Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 08:56

Cécile qui avait une furieuse envie d'alpinisme ce week-end me propose un tour versant sud de l'Aiguille d'Olle et c'est vrai que finalement ça se tient. La neige encore présente devrait nous faciliter le cheminement dans les pierriers belledonniens et donner un petit coté alpin à l'ensemble.  

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Départ tranquille du Glandon un peu avant 10h. On profite du cadre... 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Le secteur Etendard est encore bien blanc mais nous on est bien content ici dans le vert. 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

L'objectif du jour tout là-haut.

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Les 400m de la face sud de l'Aiguille d'Olle juste à droite du couloir issu de la brèche entre l' Aiguille Saint Phalle et l’Aiguille d'Olle. Y a même une petite rimaye à franchir.

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Un accès un peu technique donc mais ce n'est pas pour nous déplaire et puis de quoi justifier le piolet pour 2 qu'on avait amené, mes chaussures d'approche un poil rigides et les grosses version light de Cécile. 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Après cela nous voici dans le vif du sujet. Une large face sans aucun équipement où on a qu'à choisir son cheminement. 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

On recherche donc les passages les plus grimpant.

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Et si de taquins cumulus nous cachent le soleil on profite du cadre. 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Relais et équipement à placer, sangles et friends (on en avait 3 plus quelques coinceurs) font bien l'affaire.

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

On s'élève , on s'élève....

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Par une escalade plutôt plaisante et facile en 3/4 (bon on a juste croisé une cheminée humide un poil plus retorse...) 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Du rocher plutôt bon et une certaine ampleur vue d'ici

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Les derniers pas avant un tout petit bout d'arête qui nous amène au sommet.

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Il parait que la vue y est superbe... ce ne sera pas pour nous aujourd'hui. 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Ce petit brouillard par contre a le mérite de nous faire réfléchir un peu à la descente, pas si facile de se repérer dans ces conditions mais comme je suis venu ici en ski il y a juste 2 ans ce n'est pas vraiment un problème 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

On choisit de rentrer par l'arête qui mène directement à la brèche du chien. Cheminement aérien

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Rapide et simple on a trouvé pour qui a le pied montagnard (on désescaladera l'ensemble sans utiliser le ou les rappels parfois décrits)

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Et hop nous voici de retour sur le plancher des vaches d'où on a plus qu'a profiter de la neige pour se laisser glisser jusqu'à la voiture.

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

En croisant de nombreux bouquetins devant les petites aiguilles et leur belles voies d'escalades (comme celle-ci par exemple). 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

On profite jusqu'au bout du moindre névé. 

Face sud de l'Aiguille d'Olle on dirait le sud...

Pour un retour au milieu des petite fleurs après 8h de balade enchantés par cette très jolie boucle sauvage avec une touche d'alpinisme à 2 pas de Grenoble.  

Partager cet article

Repost0
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 09:32

Ben non pas la vraie, pas encore. Quoique dans la petite, la notre quoi on s’attendait comme là bas à grimper en tee-shirt, au soleil. Bon aujourd'hui ce ne sera pas franchement le cas puisqu'une petite bise thermique et de taquins cumulus n'auront de cesse que de nous rafraîchir. 

Un voyage en Corse...

Enfin quoiqu'il en soit après une marche d'approche tonique nous voici au lac Achard encore bien calme à cette heure.

Un voyage en Corse...

Puis aux 2 rappels d'accès, puisque c'est vers les secteurs gencives et dent d’Alexandre qu'on va aujourd'hui.  

Un voyage en Corse...

Fraîcheur aidant on commence par la seule voie ensoleillée à cette heure (9h45) Les Zazous de Zonza. 3lg où la difficulté va crescendo c'est parfait pour recommencer l'escalade. 

Un voyage en Corse...

Lois dans la jolie traversée de L3, le passage le plus technique de la voie (6b dans le topo), négocié avec concentration mais en chaussures d'approches (quel frimeur ce guidos alors...)  

Un voyage en Corse...

