Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 22:18

Gros redoux puis froid égalent fonte et tassement de la neige, c’était vraiment le week-end pour commencer la cascade. On profite donc de ces conditions pour aller s’offrir un peu de tranquillité.

Oulle0Et comme la tranquillité, aspect essentiel en cascade, ça se mérite, nous voilà parti pour 2 heures de marche d’approche.

oulle1C’est que ça fatiguerait presque, mais l’ambiance quasi himalayenne qui précède le refuge de l’Oulle nous récompense largement de nos efforts.

Oulle2On n'avait aucune idée des conditions mais pour y venir assez régulièrement chaque début de saison on était confiant. Eh bien cette année est un bon cru, presque toutes les lignes sont faisables. Une seule autre cordée, qui a dormi au refuge, est présente sur le site, nous avons donc l’embarras du choix. On commence par une ligne de 2 longueurs, dans la première une section assez redressée réveille bien le glaciériste endormi du début de saison.

Oulle3Jean Claude et Jacques au relais sur 3 broches pas toutes très enfoncées, c’est que la glace est mince par endroit. Après cette première ascension on rejoint Philippe et Olivier partis une heure derrière nous, ils sont dans un secteur plus facile, où les possibilités sont nombreuses.

oulle5Philipe dans une jolie longueur puis avec Olivier au relais dans le rocher (très rare par ici).

cascadeoulleComme le secteur n’est pas trop difficile je gravis quelques lignes en solo, laissant la corde à Jacques et Jean Claude qui se font plaisirs à leur tour dans cette jolie ambiance.

oulle6En parlant d’ambiance d’ailleurs, même si on est au-dessus de la mer de nuages, il fait bien frais, une petite bise descendante et quelques spindrift nous rappellent que la cascade ça fait pas toujours rire.

oulle7Enfin bon on dit ça mais on adore, c’est tonique et vivifiant. Et puis ici au retour on peut faire une petite pause au refuge pour réchauffer tout ça. Voilà pour le pèlerinage annuel dans ce berceau de la cascade découvert par les pionniers de l’activité dès le début des années 80. En parlant de vieux glacièriste d’ailleurs, il y a 5 ans alors que j’étais au relais de «Plus dure sera la chute», arrive une cordée de jeunes, enfin pas tant que ça je trouvais. On discute, sympa, puis la charmante demoiselle me dit «ah ouais quand même, à votre age faire encore de la cascade… ».

oulle8

Aller en souvenir de ce moment charmant une petite photo dans L2 de "Plus dure...", du temps au j’étais vieux…      

Partager cet article

Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 23:12
Nous n’étions jamais allés sur ce site dont on nous avait vanté le calme et la tranquillité. Hier on y est passé à l’occasion d’une balade à ski et nous avons effectivement été conquis par les multiples possibilité du coin. Certes l’approche est un peu plus compliquée et longue que dans le vallon du Diable mais il y a vraiment de quoi faire… Quelques photos.

cmr1Les premières lignes avant le verrou de la Mariande.

cmr2Toujours dans le même secteur.

cmr3Au niveau du verrou.

cmr4Cette année il y a même des choses en versant sud.

cmr5Beaucoup plus haut dans le vallon, 2 belles lignes qui doivent valoir le déplacement. Pour aujourd’hui nous n’avons fait que regarder mais on reviendra sûrement un jour. Quant à la  lonnnguueee bambée à ski du jour avec Cyril, Lio et Manu, qui nous permettra au prix d'un passage juste comme on les aime, de relier les vallons de Mariande et Lanchâtra, ce sera l’objet d’un autre post là je suis un peu fatigué.  

Partager cet article

Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 23:06

Ca commence ce matin alors que j’attends Cyril, coup de fil : je suis en panne… bon pas grave je passe te prendre. Ca nous fait perdre une petite demi-heure mais finalement on part quand même vers Bourg d’Oisans, le coin où il ne faut pas aller un jour de chasser/croiser de vacances de février. En passant par Vizille ça roule bien alors on se détend, on oublie nos premiers ennuis et c’est tout tranquillement qu’on monte sur la  route enneigée de Villard-Reymond. On aperçoit quelques cascades, ça a l’air pas mal. Je raconte un peu le coin à Cyril, il n’est jamais venu cascader par ici : les cascades sont en bas dans la gorge… faut pas rater le bon accès sinon c’est un peu merdique… tien justement on aperçoit une trace en contre bas… je me décale légèrement vers la droite en restant largement sur la route, enfin ça c’est ce qu’on croit car d’un coup ça fait wrouf et on bascule à droite… Pas le temps d’avoir peur on est tout de suite à l’arrêt. Mais que s’est-il passé ?

vr1On sort et là effectivement, ça penche grave… Eh oui ici les engins de déneigement ont astucieusement masqué le bord effectif de la route, en général celui-ci correspond au bourrelet de neige, et bien là pas du tout... La route fait au moins 50 cm à un mètre de moins qu’elle n’en a l’air. Evident maintenant mais pas vraiment quelques secondes avant.

