Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 18:25

Direction la vallée de la Romanche ce matin, pour changer un peu de toute cette poudreuse et puis aussi et surtout pour aller voir ce que donne les conditions de glace un peu plus bas que les dernières fois avec ce froid qui est enfin arrivé. Pour éviter la foule (ou pas) on ne pousse quand même pas jusqu’à la Grave. Le brouillard encore présent nous empêchant de bien voir les conditions en versant nord on s’arrête à la cascade du Pertus en versant sud qu'on devine au travers des volutes.

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Je l’avais déjà faite il y a très longtemps, là force est de reconnaitre qu’elle n’est pas très grasse mais bon Cyril s’y lance méticuleusement. 

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Le jeu du jour c’est de trouver les meilleures zones pour pouvoir brocher. En louvoyant un peu finalement on y arrive et après quelques sections un peu creuses on atteint le relais rive droite.

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Pas découragés par ces conditions moyennes on continue d’autant qu'un peu de ciel bleu égaille tout cela.

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Dans les zones plus raides ce n’est pas trop mauvais et on peut mettre quelques bonnes broches.

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Le réta final, au-dessus de celui-ci Cyril cherchera un moment le relais complètement recouvert de neige.

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Apres le travail de déblayage, jolie ambiance isn’t it ?

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Le cadre du jour, la vallée de la Romanche avec la voiture juste en dessous.

Une peu de cascade au milieu de toute cette poudreuse

Et un peu de soleil pour terminer ce qui est toujours agréable. Comme vous pouvez le voir notre ligne du jour est encore un peu maigre et aujourdhui si on ne s'est pas fait mal aux bras il fallait être précis et méticuleux.  Le reste des cascades qu’on a vu, par contre, n'ont pas l'air si mal et une fois la nivologie stabilisée on devrait pouvoir fréquenter les classiques aisément (d’autres photos ici

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 20:45

Avant les importantes (?) chutes de neige annoncées on décide d’aller profiter encore des ces bonnes conditions de glace.  

Le Vol du Bourdon

Notre cadre du jour, le vallon du diable, parfois bien trop fréquenté mais plutôt calme aujourd’hui, 6 cordées en tout, cool.

Le Vol du Bourdon

Une petite heure de marche frisquette et on y est. On avait quelques objectifs versant nord mais en ce début de matinée quelques spindrift y dévalent joyeusement, alors c’est en versant sud qu’on va. L’an dernier on y avait gravi Délivrance, cette année ce sera sa voisine Le Vol du Bourdon.

Le Vol du Bourdon

Une cordée l’a déjà attaquée, ce pourrait être un cas de renoncement mais ici la cascade est large et comporte des relais sur les 2 rives. Du coup on y grimpera sans se gêner. L1, eux à gauche et nous à droite (au plus raide)

Le Vol du Bourdon

Départ de L2

Le Vol du Bourdon

Toujours au plus raide c'est le crédo du jour

Le Vol du Bourdon

Loïs au brochage, jolie ambiance non

Le Vol du Bourdon

Au sommet du ressaut principal. Nos camarades du jour redescendent, nous on poursuit pour aller découvrir une dernière longueur. Rarement gravie, on l'atteint après une grande vire.

Le Vol du Bourdon

Elle est constituée dun petit cigare d'une quizaine de mètres. Il ne paye pas trop de mine de loin et pourtant il se révélera fort intéressant.

Le Vol du Bourdon

Raide et très sculptée, un vrai plaisir tout en placement pour moi, faut dire que loïs y a parfaitement fait le ménage.

Le Vol du Bourdon

5 rappels

Le Vol du Bourdon

Pendant lesquels on a tout loisir d'admirer les belles cascades du versant nord dans lesquelles on est allé bien souvent se balader.

Le Vol du Bourdon

Et le temps s'illumine à nouveau pour faire briller notre belle du jour.

Le Vol du Bourdon

Il ne nous reste plus qu'à rentrer sous le soleil. c'est un des grands plaisirs du vallon du Diable, si la montée du matin est en générale bien frisquette, le retour se fait souvent sous un beau soleil qui même si il n'est pas bien chaud, suffit à nous réchauffer les os.

