Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 17:52

Une saison de glace qui s’achève alors même si certes on en a gravi quelques belles il y a aussi toutes celles qu’on n’a pas faites. Croisées le plus souvent au détour d’une balade à ski puis identifiées ou pas au travers d’un topo, elles nourriront peut être quelques belles et parfois longues journées ou nous feront tout simplement rêver…un petit florilège ci-après.

gnfv1Diablement esthétique et en super conditions ce jour semble-t-il. Son seul défaut, mais en est-ce un ? Elle est invisible à moins d’aller voir au pied et ce n’est pas un endroit où il passe tant de monde. 

gnfv2Une grande «classique» au-dessus d’un glacier pas très blanc, bon ceci dit celle-ci pour l’atteindre à la journée il faut viser l’automne ou le printemps. 

gnfv3Secrète ? Dans un endroit reculé, pas de description connue pourtant ça semble prometteur. Découverte avec Yann au cours d’une virée de printemps, je ne sais pas si j’irai un jour mais Yann j’espère que toi tu essaieras.   

gnfv4 Celle-là on aurait pu y aller cette année, la nivo/météo s’y prêtait à merveille, mais bon on ne peut pas tout faire.

gnfv5Et pour finir une petite de demi-journée que je n’avais jamais vue aussi fournie. Contrairement aux autres photos celle-ci est de l’année et même du jour.  Je ne pensais pas voir la Goulotte des Escombailles aujourd’hui mais un changement de programme de dernière minute et je me retrouve à Chamrousse. Pour rester dans le ton de cet article ce sera donc aussi le couloir qu’on n’a pas fait aujourd’hui.  

gnfv8L’horaire plus matinal que d’habitude pour le lieu m’offre de jolis effets, une grande tranquillité et du bon ski.

gnfv6Après un Petit Van et son couloir nord que je suis le premier à atteindre, je visite la facette ouest de la Botte, quelques tranquilles arabesques à l’écart de la foule comme la plupart des courses de glace effectuées cette saison et comme celles qu’on fera peut-être bientôt ?

Partager cet article

Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 19:39

Encore une petite envie de Vercors Est et une petite envie de goulotte, ça tombe bien on peut coupler les deux dans cette course pas trop difficile mais diablement esthétique paraît-il.

arche1Départ vers 7h15 bon c’est sûr on ne sera pas dans le levé de soleil mais ça n’empêche pas de l’admirer de loin. Pour l’accès on a hésité à prendre les skis, sur les 400 premiers mètres pas de problème, peu de neige d’abord puis une trace de raquette, cool… oui mais jusque vers 1400 seulement…après… bin ça enfonce grave.

arche2Enfin bon 2h pour 700 mètres d’approche on a déjà fait mieux, mais là c’est oublié, l’attaque est juste dans le cône à gauche d’Antoine et dans 5 minutes on y est.

arche3Depuis R1 après L1 qui propose un petit ressaut mixte avec quelques pas marrants, ça va déjà beaucoup mieux.

arche4L2 un peu sèche permet de prendre pied dans la goulotte proprement dite au milieu de ces superbes tours rocheuses.   

arche5Dans la goulotte si les difficultés ne sont pas continues l’ambiance est sympa et on découvre les passages au fur et à mesure.

arche6Pentes de neige et ressauts courts mais grimpants, c’est le credo du jour.  

arche7Le tout au milieu de si belles falaises, avec un clin d’œil à l’arche.

arche8A un moment la goulotte semble s’interrompre, mais une petite traversée à gauche nous permet de découvrir ce superbe passage, une trentaine de mètre de long pour à peine 1 mètre de large, splendide (et facile)

arche9Antoine vers la dernière difficulté, un bloc coincé qui nous vaudra encore quelques pas sympas.

arche10Sortie du "crux", a noté qu’on y trouve le seul équipent de la voie, un piton. Normal car on peut toujours se protéger facilement sur lunule ou coinceurs et friends (même dans ce pas d’ailleurs).