La sortie, une certaine raideur et la vallée de la Romanche tout en bas, on aime bien cette ambiance. 

Un voyage en Corse...

Alors on remet ça dans PSA (Petite Symphonie d'Automne), 2 grandes longueurs directe dans la dalle où se situe les rappels et juste à droite du dièdre de la Directe Corse.

Un voyage en Corse...

L2 qui sort au relais de rappel est remarquable sur un beau mur à réglettes. 

Un voyage en Corse...

Et puis du coup forcément comme on est aux rappels on en profite pour redescendre une 3eme fois pour aller découvrir Ciao Laricio. Encore 3 belles longueurs dans le mur plus raide à droite de la dalle.  

Un voyage en Corse...

Un joli profil.

Un voyage en Corse...

Et la plus soutenue des 3. 

Un voyage en Corse...

Lois avant les pas de sortie juste sous le pin allongé et bien cuit qui a donné son nom à la voie

Un voyage en Corse...

La même dans l'autre sens. Une sacrée belle ambiance on vous dit.

Un voyage en Corse...

Pour la suite on par cette fois vers le haut par un mixte de Cinto dit, Cinto fait et de Omerta-delle. Les 2 premières lg de Cinto sont plutôt relaxes mais avec à chaque fois un petit pas un peu plus dur. 

Un voyage en Corse...

C'est qu'il est quand même tentant d'aller se percher sur la petite tour tout là haut. 

Un voyage en Corse...

Après un traversée facile et propice aux jolis angle de vue. 

Un voyage en Corse...

La magnifique fissure terminale de Omerta-delle. 

Un voyage en Corse...

Un poil retorse on a trouvé, un degré au dessus de tout ce qu'on avait grimpé jusque là en tout cas. 

Un voyage en Corse...

Et où même si je sors avec le sourire, j'ai bien artifé pour passer... 

Un voyage en Corse...

Et nous voila enfin au sommet d'un pic tout pointu. Un tout petit rappel et il ne nous reste plus qu'à renter, un poil vermoulu pour moi, c'est que 11 lg, c'était pas mal pour une reprise. Si vous voulez des infos sur ce joli secteur, si juste que là elles étaient disponibles pour les adhérent de l'ECI (et oui adhérez donc vous participerez au développement de jolis sites comme celui-ci), bientôt une sélection sera dans la nouvelle version du topo Belledonne escalade rédigée par Lio et l'intégralité paraitra dans un topo sur Chamrousse fait par Philippe Halot disponible fin juin, 2 ouvrages indispensables assurément.

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 16:45

Pour cela c'est tout simple.

Reprise en douceur...

Avec Nath on s’extirpe du vert.

Reprise en douceur...

Puis on file vers le haut.

Reprise en douceur...

Jolie ambiance.

Reprise en douceur...

Escalade facile.

Reprise en douceur...

Relais spacieux.

Reprise en douceur...

Il nous en faut peu et on est les rois du monde. 

Reprise en douceur...

Un arête étroite.

Reprise en douceur...

Perdue au milieu de la forêt, vous avez tous reconnu l'endroit. 

Reprise en douceur...

Hum, hum les nouveaux accessoires du grimpeur.

Reprise en douceur...

Nous on préfère voir la vie sous cet angle. 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 19:00

Allez un petite collection de vieilles photos. Elles ont toutes plus de 30 ans, sont toutes scannées donc et donnent un petit parfum de la pratique montagnarde de l'époque (la notre en tout cas). Rien d’exhaustif, faut dire que des photos on en faisait quasi pas, mais quelques couleurs surannées presque toujours sans casque (ça parait fou vue de maintenant) et une petite expé...

Vintage...

Celles-ci sont historiques (c'est les toutes premières photos de montagne que j'ai faites), avec mon ami Claude on avait la vingtaine et de la Vanoise à L'Oisans on s'est efforcé en knickers et mode alpi de parcourir tous les couloirs classiques, des Italiens au couloir Chaud en passant par la Meije, les Bans, le Diable, le Glacier Noir..... Souvent tout en glace (mais même fin juillet y avait encore largement), peu de broches puis souvent en solo à deux pour aller plus vite...

