Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 19:03

Le redoux gagnant même les basses couches il était un peu osé de prétendre trouver de la glace vers 1100 mètres d’altitude. M’enfin bon, pour une courte après-midi, comme c’est vraiment tout près et sur la base de quelques infos visuelles de Cyril on tente quand même le coup.

Redoux, dégel...

Bon alors force est de reconnaitre que même si visuellement ce n’est pas très différent de ce coup ci (si on compare à la dernière photo par exemple), c’est quand même un poli plus dégradé et l’ambiance sous le vent du sud est au franc dégel. Pour la glace à cause du faible débit ça irait encore, pour tout ce qui est autour par contre… En vrac, un peu de boue dans l’approche, des chute d'objets divers dans la forêt bien raide, de la neige collante qui ne demande qu’à glisser...

Redoux, dégel...

On se fera quand même 2 petites longueurs de glace facile et bien abritées sur la droite, n’osant pas aller taquiner le plus raide même en moulinette, qu’il aurait été d’ailleurs bien difficile de placer sur notre point habituel, vue l’amincissement cruel de la glace vers le haut…

Redoux, dégel...

Enfin bon, on s’est bien diverti et puis pour une fois en cascade il faisait chaud… Noter cependant qu’aucun endroit n’est si débonnaire que ça puis que si vous regarder bien la photo vous pourrez remarquer quelques blocs de neige d'un fort beau gabarit. Ceux à droite de Jean Claude étaient partis avant notre arrivée, ceux à son niveau par contre, sont le fruit de la petite pente de neige au pied de la cascade qui a purgé pendant qu’on grimpait. Rien de dangereux ici mais dans d’autre lieux avec des pentes plus longues… Redoux, dégel c'était les mots du jour à cette altitude en attendant le retour de la neige et du froid ?

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 12:21

La météo est idéale, froid mais pas trop à l’ombre en altitude, peu de neige, alors il faut vraiment en profiter ce week-end. Avec Cyril on hésite, on a plusieurs idées… et puis soudain vendredi tout s’éclaire, un mail de Jean Marie nous dit que la route de la Bérarde est ouverte. Alors là, il n’y a plus de doutes (ou presque….) c’est vers l’Encoula qu’on va aller. Depuis le temps qu’on voit cette cascade en complète déliquescence lors de nos virées de ski de printemps, à cette époque elle doit forcément être en bonnes conditions. On a juste un peu peur que plein de gens aient la même idée que nous, mais bon pour une cascade comme ça on est prêt à quelques concessions, et puis de toutes façons, se balader à la Bérarde en ce moment ,rien que ça, ça nous réjouit.

De l'iode pour l'effort

Départ vers 8h30, Jean Marie est là aussi mais eux c’est vers le refuge Temple-Ecrins qu’ils vont. Approche sereine, il n’y a absolument personne dans le secteur et la belle semble prometteuse.  

De l'iode pour l'effort

Vers 9h30 on attaque, 2 longueurs en 3 réalisées à corde tendue. Il y a même un peu de soleil et l’ambiance au milieu du granite de l’Encoula est assez démente… Enfin nous on adore.  

De l'iode pour l'effort

L3, courte et soutenue, Cyril s’y colle avec brio, en fait la glace est très stalactitée et aérée ce qui rend le brochage un peu aléatoire.

De l'iode pour l'effort

En second tout de suite on est beaucoup plus décontracté. Je continue donc par une autre longueur de transition vers le fameux cigare…

De l'iode pour l'effort

Et le voici, 25 mètres de haut, fin, raide, magnifique quoi… mais aussi complètement fendu à sa base et beaucoup trop impressionnant pour nous.

De l'iode pour l'effort

C’est donc sans regrets qu’on va tâter du mixte à gauche. 15 mètres d’herbes, de rocher et de rhododendrons raides et peu protégeables… Cyril est content quand il arrive au seul point de la longueur (un spit muni d’une longue sangle). A partir de là une traversée rocheuse puis un court dièdre un peu foireux mais où on peut mettre un friend et hop le tour est joué… C’était assurément le passage le plus expo de la voie.