arche11Après tout ça on retrouve pour la première de la saison les hauts plateaux du Vercors, ça fait plaisir de revoir ces belles étendues.

arche12Descente sans soucis par le couloir de la Peyrouse. Après on craignait un peu d’enfoncer beaucoup mais non finalement à par à de rare endroits. Du coup après avoir récupérer les bâtons on mettra un peu plus de 45 minutes pour rejoindre la voiture, largement à l’heure pour la sieste….

arche13La goulotte de l’Arche, comme dit Sébastien dans le tome 2 d’Alpinisme hivernal en Dauphiné, esthétique, variée, ressaut cours et grimpants, assurage et descente facile… vraiment de quoi en faire une future classique.

arche14Pour le reste les couloirs skiables du secteur (à part les classiques et encore) sont vraiment très secs. Témoin La Tune de l’ours par exemple que nous avions descendu le 20 mars la saison dernière. Au passage d’ailleurs un petit bonjour a Xav et Lud qui nous avaient bien inspiré sur ce coup là.  

Partager cet article

Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 17:06

Encore une petite envie de Vercors Est et une petite envie de goulotte, ça tombe bien on peut coupler les deux dans cette course pas trop difficile mais diablement esthétique paraît-il.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Départ vers 7h15 bon c’est sûr on ne sera pas dans le levé de soleil mais ça n’empêche pas de l’admirer de loin. Pour l’accès on a hésité à prendre les skis, sur les 400 premiers mètres pas de problème, peu de neige d’abord puis une trace de raquette, cool… oui mais jusque vers 1400 seulement…après… bin ça enfonce grave.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Enfin bon 2h pour 700 mètres d’approche on a déjà fait mieux, mais là c’est oublié, l’attaque est juste dans le cône à gauche d’Antoine et dans 5 minutes on y est.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Depuis R1 après L1 qui propose un petit ressaut mixte avec quelques pas marrants, ça va déjà beaucoup mieux.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

L2 un peu sèche permet de prendre pied dans la goulotte proprement dite au milieu de ces superbes tours rocheuses. 

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Dans la goulotte si les difficultés ne sont pas continues l’ambiance est sympa et on découvre les passages au fur et à mesure.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Pentes de neige et ressauts courts mais grimpants, c’est le credo du jour.  

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Le tout au milieu de si belles falaises, avec un clin d’œil à l’arche.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

A un moment la goulotte semble s’interrompre, mais une petite traversée à gauche nous permet de découvrir ce superbe passage, une trentaine de mètre de long pour à peine 1 mètre de large, splendide (et facile)

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Antoine vers la dernière difficulté, un bloc coincé qui nous vaudra encore quelques pas sympas.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Sortie du "crux", a noté qu’on y trouve le seul équipent de la voie, un piton. Normal car on peut toujours se protéger facilement sur lunule ou coinceurs et friends (même dans ce pas d’ailleurs).

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier
Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Descente sans soucis par le couloir de la Peyrouse. Après on craignait un peu d’enfoncer beaucoup mais non finalement à par à de rare endroits. Du coup après avoir récupérer les bâtons on mettra un peu plus de 45 minutes pour rejoindre la voiture, largement à l’heure pour la sieste….

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

La goulotte de l’Arche, comme dit Sébastien dans le tome 2 d’Alpinisme hivernal en Dauphiné, esthétique, variée, ressaut cours et grimpants, assurage et descente facile… vraiment de quoi en faire une future classique.

Goulotte de l’Arche au Ranc Traversier

Pour le reste les couloirs skiables du secteur (à part les classiques et encore) sont vraiment très secs. Témoin La Tune de l’ours par exemple que nous avions descendu le 20 mars la saison dernière. Au passage d’ailleurs un petit bonjour a Xav et Lud qui nous avaient bien inspiré sur ce coup là.  

