraiment cool ce lendemain de fête.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 08:42

Petit tour vers Villard Notre Dame aujourd’hui, pour aller faire « la dalle à Jojo » au Péron. Ce n'est pas une voie majeure mais elle a ses atouts. La marche d'approche est très réduite et s'il y a quelques longueurs assez quelconques et très herbeuses (L1, 6, 7), il y en a aussi de très jolies : L3 et L5 qui proposent quelques pas quasi obligatoires et assez techniques (6a+ et 5+/6a), L8 à 11 qui offrent une progression aisée dans une belle ambiance. A cause des longueurs 3 et 5 cette voie n'est donc pas une voie si facile que ça et si on peut certes regretter son manque d'homogénéité on pourra avantageusement poursuivre la balade en continuant jusqu'au sommet du Péron puis en descendant par le sentier du bois du Moularet. Belle vue sur le Rochail et les schistes du Grand Renaud et belle boucle avec un retour par Villard Notre Dame qui complète bien les 400 m d’escalade de la voie. Quelques images pour l’illustrer.

Départ un peu touffu mais ça s’arrange ensuite

Lio dans le beau et fin passage de 6a+ en fin de L3

Dans L5 la plus belle et la plus soutenue. Du 5+/6a où il faut grimper un peu entre les points.

Toujours dans L5 Lio s’étale sur la paroi

Ensuite après 2 longueurs assez herbeuses on retrouve les belles dalles sommitales, avec 4 longueurs plus faciles dans une belle ambiance sur un rocher coloré par la rouille.

A R10, on commence à avoir un peu chaud et mal aux pieds, 400 m de dalles ça use…

De la sortie qui débouche sur une belle arête pointue, on continue jusqu’au sommet du Péron. C’est rapide et facile.

Du sommet belle vue sur le vallon du Rochail.

Après la descente par le bois du Moularet on retrouve le vallon qui vient du Grand Renaud. Le niveau de l’eau est élevé, ça nous vaudra un bain de pied rafraîchissant pour traversée.

Partager cet article

Repost0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 16:02

On leur en fait plein mais aujourd’hui c’est simplement le joli nom et la voie qu’on a faite au Paré de Joux au-dessus de la Clusaz. La première voie de l’année pour moi et la première fois que je regrimpe depuis…novembre. Chaque fois c’est pareil et c’est souvent avec Antoine que je reprends. On tache de trouver un truc médian entre ses capacités de sestogradiste supérieur et mes capacités de sintogradiste qui n'a pas touché le rocher depuis plus de 6 mois. La suite en image.

A l’attaque atteinte après à peine 400 m de dénivelé ça va…. A noter que la voie ne prend le soleil que vers 11h30, pas désagréable aujourd’hui avec la chaleur ambiante.

Après un début en dalle avec quand même un passage de 6b pas si facile une longueur de transition permet de rejoindre la deuxième partie. Celle-ci est en ascendance vers la droite et se raidie progressivement proposant une ambiance de plus en plus gazeuse au-dessus de la combe du grand Crêt et avec une belle vue sur Tête Pelouse 

L’avant dernière longueur un peu plus physique avec un pas assez engagé pour rejoindre le relais.

Après de superbes cannelures dans L8 on débouche dans les prairies sommitales. Là une surprise nous attend sortie du fond du sac : «les bugnes de la mère Bertonches».  Objet de culte délicieux et vénéré par Antoine…enfin vénéré c’est vite dit, il est surtout gourmand le bougre.

Après ça 4 rappels (ou 3 on peut sauter le premier avec 50m) nous ramènent rapidement en bas. Comme on recoupe les strates de la voie il y a quelques petits passages ludiques en fils d’araignées.



Finallement une belle voie pour une reprise :  


- un peu de 6a au moins dans toutes les longueurs (avec même un peu plus difficile) pour amuser Antoine.


- Un ensemble pas trop soutenu et plutôt en dalles peu athlétiques (à part dans 2 longueurs) pour ne pas dégoûter le débutant éternel que je suis.


- Le tout dans une ambiance bucolique au milieu des alpages et au son des cloches des tarines, c’est bô la Haute Savoie…


- La voie et ses relais (sans R0)

Partager cet article

Repost0