Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 17:42

Pour terminer cette semaine en Haute Maurienne, rien de tel qu’une goulotte en Vercors… Enfin bon ça c’est Loisyann qui me le propose alors difficile de résister. D’autant que cette belle ligne, que nous avions repérer lors de notre sortie au bloc coincé et que j’avais revue lors de ma balade à la petite Moucherolle avec Louis, avait l’air bien esthétique.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Elle est là plein centre, pas mal, non (photo du 15/01) ?

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Certes le départ  en plein brouillard du col de l’Arzelier n’est pas des plus sexy mais bon heureusement vers 1700 on émerge. Enfin presque car les nuages ne cessent de jouer au yoyo…

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Heureusement à un moment la bonne éclaircie est là et nous permet de repérer le départ. Joli cirque et grande ambiance en-dessous de ces hautes parois. On va tout là-haut pile au centre de la photo, vous venez avec nous ?

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Ça commence par un beau plaquage bien ferme et une belle longueur de 60 mètres.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Lois au relais.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Une grande pente de neige bien dure entrecoupée d’un petit ressaut. Les mollets souffrent un peu…

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Ca s’encaisse délicatement.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Pour arriver dans une superbe grotte.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

La sortie de celle-ci est splendide, un passage raide en glace suivi d’une goulotte de moins d’un mètre de large en conditions parfaites.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Les relais sont sur friends, on mettra aussi 2 pitons (récupérés ensuite).

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Un petit bouchon de neige plus difficile qu’il n’en a l’air.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Et nous voici à l’amorce des pentes sommitales.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Lois va bientôt retrouver le soleil.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

A la sortie. Il nous a fallu environ 2h30 de l’attaque pour  450 m de dénivelé de pur plaisir…

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

Une petite pause au sommet, on s’attendait à avoir du vent et du froid, mais non finalement, au soleil ça va, les grands froids annoncés ne sont pas encore arrivés jusqu’ici.

Les Deux Soeurs, goulotte les dessous d'Agathe

La descente s’effectue par le couloir est des 2 Sœurs, la dernière fois qu’on y était venu c’était à ski. Là dans une neige bien molle, c’est un peu plus laborieux d’autant que depuis notre départ la mer de nuages est bien remontée. Du coup il nous faudra un peu réfléchir pour retrouver le haut des pistes, enfin bon même sans GPS on y arrive. Faut dire qu’on était particulièrement motivé par la bière qu’on allait pouvoir s’offrir au refuge la Soldannelle (excellent accueil on vous le conseille). Voilà la balade vous a plu ? Nous on a adoré cette goulotte en conditions vraiment excellentes aujourd’hui.

Partager cet article

Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 16:32

On n'allait quand même pas quitter la Haute Maurienne sans aller tâter un peu la glace, Il fait -10 tous les matins et les conditions promettent d'être bonnes. 

Cascades de Saint Landry

Direction le site de Saint Landry avec Damien et Paul. Si les quantités de neige changent un peu la donne sur certaines lignes, on parcourra les 3 ci-dessus avec un mention spéciale pour le joli cigare tout à gauche que je n'avait jamais vu aussi charnu.

Cascades de Saint Landry

On commence par celle de droite, un peu nivelé sur le bas mais ça fait un excellent échauffement, c'est que ça fait des années que Damien n'a pas pratiqué.

Cascades de Saint Landry

Dans le ressaut du haut.

Cascades de Saint Landry

Si vous comparez cette photo avec celle de la bordure du blog prise au même endroit vous verrez que cette année c'est bien plus facile.

Cascades de Saint Landry

Damien dans L2.

Cascades de Saint Landry

Une fois en haut une petite traversée nous permet de récupérer les relais du secteur de dry en haut du cigare de gauche. Un rappel et on y est.

Cascades de Saint Landry

Reste plus qu'à remonter, c'est bien raide, la glace est très propre, pas du tout de neige mêlée ici. 

Cascades de Saint Landry

Très peu de relief et superbe ambiance qui nous masse bien les avants bras

Cascades de Saint Landry

Un nouvelle traversée, un nouveau rappel et nous voici sur la ligne du centre. J'étais déjà venu la gravir avec Yannick, ça avait été mon premier contact avec le dry... bien explosif.  Aujourd'hui rien de tout cela et même si ça reste raide c'est beaucoup plus "roulant".

Cascades de Saint Landry

La glace est plus marquée que dans le cigare, il y a beaucoup plus de pieds, l'occasion de jolis mouvements.

