Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 20:28

Hier soir il y avait plusieurs idées avec des levés plus ou moins matinaux, finalement Cyril me convainc d’un départ très matinal pour aller retrouver Jérôme à Villard D’Arène. En plus l’objectif du jour est des plus intéressant puisque pour l’atteindre on va devoir passer sur le glacier de Tombe Murée. Quand j’étais jeune alpiniste 2 couloirs me faisait particulièrement rêver en Oisans : le couloir Chaud et la brèche de Tombe Murée. Finalement si j’avais fait le premier je n’étais jamais aller vers le second, impressionné par la réputation de l’approche chaotique sur le glacier. Aller voir tout ça de plus prêt c’est donc assez excitant. Enfin surtout la veille au soir car le matin quand le réveil sonne c’est déjà beaucoup moins net…

Mais comme d’hab une fois sur place ça va beaucoup mieux. Départ vers 6h, après une première montée on chausse et c’est parti pour quelques km de plat. On discute, on discute et au milieu de ce paysage ça passe finalement assez vite.

Lever de soleil sur l’objectif, c’est encore loin mais bien alléchant.

Quelques km plus tard on attaque la poudreuse et le très beau glacier de Tombe Murée. Celui ci s’avérera plutôt tranquille et si on doit se relayer à la trace on arrive facilement au pied de la Brèche d’Alvau et de son couloir.

La remontée de celui-ci est bien jolie, le bas passe bien. C’est raide et on s’arrête en haut de la grande pente. On pensait pouvoir passer la barre finale par une vire mais les conditions de celle-ci s’avérant assez craignos et expo, on en reste là.

C’est déjà bien beau et de notre petite plate-forme taillée dans la pente on admire à loisir le paysage et la belle descente qui nous attend. 

Je me lance (photo Jérôme), puis Jérôme puis Cyril. La pente est bien là mais les conditions sont bonnes.
Même s’il ne faudrait pas tomber car on ne s’arrêterait sûrement pas, la neige se prête bien à une certaine décontraction et on est tous à notre grand plaisir d’être là.

J’adore ces moments où si on est concentré, il n’y a pas de stress et on a tout loisir de savourer le paysage, la pente, les copains qui descendent. On passe devant alternativement pour laisser le plaisir à chacun de découvrir la pente.

Après le passage des barres du bas on se lâche en grandes courbes au-dessus de la rimaye.

La neige sur le glacier est vraiment très bonne, quel bonheur d’être là au frais quand de nombreux randonneurs sont entrains de sécher en pleine chaleur dans la montée à Adèle Planchard.

Pas de trace, peu de renseignement sur la pente convoitée mais un bon repérage la semaine dernière de Cyril et Jérôme, en voilà une belle journée dans l’Oisans qu’on aime. Le plat du début et de la fin est vite oublié et tout ce conclut par la boisson qui reconstitue, le sérieux panaché du Pont d’Arsine. D'autres photos ou impressions ici ou  

Partager cet article

Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 21:13
La flemme de se lever, pas envie de trop se fatiguer non plus pour garder des forces pour la balade du lendemain (eh ouais avec l’age faut savoir s’économiser), bin rendez-vous à 11h et direction le Grand Colon.

Couleurs verte et blanche à 2 pas de Grenoble.

Après une belle arête entre soleil et nuages. On prend plaisir à se perdre entre neige et nuages sur la calotte sommitale.
Pour en redescendre petit visite au Couloir ouest, un de mes couloirs initiatiques du temps du «89 courses». Même si beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis, c’est la première fois que j’y revenais, un peu de pente (légèrement exagérée sur la photo ci-dessus).
Une belle ambiance en tout cas, partagée avec Hughes et Sébastien. Vraiment une valeur sûre à cette époque de l’année où les conditions de neige permettent de le fréquenter en toute tranquillité.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 22:51

Il y en a eu pas mal cette année où comme de toutes façons on a le temps, même si la météo ou les conditions ne semblent pas au top, on va voir quand même. Et bien cette fois-ci encore, comme par exemple pour Rocheherbes ou le Vercors-est… ça a marché au-delà de nos espérances. Après un départ tardif et sous la neige, presque un but pour manque de visibilité, tout ce découvre enfin (bon la météo l’avait annoncé aussi).