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 13:41

Aujourd’hui c’est décidé on va faire de la vraie glace. Compte-tenu de la météo annoncée et pour éviter la sur fréquentation parfois dangereuse en glace c’est vers la Haute Maurienne qu’on se dirige.

Cascade du Rebruyant

2h de voiture certes mais après c’est tellement sympa et puis comme prévu on y sera tranquille et il fera beau toute la journée.

Cascade du Rebruyant

Sous l’œil du Charbonnel on remonte la vallée d’Avérole pour accéder à la cascade du Rebruyant. Vu le peu de neige une piste de fond est ouverte dans la vallée ce qui facilite grandement l’approche (en temps normal les pistes s’arrêtent au hameau de la Goulaz à cause du risque d’avalanche)

Cascade du Rebruyant

Une cordée de 3 est déjà présente dans la cascade, mais ce n’est pas gênant. Ils ont un peu d’avance et puis comme ils sont expérimentés et grimpent bien proprement c’est un plaisir de faire connaissance avec Gérald et ses camarades. De grands passionnés de glace que je "connaissais" au travers des infos de Gérald sur C2C et par son site internet.

Cascade du Rebruyant

Dés qu’ils sont à R1 on attaque. Comme la photo le montre, c’est absolument splendide.

Cascade du Rebruyant

L1 vue de l'intérieur permet d’emblé de renouer avec toutes les "joies" de la cascade. C’est assez raide, la glace est plutôt bonne mais malgré les –12 ce matin au départ de la voiture, ça coule beaucoup. Du coup pour ne pas finir mouillé/congelé il ne faut pas trainer…

Cascade du Rebruyant

Dans L2, il a 2 lignes possibles, alors pendant que nos camarades en terminent avec la ligne de droite on gravit celle de gauche. Jolie perspective, parfois le cigare touche et il a déjà été gravi.

Cascade du Rebruyant

C’est un peu plus raide au départ, mais plus facile sur la fin. La glace est plus sèche que dans L1 et part quelque fois en assiettes donc il faut grimper avec délicatesse. 

Cascade du Rebruyant

Pendant que j’en termine, sous le soleil s’il vous plait, nos camarades redescendent en rappel.

Cascade du Rebruyant

Arrivée au relais, après un réta jamais facile, la glace laisse place à de la terre gelée, une forme de transition douce depuis le mixte belledonnien…

Cascade du Rebruyant

De retour à R1 comme la place est maintenant libre on en profite pour faire un tour dans la ligne de droite. 55 nouveaux mètres de belle glace ça ne se refuse pas…

Cascade du Rebruyant

Si la première partie est effectivement plus facile, la seconde plus raide offre de biens jolis passages. 

Cascade du Rebruyant

Zoom sur Lois au brochage en sortie du premier crux.

Cascade du Rebruyant

Et petit repos après brochage (vive le sans dragonne) avant d’attaquer la suite encore assez raide.

Cascade du Rebruyant

Voilà un nouveau rappel puis un autre et on en termine avec cette superbe cascade en très bonnes conditions.

Cascade du Rebruyant

La belle du jour, pas mal du tout on a trouvé.

Cascade du Rebruyant

Avant de rentrer on fait un petit tour dans la vallée pour observer un peu les autres lignes, La Frette à l’air pas mal (voir photo), vers Bonneval en rive gauche les quelques lignes habituelles sont bien là, en rive droite au-dessus de Bessans la Revernote passe peut être…, La Goulotte Grassi à la pointe de Tierce est particulièrement sèche par contre. Plus bas la cascade du Chatel est surement très, très bonne avec cette année une sortie directe particulièrement fournie.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 21:41

Aujourd’hui je n’étais pas vraiment motivé mais Djé lui l’était. Alors même si à 12h je suis toujours au boulot, quelques heures plus tard l’ambiance a bien changé.

La Chamrousserie du mercredi...

Après une approche rapide (on a utilisé le télécabine ce coup-ci) et après 2 goulottes encore bien ludiques, on profite des dernières lumières du soir, Chamrousse est magique souvent.

La Chamrousserie du mercredi...

Une première montée donc, mais par ou ça passe ?

La Chamrousserie du mercredi...

Par-là par exemple, en plus c’est très bien équipé pour la difficulté.