Vintage...

Cette époque était aussi le règne des couleurs chatoyantes (j'ai plus le pantalon mais je crois que j'ai encore la polaire)

Vintage...

Où le Buff n'avait pas encore été inventé et où la tignasse remplaçait le casque.

Vintage...

Que visiblement chose incroyable on gardait au bodard plutôt que sur la tête (vraiment fou les mecs....)

Vintage...

Là je vous laisse reconnaître ce beau granite surplombant ce non moins célèbre refuge. 

Vintage...

Bon à cette époque on a eu aussi nos expés à la mode vintage. Ici avec Nico au Pérou, petit budget, 1 tente, 1 sac à dos...

Vintage...

Mais de bien beaux sommets

Vintage...

Ici le premier de notre vie au dessus de l'altitude du Mont Blanc, l'Urus

Vintage...

Là le plus beau (Chopicalqui), seuls sur la montagne

Vintage...

Sur fond de Huandoy, de vrais conquérants de l'inutile... 

Vintage...

Celui-là je vous laisse deviner il est bien connu.... En tout on en avait fait 6 en 5 semaines et pour 1250 euros (8000 francs) de budget avion compris, un autre temps...

Vintage...

Et ces 2 petits bouts de chou, ils doivent être comme nous beaucoup plus vieux maintenant. Voilà c'est tout pour cette fois, peut être  j'y reviendrai coté ski et cascade de glace où en pratique d'époque aussi y aurait bien quelques truc à dire et à montrer...

Partager cet article

Repost0
18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 19:45

Ça parait toujours incroyable mais tu es parti Jean Mi. Pour nous tu étais avant tout un compagnon drôle et iconoclaste. Instit survitaminé de nos 3 enfants, ils en ont tous des souvenirs impérissables. 

Tchao petit lutin...

Ton sourire et ton humour étaient ravageurs et on n'était jamais à l'abri de petites piques bien senties. Surtout moi qui pratiquait des sports glacés beaucoup trop dangereux selon toi et qui sortait en montagne avec beaucoup trop de Bertonchinettes (des filles quoi). A l'occasion d'un 31 qu'on avait passé à la maison tu avais même fait le compte des articles du blog avec bertonchinettes versus ceux avec Agnès. Pff j'avais dû me défendre pied à pied et surtout on s'était bien marré...   

Tchao petit lutin...

Sans revenir sur ton œuvre alpine, tout a été dit, c'est quand même un peu grâce à tes voies d'escalade qu'on s'est mieux connu. La première fois qu'on s'est vu c'était à la Maye, j'étais avec Jacques, tu étais avec le Chaps et on avait quand même été vivement impressionné... Bon ça n'avait pas duré car tu n'avais pas ton pareil pour détendre l'atmosphère, sérieux dans tout ce que tu faisais mais pas triste surtout, c'est pour ça qu'on t’appréciait tant. 

Tchao petit lutin...

Depuis de l'eau a coulé sous les ponts, on s'est vu par ici ou par là-bas dans la maison de Puy, dans ton deuxième pays que tu aimais tant. On a même un peu grimpé ensemble un grand privilège 

Tchao petit lutin...

L'autre jour avec quelques amies on feuilletait tes topos, dans un tu citais "quand on meurt c'est pour toute la vie" ça c'est vrai et c'est bien dommage, "quand vous serez mort personne ne se souviendra de vous" ça pour toi ce n'est pas vrai. Même si tu planes maintenant dans un ailleurs où nous ne sommes pas, à travers tes écrits et tes voies sûr on se souviendra de toi longtemps.Tchao petit lutin joyeux maintenant même s'il il faut plus que jamais se souvenir des belles choses, il n'y aura plus personne pour nous nous titiller et tu vas sacrément nous manquer... (d'autres témoignages où articles ici ou ).

Partager cet article

Repost0