Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 19:35




Ce n'est pas que j’ai beaucoup pratiqué, faute de partenaire je ne suis qu'aller faire ma promenade annuelle dans mon coin fétiche de par là bas. Mais bon il y a quand même un truc à souligner, malgré des conditions pas mauvaises, par rapport à la région grenobloise, les cascades sont vraiment très très peu fréquentées (le privilège de l’éloignement…).

Quelques photos prises entre le 31/12/2008 et le 02/01/2009 pour illustrer tout cela.
Coté températures durant cette semaine (du 27/12 au 3/01), c'est parti de -22 dimanche matin puis ça s'est radouci jusque vers 0 le 31 pour se refroidir à nouveau jusqu'à -15 vendredi et samedi.


La Revernote, 600 m de haut, orientée sud elle a été parcourue plusieurs fois jusqu’en haut dans la semaine. Sur la photo à droite on n’en voit que les 500 mètres supérieurs.
Les permiers ressauts qui semblaient peu fournis mais plus facile ne sont pas visibles








Le bricolage du vendredi vu de l’intérieur, si dans certaines zones c’est de la belle glace bleue, il a aussi des zones où la neige rendait les encrages difficiles à aller chercher (même dans du assez raide).

Le secteur fétiche en nord avant l’Ecot. Quelques traces de passages mais rien depuis 3 jours quand j’y suis allé. 

Juste en face, en sud sous Lécharenne, plusieurs lignes de 2/3 longueurs.

Secteur de Pierre Bec, en sud avant Bonneval, beaucoup de lignes très techniques, ça fait entre 150 et 200 m de haut. Vu personne de la semaine.

En face légèrement en aval quelques lignes aussi versant nord.

Cascade de la Frette, la plus évidente et la plus parcourue du secteur car très visible et proche de la route. Du monde tous les jours mais rarement plus d’une cordée à la fois (une cordée dans L1 sur la photo).

Secteur des Tufs, plus lointain dans la vallée d’Avérole en montant à l’Ouille Allégra.

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 22:03

J’aime bien Bessans car outre le ski de piste et de fond on peut aussi randonner et pratiquer la cascade de glace tout ça dans un rayon de quelques kilomètres. Aujourd’hui, après la journée de ski de piste d’hier, je vais voir les cascades de plus prêt. Il y en a de toutes difficultés et il y en a même certaines pas trop difficiles que je gravis régulièrement en solo. Ce matin direction Bonneval où en allant vers l’Ecot il y a deux sites de cascades.
undefinedEn versant sud dans les barres de l’Echarenne, quelques lignes de 2 à 3 longueurs, pour lesquelles il faut du froid car elles sont au soleil à partir de 11h. Aujourd'hui je me dirige juste en face vers celles versant nord. Au pied de celle de gauche un guide est à l’attaque avec un client. Je prends donc celle de droite, la sortie de celle de gauche est de toutes façons un peu trop raide pour du solo (la photo de cascade en page d’accueil du blog est prise dans cette longueur). Dans la cascade de droite moins soutenue, entre les ressauts il y a pas mal de neige à purger surtout dans la dernière partie qui ne semble pas avoir été gravi récemment.
undefinedVue du haut, 2 ressauts entrecoupés d'une large vire. Une fois sorti en continuant quelques dizaines de mètres dans l’axe on rejoint une piste qui relie le domaine skiable de Bonneval à L’Ecot. En générale elle est plus on moins damée par le passage de raquettes. Le long de celle-ci au niveau d’un gros bloc carrée il y a d’ailleurs une petite cascade d’une vingtaine de mètres qu’on peut aussi gravir au passage ça complète bien la balade. Le retour vers Bonneval est contemplatif avec au passage le joli hameau de l’Ecot ou certains préparent déjà la soirée du réveillon.
undefinedEn repassant au pied des cascades versant nord, avec de bons yeux, on peut voir le guide dans la dernière longueur de la cascade de gauche et une cordée dans la première longueur de la cascade de droite. Pour le reste de la semaine finalement les circonstances et le ski ont fait que je n'ai pas refait de cascade.
undefinedPourtant dans le secteur les conditions étaient bonnes en versant nord où la cascade de la Frette par exemple a été régulièrement gravie. En versant Sud par contre les conditions étaient plus délicates et la vedette du coin, la Revernotte n'etait pas formée en bas.

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 18:34

Même si les conditions de neige sont vraiment très bonnes pour un mois de décembre, j’aime bien aussi la cascade de glace. Donc pour aujourd’hui ce sera cascade. On part vers Bourg d’Oisans/Romanche/La Grave en se disant qu’on verra bien sur place. Dès Livet on voit que le froid a fait son effet et il y a déjà beaucoup plus de glace qu’à mi-novembre lors du premier rafraîchissement. Une fois dans la plaine de Bourg d’Oisans l’heure du choix arrive…aller on va voir à Villard Reymond. Ce petit site presque en pleine montagne compte plus d’une dizaine de cascades de 1 à 4 longueurs. Il y en aura bien quelques-unes de grimpables.
undefinedEn montant depuis la route on peut déjà apercevoir quelques cascades, ici "les Fistuleuses" et "Pomme d’Api" qui ont l’air tout à fait faisables. Pour accéder au site, à partir de la route versant sud, il faut descendre environ 200 mètres de dénivelé pour rejoindre le ruisseau de Villard Reymond. Le début est facile puis les 50 derniers mètres sont plus ou moins faciles selon l’itinéraire (il y a même une corde fixe sur l’itinéraire « classique»). Pour Aujourd’hui on ne choisit pas l’itinéraire "classique" mais moyennant un peu de désescalade, on arrive en bas. Il ne reste plus alors qu’à descendre le ruisseau gelé pour choisir sa cascade.