La Chamrousserie du mercredi...

Alors on profite. Quand on regarde vers le bas on ne voit que du blanc.

La Chamrousserie du mercredi...

Quand on regarde vers le haut c’est plutôt rocheux, quelques passages bien ludiques où il faut parfois chercher ses prises sous la petite couche de poudreuse (5cm) tombée cette nuit.

La Chamrousserie du mercredi...

Une petite transition piétonne et on repart pour un deuxième tour.

La Chamrousserie du mercredi...

Si je ne connaissais pas la première, je connais bien celle-ci et c’est avec grand plaisir que je la fais découvrir à Djè.

La Chamrousserie du mercredi...

En plus dans L2 on découvre une petite variante super jolie. Un petit dièdre englacé sur une fine bande long d’une quinzaine de mètres, super (la variante à Charlie ?).

La Chamrousserie du mercredi...

Ensuite Djé s’éclate dans la dernière longueur délicieusement encaissée.

La Chamrousserie du mercredi...

Et hop on y est. Il est un peu tard et une sombre histoire de sangles égarées nous fait faire un détour et nous retarde un peu mais ce n’est pas grave.

La Chamrousserie du mercredi...

C’est l’occasion de mêler les lumières du soir à celles de Grenoble et de conclure sur l'image colorée qui débute cet article. 

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 10:12

Il fallait une certaine dose humour et un franc optimiste pour, avec ces températures, prétendre faire de la cascade ce samedi, mais bon l’optimisme et l’humour on en a besoin plus que jamais alors…

On est tous des charlots...

Alors pour éviter la foule on se retrouve dans un de nos endroits préférés. Bergère n’est plus là mais elle a sa remplaçante et le propriétaire de la ferme est toujours aussi sympa.   

On est tous des charlots...

Le versant ouest des Armet et ses multiples possibilités toujours aussi fascinantes même si aujourd’hui elles ne sont guère nombreuses. Comme c’était presque prévu nos 2 premières idées tombent à l’eau mais on repère quand même un truc qui semble être assez sympa. Le problème est simplement de l’atteindre, le plus normal serait par le bas mais ça ne semble pas praticable. Dans un autre vallon on se serait surement arrêter là mais on est tellement bien dans celui-ci, et puis c’est aussi l’occasion de se rapprocher d’un secteur où on n'a encore jamais mis nos skis ni nos piolets alors on décide, au prix d’un gros détour, d’essayer un accès par le haut.  

On est tous des charlots...

Terrain et cheminement pas facile où on ne passera pas loin du but mais après plus une heure de bastassage on arrive enfin dans l’axe et au-dessus de notre cascade. Au-dessus c’est bien le problème d’ailleurs, la nature du terrain nous a en effet pousser beaucoup trop haut par rapport au secteur le plus intéressant. On s’équipe quand même et on descend le plus possible mais on voit rapidement qu’il ne sera pas possible sans prendre trop de risque d’atteindre la zone la plus intéressante (neige bien trop molle, aucun point fiable pour faire des relais de rappel…) .

On est tous des charlots...

Aller ce n’est pas très grave on a quand même quelques petits ressauts à remonter, 3 en tout, pas très raides et en glace sorbet fondant.

On est tous des charlots...

On garde donc les cordes et matos sur le dos et on se fait quand même plaisir.

On est tous des charlots...

Plaquage sur des dalles rocheuses dommage qu’on n’ait pas pu aller plus bas.

On est tous des charlots...

Petit ambiance goulotte.

On est tous des charlots...

Les charlots du jour

On est tous des charlots...

Retour au soleil mais qui ne déroule pas non plus, c’est qu’au milieu de ces barres il faut rester concentré et ne pas perdre le bon cheminement.

On est tous des charlots...

Un dernier regard sur le sanctuaire en conditions un peu sèches comme vous pouvez le voir

On est tous des charlots...

Et tout se termine comme d'habitude par des papouilles à …. (on a oublié son nom faudra repasser pour lui redemander). Une belle matinée qui si elle ne nous a pas permis de cascader pleinement, nous a donné l’envie de revenir visiter le coin, c’est que là haut on a repéré encore quelques lignes nouvelles à aller découvrir...  

 

Partager cet article

Repost0