Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 21:34

Ca sent le printemps, l’appel des pentes ensoleillées… oui mais bon allez encore une petite cascade, là bas ça va être tout bon et puis celle-ci avec son ambiance goulotte elle nous fait vraiment envie alors…

Répulsion, une bien jolie diablerie

Alors voilà comment vers 8h30 on se retrouve à marcher dans un célèbre et diabolique vallon de l’Oisans, il ne fait même pas froid, une seule voiture au parking cool on ne devrait pas être gêné.   

Répulsion, une bien jolie diablerie

Une heure de marche et on y est, à gauche Autisme et à droite Répulsion l’objet de nos attentions du jour. D’ici elle ne paye pas de mine et pourtant elle saura nous réserver de superbes passages.

Répulsion, une bien jolie diablerie

A commencer par le bloc coincé de L1, un joli surplomb négocié par la gauche et avec un réta toujours assez technique.

Répulsion, une bien jolie diablerie

Ambiance goulotte ensuite avant d’arriver au clou de la balade.

Répulsion, une bien jolie diablerie

Une des plus belles et des plus raides longueurs que l’on ait fait cette saison, verticale au début puis un poil moins ensuite mais à peine…

Répulsion, une bien jolie diablerie

Glace dure et lisse avec très peu de pied, faut pas trop trainer et on apprécie les rares points de repos. En plus comme Loïs rate le relais on en est quitte pour une grande longueur de 70 mètres.

Répulsion, une bien jolie diablerie

Après 10 mètres le vif du sujet, comme à partir de là je sais que Loïs a vraiment fait relais, y a plus qu’à en profiter sereinement.

Répulsion, une bien jolie diablerie

Juste avant d’arriver au relais final, ouah c’était vraiment splendide.

Répulsion, une bien jolie diablerie

De notre relais on s’offre une petite visite de la grotte. Normalement il y a des points dans le rocher mais on ne les a pas trouvés. Premier rappel sur abalakof donc

Répulsion, une bien jolie diablerie

Du second on plonge dans notre belle L3. Un autre grand rappel encore et il ne nous reste plus qu’à nous laisser glisser doucement jusqu’au vallon où on croise de nombreux skieurs venant des 2 Alpes. Neige pas terrible ce jour nous disent-ils.

Répulsion, une bien jolie diablerie

Un dernier zoom sur L3 enchâssée au milieu de ses rochers colorés et hop même à pied le retour à la voiture sera bien tranquille, sûr qu’on a bien fait de s’offrir cette ultime diablerie. Les impressions de Loïsyann ici

Partager cet article

Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 22:53

Dire qu’on a failli aller skier aujourd’hui et que ça aurait pu être dans le brouillard…et puis non finalement j’arrive (assez facilement) à convaincre Cyril d’aller encore profiter des ces belles conditions de glace.  Direction le Champsaur pour un coin que ni l’un ni l’autre ne connaissons, les Tourengs un site classique du coin. De la route toutes les cascades se devinent dans la forêt et malgré notre arrivée tardive (10h) on n’y aperçoit qu’une cordée. Y a qu’à se servir, va donc pour la Centrale dont le grand mur du haut attire notre œil.

Libre service

Après une marche d’approche dont la brièveté ferait presque passer celles qui donnent accès aux cascades de la Grave pour de véritables bambées, nous voilà à pied d’œuvre.

Libre service

Une succession de jolis petits ressauts entrecoupés de marche dans des pentes de neige.

Libre service

Nous rapproche doucement du grand mur terminal.

Libre service

Une super belle longueur d ‘une cinquantaine de mètres.

Libre service

Le début vu de l’intérieur, on s’y régale.

Libre service

Une fois en haut un grand rappel d’où la vue sur la route vous permet de juger de l’ampleur de la marche d’approche, puis un cheminement malin dans la forêt nous ramène assez vite en bas.