Là pour le coup les cascades toutes proches nous paraissent bien loin. On se dit que si on arrive à renter sur Grenoble ce soir ce sera déjà pas mal… Passé ce premier moment de découragement on s’organise. Cette situation me rappelle évidemment quelque chose, bon là on est un peu loin de la Bertonche assistance mais comme le portable passe aussi je peux tester MAIF assistance. C’est plutôt efficace, une demi-heure après je suis en contact  avec un garagiste de Bourg d’Oisans qui nous dit qu’il arrive dans ¼ d’heure… Effectivement 20 minutes après il est là avec un 4X4 et une voiture. Vu la position de la Kangoo, posée complètement sur le bas de caisse, ça nous paraît léger mais bon ils essayent de la tracter. Comme on pouvait le prévoir, rien à faire, il faudra attendre la dépanneuse et vu que celle-ci est aux 2 Alpes on en a pour quelques heures…

Heureusement le garagiste est très sympa, il nous demande ce qu’on allait faire, de la cascade, elles sont justes en dessous… ah bon, du quoi comme difficulté, du 4 ? Un garagiste glaciériste étonnant non, enfin pas forcément dans ce secteur. Du coup il dit qu’on a qu’à y aller, on lui laisse seulement les clés de la voiture dans le pare-soleil et il se débrouillera, une fois celle-ci sortie  (et s’il n’y a pas de dégâts….) pour la garer sur le parking un peu plus haut. Bon et bien voilà, il est prêt de midi mais la deuxième journée (la vraie…) peut enfin commencer.

Pour celle-ci, je ne sais pas vous, mais nous on est un peu sensible aux signes et aujourd’hui il semble qu’ils n’aient pas arrêté de nous dire, y a eu du redoux, y a de la neige, faite gaffe, n’allez pas faire de la cascade… C’est un peu bête mais du coup on va y aller vraiment tranquillement.

vr2Le coin est encore en super conditions, j’ai rarement vu celle-ci, Phisalie, aussi fournie.

vr3Après un petit tour au pied, il y a déjà une cordée, on va donc dans les Fistuleuses. C'est plus cool aussi

vr4 Sympa au départ puis plus délicat ensuite avec un mélange de neige, glace, le tout assez cassant.

vr5Pendant notre petite grimpette, on aperçoit la dépanneuse, la voiture est sortie puis la dépanneuse repart… tout va bien ? Le portable passe encore alors je rappelle le garagiste, apparemment pas de dégât… Super on va pouvoir rentrer.

VR6En attendant après un retour en rappel, on va s’essayer dans Phisalie, c’est raide (coté 5 je crois), il se fait tard, alors compte tenu du contexte de la journée on ne sortira pas en haut. On profite d’un Abalakof posé après une vingtaine de mètres pour y faire simplement quelques aller/retour. Même si c’est largement dans notre difficulté max en tête, ça semblait jouable, mais aujourd’hui on n’avait pas vraiment envie d’aller tester nos limites.

vr7Voilà un dernier coup d’œil aux cascades (à droite Pomme d’Api, gravie elle aussi ce jour), en faisant gaffe au bas coté cette fois et on repart sur Grenoble. Comme il commence à se faire tard, dans ce sens non plus on n’aura pas de bouchon…Une sacrée histoire de voiture cette journée même si on a aussi fait de la cascade.

Partager cet article

Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 20:34

On savait bien qu’il ne fallait pas aller vers Bourg d’Oisans un jour de départ en vacances sous peine d’ennuis routiers. Quoique finalement ils ne sont pas venus d’où on pouvait le craindre, ça roulait très bien.

vr0Jusqu’à ce que…. Vous ne trouvez pas que la Kangoo est bizarrement garée… Une journée qui avait de toutes façons bizarrement commencée bien avant cela, je vous montre tout ça plus tard, sous un autre angle c’est encore plus émotionnant (et sinon on a aussi fait de la cascade…).

Partager cet article

Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:50

cro0On continue à profiter de ces bonnes conditions, c’est super il n’y a pas besoin d’aller loin, peu de voiture donc et départ d’un endroit largement fréquenté pour ce qui est du ski de rando.

cro1Pour les cascades par contre même si elles sont en très bonnes conditions personne ne les a encore visitées depuis les dernières chutes de neige.

cro2Bon nous on adore ça faire la trace et aller dans des endroits vierges mais quelques fois quand même… là sur les 150 derniers mètres de dénivelé ça atteint des sommets… Allez Jacques tais-toi et nage le Graal est en vu.

cro3Une fois sur place on pensait éventuellement passer d’une cascade à l’autre, l’épaisseur de neige fera qu’on va se concentrer sur l’endroit le plus raide en super conditions.cro4

C’est joli et soutenu, R1 sur broches puis dans L2 où on trouvera un relais sur piton.

cro5On profite du rappel pour s’offrir une remontée au plus raide et Jacques s’initie au sans dragonne (y a que ça de vrai Jacques…). Un petit casse dalle parce que tout ça avec l’approche ça creuse et je repars… enfin je repars, pas pour longtemps. Un craquement, un glissement et je me retrouve sur les fesses quelques mètres plus bas… Que s’est-il passé ? C’est assez simple, comme la cascade coule encore une croûte de glace se forme sur la neige, au départ elle est peu épaisse et on passe à travers puis elle s’épaissit et ne casse plus quand on s’approche de la cascade. Sauf que dans ce coin le phénomène est tellement important que plusieurs dizaines de mètres carrés sont concernés. Comme l’ancrage aval du bazar est nul et que ça repose sur de la poudreuse, tout est parti et a glissé avant que j’atteigne la cascade elle-même. Je m’y attendais un peu mais pas sur une telle ampleur, rien de dangereux dans cette configuration mais à méditer dans d’autres situations.

cro6JPGIci ça donne, le grimpeur sur les fesses, la croûte de glace d’au moins 10 cm d’épaisseur et le plan de rupture un peu plus haut.

cro7Après tout ça, ça fait plaisir de retrouver de la vraie glace, encore assez raide par ici.

cro8Un petit zoom juste sous la sortie.

cro9Jacques se pointe, faut se cotiser, son casque est tellement pourri qu’il ne le met même plus, c’est pas raisonnable...

cro10 Un dernier rappel et on quitte notre terrain de jeu. Maintenant avec le redoux et la neige (pluie ?) annoncée peut-être un peu de ski…  

Partager cet article

Repost0