Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 14:43

Still loving you baby !!!! C’est avec cette phrase que Klaus Meine commence la série de rappels endiablés du concert de Scorpions auquel on a assisté samedi soir dernier. Un concert de Scorpions quelle drôle d’idée me direz-vous ? Eh oui effectivement on m’aurait dit ça la veille je n’y aurais pas cru et pourtant…Tout commence tard jeudi soir où après quelques heures de travail le camion est enfin prêt, c’est que ce week-end on déménage Lisa sur Paris ou elle s’installe pour une (ou plusieurs années) d’étude, de travail...

Still loving you...

Et voilà après quelques heures de trajet et autres divers efforts, vendredi à 17h l’objectif du week-end est atteint, mademoiselle est installée au 7eme étage dans son appart parisien. Le montagnard à l’œil avisé pourra d’ailleurs remarquer en arrière-plan un monticule, que dis-je une montagne qui, si elle est certes artificielle, permet aux chamois du zoo de Vincennes de gambader.

Still loving you...

De notre côté on peut maintenant se consacrer pleinement au reste du week-end, l’occasion de voir la famille et les amis, d’essayer quelques autres moyen de déplacement… mais aussi de voir s’il n’y aurait pas quelques trucs sympas à faire samedi soir. A Paris le choix est large et c’est là que la musique surgit. Yves nous rappelle en effet qu'en ce moment c’est la fête de l’huma et que là-bas il y a aussi des concerts. Ce samedi outre Ayo et IAM plus tôt dans la journée, c’est Scorpions qui est prévu à partir de 21h40. Ça colle parfaitement avec notre timing alors feu, l’occasion est trop belle de découvrir ce grand rassemblement populaire et de se replonger dans l’ambiance concert.

Still loving you...

On est un peu à la bourre alors on n’a pas trop de temps de déambuler dans les allées. Le temps quand même de s’offrir un merguez/frites et de voir que l’ambiance joyeusement frondeuse aurait surement méritée qu’on s’y attarde un peu plus. L’arrivée vers la grande scène est impressionnante, pour ceux qui connaissent c’est beaucoup plus grand que Musillac par exemple. On parvient néanmoins à se glisser facilement à l’endroit qui nous plait.

Still loving you...

Et hop après un moment d’attente toujours très joyeux, les papys du (hard) rock peuvent débarquer

Still loving you...

Un set classique puisque leur liste de chansons ne varie maintenant plus guère d’un concert à l’autre.

Still loving you...

Si on n’aime pas tout, on ne boude pas notre plaisir. Le public est très mixé pour un groupe aussi vieux (perso je les avais vu en concert en 1981….).

Still loving you...

Et les jeunes connaissent plutôt bien les chansons, du coup le contact public/groupe est très bon ce qui contribue à un concert des plus punchy

Still loving you...

Et avec leurs trois tubes emblématiques repris par tout le public pendant les rappels, le frisson est là et forcément on ne regrette pas d’être venu. L'exitation passée, il ne nous reste plus maintenant qu’à rentrer sur Paris, toute une expé en soit aussi. Une foule immense, un peu d’attente, un ballet de bus qui déverse un flot continu de gens vers le métro. Dans un autre contexte  tout cela pourrait être un peu tendu, mais non, décidément pas ici où même au bout de la nuit il flotte toujours un parfum convivial et paisible.

Still loving you...

Avant et après tout cela comme Paris sait toujours nous en réserver si on cherche un peu, on profite de quelques moment de calme un peu hors du temps, pour récupérer c'est parfait. Merci Lisa, Simon, Fabienne, Yves, Célestine, Ulysse, Anatolie, Fred, Ambre, Gilles et les Papy du Rock pour ce joli week-end… Still loving you.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 10:52

Une seule soirée pour nous cette année et avec cette météo franchement taquine pour un mois de juillet c’était un poil risqué.

Musilac 2014

Et puis non finalement, si certes l’approche fût un peu boueuse, une fois dans la zone de concert, heureusement faite d’un substrat beaucoup plus ferme, ça allait parfaitement et à part une légère bruine à la fin de Shaka Ponk on n’a même pas été mouillé.

Musilac 2014

Coté musique, on aurait bien aimé découvrir plus London Grammar mais on est arrivé un peu tard pour en profiter pleinement dommage.