Libre service

On a le temps et il y a toujours aussi peu de monde alors ne va pas s’arrêter là, 2 biscuits et 3 graines plus tard nous voilà dans le superbe cirque de départ des Y de Gauche.  Après ce joli ressaut ça devient un peu trop facile, va donc pour un grand bout de corde tendue qui nous fait diablement transpirer (ça rattrape la marche d’approche) et nous amène au ressaut final. 

Libre service

Pour ce dernier on quitte l’Y  pour sa voisine le tube dans la forêt qui nous parait beaucoup plus séduisant. 

Libre service

En plus comme Cyril le prend pile sur le fil au plus raide là c’est les bras qui se régalent…   

Libre service

Ca y est presque sortie, encore une superbe longueur où en second le plaisir de bien gérer mes équilibres pour enlever les broches puis enchainer proprement pour économiser les bras, suffit amplement à mon bonheur.

Libre service

De là haut il nous faudra cette fois 2 rappels puis un peu de forêt pour retrouver le bas et aller encore s’amuser dans la micro première longueur du tube. Fine ludique et tout en crochetage encore un vrai bonheur. Ouah qu’est ce qu’il aurait été dommage de pas venir découvrir ce super site, une vrai libre service de la cascade, il nous resterait bien la zone de l’ Y de droite à aller visiter mais ce sera pour une autre fois.

Partager cet article

Repost0
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 21:03

On ne pensait pas spécialement à celle-ci en venant par ici et puis, même sans être très tôt, en passant au pied il n’y a personne alors du coup comme Cyril avait du y faire demi-tour il y a quelques années…

La croupe de la poufiasse

Hop on y va.

La croupe de la poufiasse

Les 2 premières longueurs à corde tendue, tant de désinvolture vexeront madame, du coup ça me vaudra un léger ennui sans gravité et plutôt classique dans la vie du grimpeur de glace…

La croupe de la poufiasse

Le vif du sujet, une longueur soutenue mais plutôt spéciale par rapport à nos dernières escalades. J’avais fait cette cascade dans les années 80 et à l’époque je me rappelle ici d’un brochage ému pendu sur les 2 piolets à taper la broche avec un marteau en troisième main… Autre époque où il fallait un bon moral car on ne brochait pas trop souvent.

La croupe de la poufiasse

Aujourd’hui rien de tout ça la cascade a été tellement fréquentée que la glace est un véritable gruyère plein de marches et de trous. Pas toujours facile à brocher mais où en second je ne mettrai quasi pas un seul coup de piolet. Entre marches et crochetages c’est cool et pas déplaisant mais ça ne ressemble guère aux cascades gravies les semaines précédentes, presque un autre sport du coup…

La croupe de la poufiasse

Cette longueur peut se faire en une fois mais juste pour le plaisir de cette photo ça valait le coup de s’arrêter au relais rive gauche une dizaine de mètres sous la sortie. 

La croupe de la poufiasse

Au sommet on ne traine pas, les 2 dernières longueurs sont peut raides et on ne veut pas être pris dans le trafic. Et oui c’est que 9 personnes réparties en 4 cordées se sont engagées derrière nous, même si les conditions sont bonnes ça nous laisse un peu rêveur…

La croupe de la poufiasse

Petit zoom sur les 3 premières longueurs avant d’aller boire une bière au soleil en terrasse à la Grave.

La croupe de la poufiasse

Et petit clin d’œil à la Poufiasse, pff même pas mal et beaucoup moins spectaculaire que ça en a l’air après un peu de démaquillage/remaquillage

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 22:13

J’avais bien dit à Jacques hier que cette super petite Dent c’était en mode détente/récup et je savais bien que sans vraiment se le dire avec Lois on n’allait pas pouvoir résister à ça.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

C’est qu’en passant juste dessous mercredi on avait bien hésité un peu et puis comme je l’avais déjà faite (y a longtemps du temps où on grimpait avec des pics à glace…) et que la curiosité pour sa voisine de droite avait été la plus forte, on avait continué.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

