Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 19:40
cafeslitteraies2007.JPG


C'est du 4 au 7 octobre. Comme depuis 11 ans toute la ville est tournée vers la lecture. C'est l'occasion de rencontrer une vingtaine d'auteurs dans des lieux divers : café, théâtre, cinéma...et même nougaterie.
C'est aussi l'occasion de discuter, de se rencontrer, de débattre à travers tables rondes, lectures... le tout dans une ambiance conviviale.
Pour cette année Agnès a repéré et lu, Phililpe Claudel, Bernard Giraudeau et Lydia Flem et elle a hâte d'aller les voir et les entendre . Mais il y en a aussi plein d'autres et le dépaysement est assuré (programme complet ici).
Et puis l'ensemble est toujours impeccablement organisé par notre copine Christine.

Partager cet article

Repost0
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 09:00

Bjork a électrisé les arènes de Nîmes ce mercredi soir. Un savant mélange de cuivre, (elle joue avec un groupe de 10 petites lutines aux cuivres/chœurs ), musique électronique/boite à rythme, clavier, batterie…

bj.jpgC’est visuel et plein de puissance. Parfois contenue dans ses ballades classiques comme « Pagan poetry », «Bachelorette», « Joga»  ou complètement électrique et déchaînée comme dans «Declare Indépendance» ou la classique «Hyperballad» remixée à la sauce techno qui ont mis les arènes en transe. Le concert par contre est court (1h20) et il y a peu d’échange avec le public, à part « merci » dit sur tous les tons. Bjork vit complètement sa musique sur scène et je pense qu’il faut vraiment ne pas être trop loin pour le partager pleinement. Pour cela les arènes de Nîmes c’est pas mal car le site est plutôt petit et offre une bonne proximité avec l’artiste. Une belle soirée, sous le soleil et part une température idéale… 

Partager cet article

Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 19:19


C’est le dernier disque de Bjork et j’aime beaucoup. Même si l’autocollant de la pochette est assez laid et fait penser à une pub pour Orangina, l’intérieur est de feu. Bjork revient à plus de simplicité et ça fait plaisir après l’intéressant mais peu accessible Medula. Là on est plus prêt d’Homogenic et quelques morceaux accrochent dès la première écoute. 2 chansons en duo avec Antony (du groupe Antony and the Johnsons) dont le très beau "Dull Flame of Desire".

Ce disque est un petit Kaleidoscope de ses 5 albums précédents : Debut (1993), Post (1995),  Homogenic (1997), Verspertine (2001) et Medula (2004).
D'eux je ne me lasse jamais et ils m'accompagnent parfois sur les sommets...A écouter et réécouter...

  bjorkAlbumsenlong.JPGA oui aussi, on va voir Bjork en concert aux arènes de Nîmes le 21 aout.

Partager cet article

Repost0
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 11:45



Après être allé faire un tour du coté de chez Simone, je vous conseille 3 autres filles dans le vent The Pipettes (avec aussi 4 musiciens mais plutôt discrets). C’est frais, gai et entraînant. Un look kitsch à souhait style années 60 et des chorégraphies d’enfer à voir sur leur site ou en fouinant sur Youtube (celle de "Pull Shapes" notamment).

Partager cet article

Repost0
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 08:32

Bon, en vacances y pas que le ski (pas plus d'un jour sur deux en moyenne...) et puis même après une rando, il y a encore le temps pour plein d'autres choses comme aller au ciné, lire...

Outre Les contes de Terremer voici quelques autres films vus récemment seul ou en famille

Golden door d'Emanuele Crialese (le réalisateur du très beau Respiro sortie en 2002). Histoire de paysans siciliens qui partent pour l'Amérique le pays de tous les miracles. Ils n'ont rien que leur foi naïve en l'homme mais ça leur permet de surmonter tous les obstacles y compris l'accueil que leur réserve l'immigration américaine. Examen de santé, tests individuels pour sélectionner les immigrants acceptables ou pas. Le tout agrémenté de très beaux décors et de plans chorégraphiés très réussis (un ballet de corps pendant une tempête par exemple). Avec aussi la présence angélique de Charlotte Gainsbourg en bourgeoise anglaise perdue au milieu de tous ces siciliens. 

J'attends quelqu'un de Jérôme Bonnell. Chronique tendre et mélancolique et destins croisée de plusieurs personnages dans une ville de province. Ils sont plus ou moins bien dans leurs peaux et attendent tous que quelqu'un ou quelque chose se passe, sans toujours oser, provoquer ou saisir l'occasion qui se présente. Avec JP Darroussin toujours aussi bon en gros ours bourru et fragile, E Devos très espiègle et les trois autres personnages principaux très bon aussi.  


Ensemble c'est tout de Claude Berri. Une histoire de 4 solitudes qui finissent par se retrouver pour se construire (ou terminer) une vie. Audrey Tautou fait (très bien) de l'Audrey Tautou, Guillaume Canet est pas mal aussi mais mention spéciale à Laurent Stocker en aristo bègue assez génial. Film très apprécié par Agnès, Lisa et Julie moi j'ai parfois trouvé ça un peu bateau.

Le dernier Roi d'Ecosse de Kevin Mac Donald. Un coup de projecteur sur une dictature africaine celle d'Idi Amin Dada, à travers l'histoire de son médecin personnel. Celui-ci débarqué dans le pays pour faire de l'humanitaire devient par hasard le médecin du dictateur. D'abord fasciné par le personnage et l'enthousiasme apparent l'entourant, il va retombé sur terre et se rendre compte un peu tard de toute l'horreur qui se cache derrière les apparences dorées. L'histoire est vraiment à l'image de ce qui se passe à des degrés divers dans nombre de pays africains

Sur ce sujet je ne peux aussi que vous conseiller de lire En attendant que vote les bêtes sauvages. Livre fascinant d'Ahmadou Kourouma. Prix du livre inter 1999 qui au travers de l'épopée d'un dictateur africain pointe tous les maux de l'Afrique post coloniale : pauvreté, corruption, gabegie. Le tout sur un fond de sorcellerie. Comme Ebène de Ryszard Kapuscinski il permet de comprendre un peu ce qu'est l'histoire africaine. J'ai vraiment retrouvé dans le film des réactions et comportements décrit dans le livre.


Norway of life de Jens Lien. Histoire déjantée d'un monde trop parfait qui est de fait complètement insupportable pour le héros du film. Ca commence comme Paris Texas et on pense ensuite à 1984 de George Orwell ou au Meilleur des Mondes de Aldous Huxley. Un plaidoyer contre la machine à uniformiser les sensations et les comportements, quelques séquences assez savoureuses et délirantes.  


Anna M de Michel Spinosa. L'histoire d'une fille jouée par Isabelle Carré qui poursuit d'amour jusqu'à la folie le docteur qui la soignée, joué par Gilbert Melki. Comportement érotomane ça s'appelle (si si j'ai regardé dans le dico). Assez terrifiant comme comportement mais j'ai qu'en même  trouvé le film plutôt lourd et ennuyeux. Ca  tourne plus à plus un constat clinique sur la progression de la maladie  et du coup ça perd en émotion et en suspense même s'il y a quelques scènes assez fortes.    

Partager cet article

Repost0