Cascades de Saint Landry

Dans cette toujours superbe ambiance

Cascades de Saint Landry

Et de quoi poursuivre notre massage des avants bras.

Cascades de Saint Landry

De tout en bas, une bien belle longueur dégustée avec punch mais sans stress, et oui en cascade en moulinette on est les rois du monde...

Cascades de Saint Landry

Au retour le soleil se montre même un peu, l’occasion d'un coup d’œil sur le secteur de Pierre de Bec, peut-être des trucs durs grimpables mais surement aussi beaucoup trop de soleil à cette époque.

Cascades de Saint Landry

La  cascade de la Frête, la classique de Bessans a elle souffert de l'ensoleillement avec son tube du haut bien fendu. Enfin bon nous on ne va pas se plaindre à Saint Landry c'était parfait aujourd'hui. 

Partager cet article

Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 20:14

Une belle et froide journée s'annonce, il a même reneigé un peu alors oui le ski serait tentant, mais bon...

Cascade dans le cirque du Boulon

Nous on préfère faire nos sacs à l'ombre, même si, avec le petit -10 qui taquine nos corps encore un peu engourdis et en voyant le beau soleil juste en face, nos certitudes vacillent un peu.

Cascade dans le cirque du Boulon

Mais non en fait, il suffit de marcher un peu, ça tombe bien 700m de dénivelé nous attendent, juste de quoi se réchauffer. Si comme le week-end dernier il n'y a pas de trace, le terrain est quand même beaucoup plus accueillant.

Cascade dans le cirque du Boulon

Du coup 1h30 après notre départ environ, Jacques attaque la première longueur de plein tube, une classique du cirque du Boulon.

Cascade dans le cirque du Boulon

Vue sur L2, à la glace un peu capricieuse qui nous amène à un relais sur spits

 

Cascade dans le cirque du Boulon

De celui-ci un traversée ascendante sur une rampe nous amène au suivant.

 

Cascade dans le cirque du Boulon

Belle ambiance non.

Cascade dans le cirque du Boulon

Jacques à la sortie du petit cigare de L4, hum, hum on prend de la hauteur et la suite semble ensoleillée.

Cascade dans le cirque du Boulon

La dernière longueur au soleil effectivement. Vue d'ici elle paraît toute petite, pourtant elle fait un bon 40 mètres, elle est assez raide et sa glace pour le moins délicate nous imposera un ascension des plus méticuleuse...

Cascade dans le cirque du Boulon

Jacques à la sortie, sûr que la fraîche mise en route du matin est maintenant bien oubliée.

Cascade dans le cirque du Boulon

Sur les crêtes ça souffle et pour les skieurs la face nord de la Petite Lance ne paraît pas si pire... moi je serais vous j’essaierais. Pour la goulotte blanche par contre, si ses raides premières longueurs on l'air excellentes, le reste est sûrement un peu trop neigeux.

Cascade dans le cirque du Boulon

Il ne reste plus qu'à redescendre, une bonne trace à faire au départ, mais dans un telle cadre on en va pas se plaindre.

Cascade dans le cirque du Boulon

Un petit coup d’œil au passage sur les autres lignes du cirque, les 2 de droite, gravit avec Jacques il y a fort longtemps, elles ont l'air grimpable...

Cascade dans le cirque du Boulon

Le grand rideau aussi, même si on l'a vu plus fourni, il propose sûrement quelques lignes aériennes et esthétiques. Attention toutefois maintenant le haut prend le soleil en début d’après-midi. Voila, si Belledonne n'est pas forcément réputé pour ses cascades, quand les conditions sont là on peut quand même s'y amuser à loisir, à deux pas de la maison et loin de la foule, nous en tout cas on a adoré cette journée avec encore une fois la montagne pour nous tout seul. Autres infos et photos ici. 

Partager cet article

Repost0
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 09:29

On a pris un peu de retard aujourd'hui mais vers 13h ça y est, on y va. Un petite marche d’approche sans trace et dont on sait qu'elle ne sera pas forcément facile.

Cascade de la Grande Valloire

Au début ça déroule, ensuite...

Cascade de la Grande Valloire

Ça se complexifie un peu. Et si les arbre sont magnifiquement givrés, comme le ruisseau n'est pas gelé il faut jongler en permanence entre les rives pour trouver le meilleur passage.

Cascade de la Grande Valloire

Un jeu d'équilibriste parfois un peu fastidieux, d'autant qu'on ne sait même pas si la cascade convoitée sera en conditions...