Nous y voilà à nouveau donc, on connaît l’approche et si aujourd’hui il y a déjà une cordée à R1 comme ce sont des gendarmes du PGHM qui grimpent vites et propres ce ne sera pas vraiment gênant.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

Et puis tiens mais qui vois-je ici ? Et oui bien motivée par Lois, Cécile s’est joint à nous.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

Le petit cigare du début de L2 raide mais plutôt aisé finalement, bonne glace, pas mal de marches et de crochetages, cool. En plus comme j’ai oublié le sac à l’attaque je me sentirai tout léger…

Phantasme un bien belle classique de Malaval

De R2 le vide se creuse et Cécile en termine avec son échauffement (c’est que cette saison c’est sa première cascade, faut se réhabituer)

Phantasme un bien belle classique de Malaval

L3 nos camarades du jour redescendent déjà pour aller enchainer avec Ectoplasme. C’était la longueur la plus soutenue aujourd’hui, pas forcément plus raide que L2 mais plus longue et avec une glace plus lisse.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

Cécile n’en revient pas, elle y a parfaitement survécu…

Phantasme un bien belle classique de Malaval

L4 pour finir encore bien jolie.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

Et tout le monde à R4, ambiance décontractée à l’image de cette belle grimpe dans les bonnes conditions d’aujourd’hui.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

Bon faudra encore rester un peu concentré dans les rappels où sur le bas le redoux  (-2 à notre départ de la voiture et +7 a notre retour) nous gratifiera de quelques légères coulées de neige propre à bien nous rafraichir.

Phantasme un bien belle classique de Malaval

La ligne du jour, un peu plus simple que celle de mercredi on a trouvé, mais quand même bien classieuse... D'autres photos ici 

Partager cet article

Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 21:56

La dernière des en «asme» du secteur, la seule que je n’avais pas encore faite et la plus cachée aussi. En effet si de la route Orgasme ou Phantasme nous saute aux yeux il n’en va pas de même d’Ectoplasme. Des passages typés goulotte, du mixte et peu d’infos récentes, tout ça avait vraiment de quoi exciter notre curiosité.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Du coup nous y voici, vers 8h15 on franchit le petit pont sur la Romanche qui donne accès à toutes les cascades du coin. 

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Une trace au début et puis il faudra qu’on termine nous même et hop sans trop se presser après ¾ d’heure de marche on y est. 

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

L1 facile et on entre dans le vif du sujet. Une longueur qui ne paye pas de mine du bas mais qui se redresse sévère avant de délicatement s’encaisser. Lois rate R2 à va directement à R3. Même avec notre 60 mètres ça me vaudra une dizaine de mètres de corde tendue.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Sous L4 un des clous de la journée. Une goulotte très encaissée se terminant par une chatière et un verrou un poil délicat.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Lois se fait petit à petit aspiré par le dièdre. C’est assez ludique au début puis il faut ensuite passer de profil en utilisant la fine couche de glace tapissant la paroi.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Sortie assez technique où après le verrou on s’extrait enfin des entrailles de la bête. Une longueur superbe à l'ambiance assez démente vue du dessus avec la route 400 m plus bas.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Après ça L5 est de facture plus classique au début (raide quand même) puis s’encaisse à nouveau pour nous offrir une sortie moins pentue mais assez délicate. On préférera d’ailleurs se glisser sous le bloc coincé plutôt que de le contourner par des dalles peu aimables.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

L6 pour finir encore bien raide mais bien fournie en glace.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Vu de l’intérieure pour nous rappeler que la cascade ça peut aussi faire mal aux bras.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

6 rappels pour continuer de profiter de cette superbe ambiance et on est de retour en bas absolument enchanté par ce joli voyage.

Ectoplasme un drôle de nom pour une bien jolie cascade

Les 5 premières longueurs de notre ligne du jour (L6 plus haut est masquée). De la cascade, de la  goulotte, du mixte, c’est vraiment très varié et on a adoré.

 

Partager cet article

Repost0