Musilac 2014

C’est avec curiosité qu’on a regardé Motorhead. Si j’ai eu à une époque quelques groupes de Heavy  Métal  fétiches, Motorhead n’en faisait pas parti et c’était même la première fois que je les écoutais. Bon ils ont fait le job et si Lemmy leader emblématique du groupe semblait un peu usé, le public, même s'il n'était pas trop typé heavy Métal, a pas mal suivi.

Musilac 2014

Après cela c’est avec envie qu’on attendait M qu'on avait adoré à Lyon l’an dernier. Là on a moins apprécié. Pas forcément à cause de sa prestation mais plutôt à cause de l’environnement. Eh oui c’est que ce soir Musilac affichait complet ,ce qui fait que comme souvent dans ce cas dans les festivals, suivant l’endroit où on se trouve on peut manquer un peu d’espace vital…C’était le cas pour nous ce soir au moment de M.

Musilac 2014

Point de tout ça pour Shaka Ponk par contre où si on n’était pourtant guère plus le loin de la scène on était beaucpup plus à l'aise pour pleinement apprécier.

Musilac 2014

On les avait eux aussi déjà vu il y a 2 ans et s’ils ont toujours la même énergie, ils ont encore amélioré le coté visuel de leur show plus et mieux intégré à leurs morceaux.

Musilac 2014

Un très bon moment donc auquel on aurait bien encore ajouter quelques chansons.

Musilac 2014

Pour conclure  on a aussi jeté une oreille à Fauve un des groupes djeuns du moment. Sympa mais il était déjà bien tard,et puis le son était beaucoup trop fort (beaucoup plus que tous les groupes précédents), alors vers 2h30 on a levé le camp un peu fourbu mais comme d’habitude très content de notre soirée ici.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 22:59

3eme visite pour nous ce soir à Aluna festival, pas trop de monde enfin je veux dire pas « sold out » comme on a pu le vivre une fois où on avait vraiment trouvé que c’était trop. Là rien de tout ça, on accède rapidement, on bouge facilement à l’intérieur et dans la fosse. Tout en étant très près on préserve tranquillement notre espace vital pour pouvoir bouger en musique (danser quoi…), cool...

Aluna festival

Et coté musique justement me direz vous. Et bien on arrive pour Gaétan Roussel, c’est la troisième fois que je le vois en peu de temps et comme d’hab sans être un grand fan j’aime bien ses concerts et sa présence sur scène (si le cœur vous en dit il passe à Grenoble avec l’excellente Christine and  the Queen le 28 juin en concert gratuit à l’esplanade), Agnès est presque convaincu…

Aluna festival

Ensuite on enchaine avec un grand classique historique, celui la on l’a vu de nombreuses fois. Moi je trouve que parfois il n’en fait pas assez mais bon c’est toujours sympa de revisiter ses classiques, Agnès elle, elle adore…

Aluna festival

Après comme d’habitude  aussi chaque festival a ses surprises, pour nous ce soir ce sera avec Texas. Pas vraiment des inconnus mais je dois dire qu’à part leur premier disque Southside paru en 1989 et que j’ai bien dans ma CDthèque, je ne m’y étais plus guère intéressé. Et bien en concert au moins c’est un tort, Sharleen Spiteri est vraiment excellente et le show nous a emballé, 1h20 à grande vitesse, passé bien trop vite. C’est sûr je vais écouter leur dernier album sorti en 2013 après 8 ans de silence et si l’occasion se représente on retournera volontiers les voir.

Aluna festival

Pour conclure la soirée on a aussi découvert Yodelice, un univers et un son très rock années 70 on a trouvé. Ca avait l’air pas mal mais il était déjà bien  tard alors après quelques morceaux nous nous sommes éclipsés. Un peu fatigué le  lendemain donc, d'autant plus que le matin à peine réveillé on s'est aussi laissé entrainer dans un petit tour VTT improvisé dans les collines drômoises. Ce n'était pas vraiment  prévu mais merci Christine et Claude pour l’accueil, la balade et surtout la séance de recup au champagne autour de la piscine, décidément Aluna et tout ce qui va avec on en redemande.... 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 22:56
Hey man...

Des jeunes filles souriantes, une architecture baroque, quelques notes de musique entendues un peu plus tôt dans l’après-midi…  Et si on s’approchait ?

Hey man...

Mais oui on dirait bien un concert. Allez on va s’installer….

Hey man...

C’est tout petit, l’ambiance promet d’être intime, mais qui sera donc l’invité du jour ?

Hey man...