De l'iode pour l'effort

Après ça encore un petit traversée facile et on peut reprendre tranquillement notre ligne, un large toboggan glacé au milieu d'un joli granite poli par l'eau. Avec notre 55 m on y tirera 4 grandes longueurs de pur plaisir…

De l'iode pour l'effort

De la glace facile, un vide qui se creuse petit à petit.

De l'iode pour l'effort

Y a pire comme cadre pour poser ses piolets, coup d‘œil vers le sud…

De l'iode pour l'effort

Vers le nord c’est pas mal non plus.

De l'iode pour l'effort

Dernière longueur avec de la glace tendre qui repose enfin nos mollets mis à rude épreuve jusque là, un peu de neige pour terminer et une jolie perspective sur le vallée qui est maintenant bien loin. 

De l'iode pour l'effort

Reste donc plus qu’à redescendre. Ce n’est pas toujours simple mais ici c’est facile, il suffit de récupérer les relais chainés de « Balade dans l’eau de là » une voie d’escalade qui borde la cascade.

De l'iode pour l'effort

Avec notre 55 mètres 5 rappels et un peu de désescalade nous ramène au dernier qui nous permet de tutoyer le cigare de près. Jolie perspective en effet mais définitivement trop aléatoire pour nous même en moulinette.

De l'iode pour l'effort

Et voila 7h après notre départ on est de retour aux sacs, un poil fatigués mais diablement heureux d’avoir gravi cette ligne terriblement esthétique et complètement majeure dans ce degré de difficulté (tout à fait raisonnable sans le cigare).

De l'iode pour l'effort

Un dernier clin d’œil de la montagne et on rejoint la Bérarde à la nuit. Waouh quelle belle journée !!! Ah oui et puis aussi, le titre de l'article, en fait c'est le nom de la cascade, alors je ne sais pas si l'air était iodé mais l'effort en tout cas était bien là.

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 20:02

Nous on les adore ces hivers sans neige.

Un bien belle journée...

Ça permet l’accès à des choses dont on n'osait rêver.

Un bien belle journée...

Pas mal de coups de piolets, un peu de mixte et hop !

Un bien belle journée...

Une dizaine de longueurs et 5h plus tard… Reste plus qu'à enchainer les rappels pour retrouver le plancher des vaches et voir tranquillement le soleil du soir illuminer les sommets. Rah Lovely celle-ci elle était dans les cartons depuis très longtemps. Merci Cyril pour le partage et la balade.

 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 18:44

A force de se cailler en bas, -4 tous les matins en vélo, j’avais envie d’aller voir d’un peu plus près cette inversion de température. Enfin pas de trop près quand même puisque le but de la balade était de trouver un peu de glace. Je convaincs Jean Claude d’un petit tour vers le Lac de Crop, vivant sur des hauteurs ensoleillées il est un peu sceptique mais bon. Une fois à Prabert effectivement c’est carrément hallucinant, alors qu’il y a 30 minutes dans l’ombre, au pied du Murier, on avait froid, là au soleil on pourrait être en tee-shirt… Du coup le matos cascade parait un peu anachronique, mais aller comme je connais bien le site on y va quand même. Je pense bien trouver à l’ombre quelques bouts de glace grimpable.

Un peu de glace sous le lac de Crop

Dans l’approche en apercevant les cascades, s’il y a bien de la glace, il y a aussi de belles trouées pleines d’eau. Ça ne va pas être simple mais on ne s’avoue pas vaincus.

 

Un peu de glace sous le lac de Crop

Pour assurer le coup on va donc visiter, entre la cascade de gauche et les cascades principales, un petit ruisseling pas très visible si on ne connait pas, mais qui devrait être OK.

Un peu de glace sous le lac de Crop

On s’y lance donc et en effet, même si on voit bien l’eau à travers la glace, ça grimpe et c’est plutôt ludique.