Partager cet article

Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 08:53

gr1-copie-1

 

 

 

Après avoir aperçu furtivement cela samedi dernier, pas facile d’ailleurs car le sentier qui monte à Plancol est souvent en forêt et les angles de vue sont réduits, j’avais bien envie d’aller faire un tour dans la face nord-ouest de Comboursière. Plus austère et d’accès semblant plus compliqué que la tranquille face nord-est,  2 itinéraires y sont évoqués dans le topo Alpinisme Hivernal en Dauphiné. Une goulotte "Victor", une cascade "Avis de grand frais d’automne", avec peu d’éléments descriptifs toutefois car c’est sûr, pas grand monde ne doit venir traîner ses piolets dans le secteur. Tout ça, plus une photo envoyée par Cécile sur laquelle on voit mieux l’ensemble de la face et je n’ai aucun mal à convaincre Cyril de l’intérêt de la balade.

Enfin balade, balade c’est vite dit surtout pour l’approche. Si sur le papier elle est simple et directe, sur le terrain il en va tout autrement. Un brouillard bien humide, une forêt plus ou moins ruinée avec des ressauts foresto/rocheux raidasses où on sortira crampons et piolets, assurément ça a été le moment le moins agréable de la course. Celui où il faut arriver à conserver sa motivation.

gr2-copie-1Vers 1550 heureusement un petit rappel nous permet de rejoindre le lit du ruisseau des Ruines où si on est toujours dans ce désespérant brouillard la progression est enfin aisée. Vers 1700 au moment où le brouillard nous quitte on débouche enfin dans le joli cirque au pied de la face.

gr3-copie-1Ca valait effectivement la peine de se donner un peu de mal, on repère "Victor" sur la gauche et on se dirige vers notre objectif avec juste à sa gauche ce qu’on pense être la cascade "Avis de grand frais d’automne". C’est tentant aussi, mais au-delà de ces 2 longueurs la ligne nous parait moins logique pour aller au sommet alors on reste sur notre projet initial. La suite en image

gr4L1 en glace bien dure (c’est le credo cette année pour nous, pourtant le sorbet on aime aussi).

gr5-copie-1L2 depuis R1, une pente facile puis un bouchon de neige comme d’habitude beaucoup plus technique qu’il n’y paraît. C’est que c’est raide et mou, heureusement une fine bande de glace rive droite à défaut de pouvoir s’assurer, permet des ancrages délicats mais fermes.

gr6-copie-1Cyril à la sortie de L2.

gr7-copie-1La suite, des passages en neige entrecoupés de jolis ressauts de glace où on progresse rapidement.

gr8-copie-1Ca tourne un peu, du coup on découvre l’itinéraire au fur et à mesure, sympa. Si parfois plusieurs possibilités s’offrent à nous, on choisit à chaque fois de rester dans l’axe de la goulotte.

gr9-copie-1Encore un passage très esthétique pour notre dernier ressaut en glace.  

gr10Après environ 300 mètres d’escalade notre dernier vrai relais dans un cette jolie ambiance goulotte. 

gr11Au-dessus 300m de pentes et couloirs plus ou moins larges nous attendent. C’est la plupart du temps en neige avec cependant quelques courts passages en mixte ou glace facile, nous ferons tout ça à corde tendue.

gr12Vers 13h30 on est au sommet un peu fatigué (c’était pas la super forme aujourd’hui...) mais content bien sûr… Pour la descente on choisit le versant ouest et la cabane de Combe Oursière. Comme on ne connaît pas, ça nous vaut encore un peu de concentration et de réflexion pour trouver le bon passage dans les barres rocheuses. 

gr13Du haut ce n’est pas évident mais en prenant main droite au gros cairn qui marque l’entrée des barres puis en faisant preuve d'un peu de flair ça passera assez facilement. Voila, si le reste de la descente s’effectue sans problème technique, entre l’enfoncement dans la neige parfois jusqu’à la taille et les passages glacés sur le sentier, on ne se repose quand même guère avant d’être revenu au niveau du parking d’été.

