Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 19:41


«Echo Park» de Michael Connely. Je n’avais jamais rien lu de cet auteur pourtant classique dans ce genre. Pas déçu, l’histoire qui se passe à Los Angeles, est complexe, bien menée et sait tenir en haleine le lecteur jusqu’à la fin sur fond de serial killer et de corruption. On fait la connaissance aussi de son héros récurrent l’inspecteur Bosch touchant par son humanité et ses contradictions.


«La Lionne Blanche» de Henning Mankell un auteur suédois. Décidément ils ont du talent pour les romans policiers dans ce pays (voir aussi ici ou ). L’auteur ayant vécu au Mozambique il nous fait voyager entre la campagne profonde suédoise (la Scanie) et l’Afrique du Sud où l’Histoire est en marche avec la libération de Mandela et la fin proche de l’Apartheid. Le meurtre inexpliqué d’une mère de famille suédoise nous entraîne au milieu d’un complot destiné à exécuter Mandela, c’est parfois beaucoup trop pour Kurt Wallander l’inspecteur de police personnage central de l’intrigue coté suédois. Coté Afrique du Sud on côtoie directement les principaux protagonistes, les mouvements extrémiste Boers d’un coté, le président De Klerk et Mandela de l’autre. C’est passionnant et offre aussi un éclairage intéressant et historique sur cette période de lutte cruciale là bas. 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 11:12
Et oui on se répète mais s'il y a un film qu'on a vraiment aimé cette année c’est bien «Valse avec Bachir». Comme je suis flemmard voici ce que j'en disais à chaud : 
"Ce film évoque les massacres perpétrés par les chrétiens phalangistes libanais dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila suite à l’assassinat de leur leader Bachir Gemayel. Il est mené un peu comme une psychanalyse de l’auteur qui essaye aux travers des témoignages qu’il recueille de se rappeler des faits, de son rôle et de celui de l’armée israélienne dans ceux-ci. La scène de départ, cauchemar récurrent d'un soldat, où une meute de molosses est lâchée dans les rues est carrément époustouflante et donne le ton du film. A travers les souvenirs ou les rêves de chacun on avance lentement vers l’objet du film. Le choix du dessin animé permet un certain recul et une certaine fantaisie par rapport aux faits bruts qui sinon seraient parfois insoutenables. Le graphisme est pas mal et la bande son est vraiment géniale. L’émotion va crescendo jusqu’à la scène finale où le passage aux images réelles vous cloue sur votre siège. Aller on vous le redit on a adoré".
C'est toujours d'actualité d'autant qu'il repasse à Grenoble le Dimanche 25 Janvier à la Nef dans le cadre du festival Télérama 2009. A ne pas rater on vous le redit... 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 23:25
Enfin façon de parler et puis c’est pour notre plus grand plaisir que Camille nous fait partager tout sa créativité et ses délires sur scène. Faite gaffe c’est contagieux, elle vous fera chanter, miauler, aboyer, sauter…
Si vous êtes dans les premiers rangs vous pourrez même y perdre votre chemise (surtout si elle est orange ou noir…).
Même si le seul instrument de musique est un piano vous aurez l’impression d’entendre des solos de guitare, de la batterie… tout ça grâce à la super alchimie des voix, des corps et des sons qu’elle met en place avec ses 7 musiciens. 
Vraiment un très grand moment dans la salle création de la maison de la culture qui est idéale pour ça, par trop grande pour une vraie proximité et avec une acoustique parfaite. Elle passe encore demain soir alors si vous avez l’occasion n’hésitez pas…
Ah oui et puis aussi, en première partie, dans un registre plus classique, Sophie Hunger c'est pas mal non plus.

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 21:01

Toujours le même topo, belle journée, belles couleurs, faut en profiter. Même endroit que mardi, en VTT ce coup-ci avec toutefois un timing trop serré. J‘ai eu beau accélérer sur la fin j’arrive quelques minutes après le soleil qui est déjà caché derrière le Moucherotte. Les journées où on travaille deviennent décidément trop courtes.

Pour le coté culturel, cette fois j’ai découvert « Only by the night » le dernier Album de Kings of Léon. C’était ma première écoute, absolument conquis, pas aussi bien que le précédent «Because of the times» selon les vrais fans, moi j’ai préféré. Faudra que je réécoute les 2, en tous cas merci à Odile de m’avoir convaincu de découvrir ce groupe. 

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 23:02

Ce temps pluvieux dégage du temps pour…le bricolage, euh non ça c’est pas pour moi, mais la lecture par contre j’adore. L’occasion donc de découvrir 2 auteurs.

Gerard Mordillat d’abord. Il nous propose avec «Les Vivant et les Morts», un roman à la Zola. Celui-ci se déroule à Raussel une ville de l’Est de la France qui ne vit que part et pour sous usine, «La Kos». Aussi, quand 6 mois après un premier plan social, le groupe financier qui l’a possède décide de la fermer définitivement, c’est le drame. A partir de cette situation hélas classique, l’auteur déroule une étude sociale mais aussi romanesque dans laquelle il met en parallèle la violence implacable et cynique des tenants du capital et les réactions simples et souvent désespérés des ouvriers luttant pour la sauvegarde de leur emploi. Au-delà des batailles convenues patronat/syndicat/ouvriers on y trouve surtout de très beaux portraits de gens simples et attachants se débattant dans leur problèmes matériels mais aussi sentimentaux que la situation tendue du moment met particulièrement en exergue. Un roman fort qui secoue notre indifférence et qui nous amène à nous poser quelques questions essentielles sur notre mode de vie car «dans ce monde ou la raison financière l’emporte souvent sur le soucis des hommes, qui doit mourir ? Qui peut vivre ? ».
Avant cela j’avais lu aussi du même auteur et dans la même veine «Notre part de ténèbres» (son tout dernier roman en fait). Ici c’est les ouvriers de «Mondial Laser» qui après la fermeture de leur usine s’invitent à la croisière de fin d’année de leurs ex patrons et actionnaires. Ils prennent ceux-ci en otages et leur font à leur tour connaître ce que peut être la peur du lendemain. De la même façon que dans «Les vivants et les morts» on y trouve de beaux portraits d’hommes et de femmes. La révolte par contre est ici poussée beaucoup plus loin et cela se lit comme un véritable roman d’action dont personne ne sortira tout à fait indemne à la fin qui rappelle un peu Titanic…




Dans un autre registre j’ai ensuite commencé «Dans la main du diable » d’Anne-Marie Garat. Dans celui-ci on suit les aventures de Gabrielle jeune fille d’origine hongroise qui en 1913 part à la recherche de l’histoire de son premier amour mort en Birmanie. Construit comme une grande fresque sur la société de ce début de siècle si je n’ai pas encore terminé, 1300 pages c’est long, c’est passionnant et j’ai vraiment plaisir à me replonger dans cet univers romanesque chaque fois que mon temps le permet.
Merci à Agnès de m’avoir fait découvrir ces 2 auteurs passionnants. A aller voir aux cafés littéraires de Montélimar où ils passent cette année.

Partager cet article

Repost0