Cascade de la Grande Valloire

Après 1h30 environ (pour 500m de dénivelé...) la belle se dévoile enfin et même si on n'en voit que L1 et que ça coule un peu, on pense bien que ça va le faire. De toute façon, tout plutôt que de refaire l'approche dans l'autre sens...J'y vais donc, la glace est pour le moins tourmentée, assez dure mais plutôt ludique à gravir car pleine de reliefs avec lesquels il suffit de bien composer.

Cascade de la Grande Valloire

Depuis R1, une petite vue sur L2, la plus raide. Un océan de méduses et de formes fantasmagoriques dans lequel il faut astucieusement slalomer. Un petit passage vertical aussi aux appuis et ancrages excellents, on a adoré.

Cascade de la Grande Valloire

Vue de l'intérieure.

Cascade de la Grande Valloire

Jacques à la sortie du crux.

Cascade de la Grande Valloire

L3 plus facile mais bien à l'image de l'ambiance du jour.

Cascade de la Grande Valloire

R3 et L4 notre dernière longueur. Tous les relais se font sur broches.

Cascade de la Grande Valloire

R3 du dessus, c'est qu'on a pris un peu de hauteur finalement.

Cascade de la Grande Valloire

La sortie, hum, hum il est plus de 17h30... le temps de tout plier et de grignoter quelque chose, sûr qu'on va redescendre de nuit. En buvant un coup on s'aperçoit que l'eau a gelé dans les sacs, c'est qu'il faisait quand même frais aujourd'hui. Après une petite traversée, vers 1700 on retrouve le GR qui, parfois à la lueur des portables (c'est que sous les sapins il fait vraiment noir), nous assure un retour tranquille à la voiture. 19h on y est. Tiens si on n'a pas fait mieux que la dernière fois, on a encore une fois adoré cette balade, calme, tranquillité et découverte des conditions, un luxe rare de nos jours en cascade de glace.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 11:41

La poudreuse c’est bien, mais quand même il aurait été dommage de ne pas profiter de ce cycle neige/redoux-pluie puis fraicheur à nouveau pour aller faire un tour dans une goulotte de moyenne altitude.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Nous voici donc en route pour la barrière est du Vercors. Les conditions d’approche sont idéales et si les sacs sont un peu lourds la progression est facile sur cette neige qui porte bien. Il ne nous reste plus qu’à découvrir notre goulotte. Découvrir est bien le mot car comme elle très encaissée et plutôt tortueuse voir même cachée, ce n’est qu’au bout de chaque longueur qu’on voit la suivante. Un petit parfum d’inconnu qui nous plait bien.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Les 3 premières longueurs sont parfaites, neige couic couic, un peu de glace, le tout au milieu de ces belles parois calcaire, un vrai délice qu’on avale rapidement à corde tendue.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Lois à notre premier relais avec au-dessus de lui le crux du jour.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Un bloc coincé déversant en sortie, sans beaucoup de pieds mais avec heureusement des ancrages bétons au rétablissement. Lois négocie ça avec force et élégance (la classe du guide quoi…). Pour moi ce sera un peu plus laborieux…

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Je continue au-dessus toujours dans cette ambiance qu’on adore.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Un coup d’œil sur le deuxième crux du jour. Une petite section en neige presque verticale qui parait débonnaire mais où sans trop d’appuis, la progression est un peu délicate. Ce court passage nous donne accès au relais confortable de la grotte.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

La sortie de celle-ci est aussi un poil taquine, une traversée en opposition au-dessus de l’abime pour rejoindre un bloc d’où on continue vers le haut par de subtils appuis neige/glace/rocher. Finalement à l’usage ça s’avérera plus facile qu’il n’y parait, encore un bien joli passage en tout cas.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Pour terminer une longueur en neige nous amène à la corniche qu'il faut escamoter par un fin passage rocheux.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Et voilà on y est, pas mécontent de retrouver le plancher des vaches après ces quelques passages courts mais un peu corsés.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Le plancher des vaches justement (ou plutôt des chamois ici), quelques flocons et un peu de soleil pour une progression tranquille vers le Pas Morta sur cette neige toujours parfaite pour cheminer à pied.

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Dans la descente du pas, sous l’œil de nombreux chamois (avec un œil aiguisé on en voit un sur la photo)

Tours du Playnet, goulotte du bloc coincé

Et de la voiture plein centre notre voie du jour : la goulotte du bloc coincé aux Tours du Playnet, une bien jolie ligne en bonnes conditions ce jour mais avec aussi quelques passages un peu piquants quand même pour réveiller le grimpeur endormi… La même vue de chez Lois.

Partager cet article

Repost0