undefinedLes cigares du secteur "Fête à la Grenouille", "Phisalie", des grades 5 durs et encore bien fins
undefinedJolie mais trop fin et trop raide pour nous…  

undefinedOn va plutôt aller par là vers «Pomme d’Api». 3 longueurs pas trop dures, mais aujourd’hui vue les températures, la glace promet d’être très cassante donc autant ne pas viser trop haut.
undefinedDans L3 qu’on fera très courte pour pouvoir ensuite sortir en une grande longueur de 50 mètres. Même si ce n’est pas très raide, la glace est très lisse et très dure et il y a très peu de marches pour les pieds ce qui fait que ça sollicite bien les mollets.  
undefinedJean Claude à R3. A noter qu’on a fait tous nos relais sur broches, à part le dernier sur un arbre. J’avais déjà fait cette cascade il y a une dizaine d’années et il me semblait qu’il y avait au moins un relais intermédiaire dans le rocher... mais bon, la mémoire et les rochers ça bougent...
undefinedLa sortie depuis le dernier relais sur un arbre. Après on monte encore un peu plus de 50 mètres faciles pour rejoindre l’ancienne route versant nord.

undefinedPar celle-ci on rentre tranquillement à la voiture, non sans avoir défié les terribles épées de Damoclès du tunnel.

undefinedBonne surprise une fois à la voiture comme il est 13h30, on peut lézarder tranquillement au soleil, (chose assez rare en cascade…), ça change de l’ambiance glacée de la vallée de la Romanche.

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 19:09

Après la sortie de vendredi après-midi je n’étais pas franchement motivé mais Jean Claude a su me convaincre d’aller faire un tour en cascade ce dimanche (Allez on va vers la Grave, c’est beau et avec ce froid y aura bien quelques chose à faireoui mais La Grave c’est bourré de monde…bon allez tant pis on y va). Et bien apparemment tous les cascadeurs devaient être au Laurichard ou au ski parce qu’il n’y avait pas un chat dans le secteur. C’est vrai que les conditions ne sont pas encore top mais bon il y a des trucs grimpables. Pour une reprise on s’essaye à Caturgeas, grande classique pas trop dure du versant sud.
Catdep.JPGLa cascade coule encore, il y a parfois peu de glace et c’est plein de méduses et autres formes exotiques qui demandent quelques précautions et ajoutent un peu de technicité à l’ensemble.

CatL2.JPGL1 est vite expédiée puis dans L2 plus facile d’habitude Jean Claude progresse sur des œufs.

Cat2R.JPGLe deuxième ressaut, d’habitude c’est un large fleuve de glace, là il va falloir composer un peu notamment pour mettre des broches.

CatL3.JPGDepuis R3
CatL4.JPGDébut de L4, le rocher est tout prêt, ça coule un peu, presque une ambiance goulotte.

CatR4.JPGOn s’arrête à R4, ça coule de plus en plus et L6 est au soleil. Enfin on est bien content d’être là, ça fait vraiment plaisir de retaper de la vraie glace après une saison passée assez pauvre. La chaleur dans les longueurs, la refroidissement au relais, la corde qui se mouille et gèle, la poudreuse qui glisse dans les manches… toutes les joyeusetés de la cascade ça nous manquait.
Catrap.JPGQuatre rappels dans l’ambiance si particulière du secteur, avec en bas la Romanche partiellement gelée, les tunnels et les voitures. On passe à la Grave, c’est vraiment « ville morte » en cette saison. On voit de la lumière dans un bar, c’est normalement fermé mais les patrons sympas nous servent qu'en même.
catMeije.JPGPetit coup de jumelles vers la Meije, il y a peu de neige et c’est vraiment très sec. La sécheresse ça semble être ce qui caractérise ce début de saison par ici où un certain nombre de cascades sont complètement sèches ou très pauvres en glace. Retour à Grenoble en début d’après midi, vraiment content de ce bon bol d’air frais. En plus grimper seul dans le coin je ne croyais pas que c’était possible même en tout début de saison, et puis
il fallait en profiter avant le retour de la tiédeur la semaine prochaine.

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 22:53

Un départ à 14h de Grenoble et un rendez-vous à 17h en Savoie ça laisse peu de temps. Mais avec ce beau temps froid j’ai une furieuse envie d’aller voir un peu ou en sont les ruisseaux plus ou moins raides de Belledonne.
Odep.JPGCa va être chaud pour l’horaire mais bon, me voilà donc au départ, j’ai maintenant 1h30 grand maximum si je ne veux être dans les temps. Au début j’y vais plus ou moins rapidement, puis finalement voyant que c’est jouable j’accélère. Malgré la fraîcheur ambiante ça réchauffe. Vers le haut il y a un peu de neige et c’est bien glissant sur le sentier, il y a même quelques ruisseaux un peu glacés à traverser. A la descente qui devra forcément être très rapide, il va falloir faire gaffe d’autant plus que bêtement je n’ai pas pris de bâton.
Ocas.JPGA 16 h je suis au refuge, un petit coup d’œil alentour. Coté eau même si celle-ci commence en effet à se figer de manière presque exploitable pour un homoglaciérus rien n’est encore vraiment grimpable, à part peut-être un peu de ruisseling facile. 
Ow.JPGUn dernier clin d’œil au sommet phare qui domine le refuge et j’entame la descente « infernale ». Finalement en moins de 25 minutes je suis à la voiture et si la glace n’est pas encore tout à fait au rendez-vous, moi je serai finalement à l’heure au mien.

Partager cet article

Repost0