gr14Pour conclure notre itinéraire du jour la «goulotte des Ruines*» (photo Cécile du 19/02), dans une jolie face à ne fréquenter que par nivo stable et qu’il faut savoir gagner, c’est pour cela qu’on tenait absolument à y aller ce samedi avant les chutes de neige annoncées. Coté difficultés, si c'est plus difficile que les goulottes de la cabane tant dans l'approche que dans la face, ça reste peu soutenu et très raisonnable, une belle journée decouverte pour nous en tout cas.

* juste un nom comme ça car elle n’en a pas de connu pour nous et qu’outre le nom du ruisseau à sa base, l’approche nous a un peu ruinés...

Partager cet article

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 10:58

Depuis une visite à la face nord du grand Armet à ski (89 obligent…) alors que j’étais étudiant, je n’étais jamais revenu dans ce coin. Ce n’est pourtant pas les objectifs qui manquent par ici.  Aujourd’hui ce sera donc l’occasion de revisiter tout cela et de faire découvrir la goulotte à Olivier.

co1S’il y a bien une certaine distance dans l’approche, le manque de neige rend les choses beaucoup plus simple. Après une bonne heure de marche on sort de la forêt avec au fond le Rocher de l’Armet et à droite au soleil le bas de notre objectif. Une cordée est engagée dedans mais elle fera demi-tour après le premier ressaut nous laissant cette jolie goulotte repeinte à neuf par la récente chute de neige, pour nous tout seul.

co2Sortie du premier mur au soleil, c’est l’une des composantes agréables de cette course orientée nord-est, pas mal de longueurs se font au soleil.

co3Ensuite après une pente de neige on attaque la goulotte proprement dite, joliment encaissée. 

co4Avec de sympathiques passages en glace.

co5Et toujours le soleil pas très loin.

co6Coté corde on avait un brin de 50. C’est largement suffisant pour une encordement à 25 ou à 50 comme pour cette belle longueur de glace qu’il aurait été dommage de scinder en 2.

co7Vers le haut ça s’élargit, on quitte l’axe de la goulotte pour aller chercher quelques pentes un peu plus techniques à gauche.

co8Olivier sous le dernier ressaut, un petit passage de mixte facile juste à droite d’un joli gendarme rocheux.

co10Après 650m quand même, on sort des dernieres difficultés.

co11Il reste 150m de dénivelé sur un beau dôme battu par les vents, ce qui nous arrange bien car il n’y a pas de trace à faire. Il fait bien bon au soleil. Au sommet rencontre sympa avec Guillaume et Romain qui sont montés par la goulotte de droite, jolie aussi et très facile selon leurs impressions.   

co12La descente est très simple par le versant est du col de Combe Oursière. A noter cependant que pour les paralpinistes c’est vraiment une course idéale, difficultés modérées et sommet où ça décolle de partout (est, ouest ou nord…). Olivier qui en est un et qui a déjà volé de nombreuses fois du Mont Blanc pourra vous le confirmer. Sur ce coup par solidarité il n’avait pas pris sa voile mais c’est sûr il ne reviendra pas ici sans.

co13Bon en attendant  la descente à pied permet une visite complète de la combe nord de l’Armet. Avec par exemple ic les cascades de Plancol, «L’homme de l’est» et «Fin de séjour».

co14On repasse aussi au pied de la face où on trouve aussi quelques cascades qui peuvent servir de variante d’attaque pour la goulotte. Un joli site qui pourrait mériter d’autres visites. Coté fréquentation il y avait aujourd’hui plusieurs cordées dans les cascades et après 5 cordées candidates (2 dans la goulotte centrale, 3 dans celle de droite) seulement 2 cordées donc au sommet de Combe Oursière, une journée tranquille en montagne comme d’hab…       

Partager cet article

Repost0