La photo n’est pas très bonne mais c’est avec lui, l’increvable, le joyeusement foutraque et toujours généreux Jacques Higelin que nous étions samedi soir au Palais du Facteur Cheval. Il s’est bien attribué le lieu pour un set très axé sur les belles musiques de son dernier disque. Plus calme, plus intime et beaucoup moins délirant qu’il y a 3 ans à Annecy où il avait littéralement « mis le feu » à la salle, on a donc passé un moment différent mais toujours trés, très rare.... «Hey man* » on espère que tu nous enchanteras encore longtemps.

* une des jolies chansons de son dernier album Beau repaire

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 19:36

Musilac cuvée 2013, pas d’artiste phare pour nous cette année, enfin  commun à Agnès et moi tout du moins, mais sur la foie de quelques chansons de Phoenix que je lui fais écouter, je la convaincs quand même d’aller y faire un tour samedi soir.

Musilac 2013

De toutes façons le lac c’est sympa et la soirée promet d’être douce et belle et puis c’est l’occasion de ressortir un fameux couvre chef alors…

Musilac 2013

Venons en au programme, on arrive vers 18h pour entendre la fin de The Vaccine, ça n’a pas l’air mal, mais on n’est pas vraiment dedans encore.

Musilac 2013

Suit Stéphane Eicher, on connaissait ses «tubes» (Déjeuner en Paix, Pas d’amis comme toi…),  on a bien aimé sa façon d’être sur scène. Il joue d’abord 3 titres de son nouvel album puis s’arrête et dit au public :

ça s’était mon nouvelle album mais bon vous n’êtes pas venu que pour çaqu’est ce que vous voulez que je joue maintenant ?

…..

Comment ? à oui d’accord je crois que j’ai compris ?

Et il poursuit évidemment par « Déjeuner en paix » qui réveille bien le public, puis par tout une série de chansons plutôt bien rock avec des sonorités sympas rehaussées par la présence d'un trombone et d'un  corps.

Musilac 2013

Concert conclu au coucher de soleil, pas mal tout ça pour lancer la soirée.

  

Musilac 2013

Après une petite pause repas on raccroche avec grand plaisir sur Asaf Avidan, on n’en avait jamais entendu parler et pourtant ce sera notre première jolie surprise ce soir.  

Musilac 2013

Une voie rauque et aiguë , une belle personnalité et une belle présence sur scène

Musilac 2013

Bref on a bien aimé et si ça vous tente il passe au Summun en septembre (ptête qu’on ne retournera le voir…enfin moi en tout cas).

  

Musilac 2013

Au tour de Ben Howard maintenant, lui aussi on ne le connaissait pas du tout et il nous a bien plu, une intro à la guitare peu banale.

Musilac 2013

Puis de jolies chansons pour de délicieux enchainements pop rafraîchissants, mélodiques et parfois planants, super.

Musilac 2013

Viens enfin le clou de la soirée (pour moi…) Phoenix. Alors oui ça déménage et l’enthousiasme de groupe sur scène est communicatif. Mais je suis quand même un peu déçu par rapport aux versions studios. Le son est trop fort et on perd du mélodique au profit d’une puissance toute techno.

Musilac 2013

Agnès n'a pas vraiment aimé et a même pris un peu de recul, moi j'ai quand même apprécié même si je continue à préférer leurs versions enregistrées.

Après ça et 6h de concert quand même, on en reste là pour aujourd'hui assez content de notre soirée.

Musilac 2013

C’était la quatrième fois qu’on venait à Musilac, alors pour conclure quelques impressions récurrentes sur ce joli festival :

A chaque fois on aime :

- le cadre  du lac, des montagnes et du coucher de soleil...

- l’organisation avec ses parkings accueillants, ses navettes fréquentes, la fluidité des entrée et des sorties et le timing parfait entre les groupes...

- l’espace spacieux où on peut toujours être assez prêt de la scène sans être trop tasser…

- la programmation qui nous réserve toujours de jolies surprises…    

Souvent on aime moins une partie du public beaucoup trop alcoolisé et qui, même s’il est devant la scène se désintéresse complètement des groupes qui passent. Même si ce n'est pas propre à Musilac mais général à ce type de de festival au long court et au public plutôt jeune, c'est parfois un peu dérangeant pour profiter pleinement de la musique.

Enfin bon, surement ça ne nous empêchera pas d'y revenir une prochaine fois, à l'année prochaine alors ?

Partager cet article

Repost0