Un peu de glace sous le lac de Crop

Après quelque acrobaties pour éviter un grosse trouée d’eau, on sort même la corde sur le haut pour un petit ressaut tout à fait fréquentable.

Un peu de glace sous le lac de Crop

Comme c’est un faible débit, l’eau ne coule pas et la glace y est même cassante.

Un peu de glace sous le lac de Crop

A la sortie un cheminement malin dans les vernes et les barres nous amène pile en haut du site principal. C’est certes un peu les grandes eaux dans ces gros débit alimentés par les pentes ensoleillées d’en haut, mais il aurait peut-être pu y avoir quelques trucs grimpable en bordure. Enfin on se méfiera néanmoins des chutes de blocs et autres écroulements toujours possibles vue les débits sous-jacents...

Un peu de glace sous le lac de Crop

Dans la descente le cheminement est plus technique que d’habitude du fait du manque de neige et le l’eau qui coule en dessous (il y a quelques trous à côtoyer précautionneusement…)

Un peu de glace sous le lac de Crop

La partie droite de la branche de droite, là il y avait peut-être moyen de grimper pour rejoindre le relais dans le rocher rive gauche. Pour nous l’heure tourne alors on n’essayera pas mais si on était venu directement on aurait tenté…

Un peu de glace sous le lac de Crop

Retour à la voiture donc en profitant du coucher de soleil sur le Jas des Liévres bien dégarni. La nuit nous rattrape sur la route où il faut rester concentré à cause de la glace. Voilà pour 5h30 de balade, peu de glace mais une jolie tranquillité et une découverte pour Jean Claude de ce petit site de proximité, pas majeur mais pas dénué d’intérêt quand les conditions sont là. Comme ce jour par exemple ou bien encore celui-ci

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 20:10

Y a fait froid non cette semaine ? Tu m’étonnes moi qui suis allé bosser tous les jours en vélo je peux t’le dire !!! Bon ben cascade alors… la première glace de la saison c’est toujours un moment à part. Reste plus qu’à trouver un endroit tranquille, on a bien quelques idées, un petit tour sur internet pour vérifier qu’il n’y a pas d’info sur le coin et on confirme notre choix.

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Rendez vous à 8h après on y est vite ce n’est pas très loin. Ca commence par une descente, il n’y a pas de trace mais on retrouve facilement les vieilles cordes fixes qui facilitent l’accès au fond du vallon.  

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

L’un des crux de la matinée, comme on doit descendre un peu la rivière pas complètement gelée, ne pas mettre de pied dans l’eau (ici c’est déjà arrivé…). Moyennant quelques passages un poil technique sur les rives ça y est on peut attaquer l’autre partie de la «marche» d’approche.

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Quelques longueurs faciles mais où il faut rester vigilant, faible épaisseur de glace et parfois poudreuse sur dalles, et hop on est bientôt à l’attaque.

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

La belle vue de profil et le glaciériste heureux…

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Cyril au relais, pour une première c’est excellent. Lorsque je le rejoins il me demande comme va l’épaule, je lui dis que c’est OK mais que les mollets par contre… Quand il me dit que pour lui aussi ça chauffe, je suis rassuré, ce n’est pas qu’une question d’âge, la cascade au début ça pète les mollets…

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Plus haut, une jolie langue de glace….

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Un petit clin d’œil de l’intérieur et on en termine.

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Le retour se fait pas la route, avec une belle ambiance au passage du tunnel, et se termine ici par un must si on est dans le bon timing… le soleil.

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Le bazard du glaciériste, c’est mélangé, coloré, on adore, mais ça ne serait pas complet sans une petite douceur…

Première glace, pomme de rainette ou pomme d'api ?

Chocolat, bière et notre prochaine gourmandise ? Juste parfait pour un premier délice glacé.  Et puis oui au fait, vous aurez tous deviné où c’était non (une partie de la réponse est aussi dans le titre...) ?   

Partager cet article

Repost0