Le couloir a l’air très bon (ici vu du lac du Crozet à la descente).

L’accès n'est pas si compliqué par un petite vire à peine acrobatique (au retour tout passera à ski). Les conditions de neige sont quasi parfaites : poudre sur fond ferme. Enfin à peine un peu trop ferme sur les derniers mètres puisque que là c’est directement poudre sur dalles…

A la descente, après un petit tout droit pour passer les premiers mètres on peut faire voler la poudre et Ludwig descend ça en quelques courbes. Bon c’est pas aussi poudreux que ça en a l’air et derrière je me retrouve avec quelques zones dénudées ou je n’ai plus que la vieille neige mais celle-ci a vraiment une super accroche, alors tout roule…

La face vue de profil, c’est court mais ça a de l’allure…

Sous la face on s’offre de la bonne neige et une très belle lumière pour terminer.
Pour conclure un parallèle hiver/été (sous les flèches rouges la vire d’accès à ski). En été les dalles du Galeteau c’est une voie d’escalade cotée AD avec quelque pas de 4.  Depuis qu’on y avait fait un tour avec Lio on s’était bien dit qu’on viendrait les refaire à skis.... (d’autres photos ici et les impresions de Ludwig ).

Partager cet article

Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 22:06

Aujourd’hui je veux être en début d’après-midi à Bourg St Maurice pour faire connaissance avec ma nouvelle petite nièce fraîchement arrivée. Retour donc en Haute Tarentaise et rendez-vous (trop)matinal ce coup-ci (pas de camion torche…) avec Simon pour affronter le foehn annoncé par météo France sur un beau sommet frontalier le Bec de L’Ane.

Après un départ sous forme de clin d’œil à l’ensemble Sache/Pourri/Turia, celui-ci sera à la hauteur de ce qu’on attendait.

De plus en plus fort à mesure que l’on approche de la frontière, il est matérialisé par un mur de nuages débordant de l’Italie. Notre passage dans l’axe du col de la Sassière au centre de la photo sera particulièrement piquant…

Multi-couches et néoprène de rigueur pour ne pas finir complètement congelé (dire qu’il est annoncé 25 à Grenoble…). Enfin heureusement que comme prévu ça se calme quand on atteint la face elle-même plus abritée. Dans celle-ci et jusqu’au sommet à part à de brefs moments pendant la montée on sera toujours hors des nuages et relativement tranquille.

Au sommet il ne fait même pas trop froid et on peut admirer à loisir les belles cacades de nuages qu’il génère de chaque coté.

Simon se réchauffe sur fond de Vanoise.

La descente sera très bonne avec de la poudreuse rive gauche. On est juste un peu tôt pour profiter du Soleil, c’est que le Simon il grimpe vite aussi. On aura donc de la neige agréable et ferme jusqu’en bas pour une arrivée skis au pied un peu plus bas que la voiture en utilisant la rive gauche du ruisseau de la Sassière.

Au retour on s’offre même une très bonne omelette aux lardons au petit resto du hameau du Crot, cadre et accueil sympa (il ouvre aujourd’hui pour la saison), quel contraste entre le turbo réacteur du col et la chaleur du resto.






C’est parfait, il est encore tôt et tout l’après midi est là pour faire connaissance avec Anatolie…            

Partager cet article

Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 08:55

*expression piquée à Oliv et LN décrivant un véhicule plus ou moins aménagé (selon ses moyens) et qui permet de dormir sur place la veille au soir.

A cette époque on bascule dans le ski de printemps, les massifs proches ne sont plus guère exploitables, il faut donc aller plus loin et plus haut. Il y a quelques années c’était l’occasion de monter en refuge pour faire des choses sur 2 jours. Maintenant les occupations et centres d’intérêts ayant évolués (si si je vous jure il n’y a pas que le ski dans la vie) on fait plutôt ça à la journée (voir à la grosse matinée…). C’est donc l’occasion de départ à des heures complètement folles et pour moi une motivation qui parfois a du mal à suivre. Heureusement il reste le «camion torche», ça permet d’amortir considérablement le décalage horaire. C’est la solution qu’on choisit avec Cyril pour aller visiter la face nord de Pierre Pointe. Manu nous rejoint un peu plus tard et après un levé vers 5h30 (là ça reste raisonnable) on part tranquille.

Aujourd’hui en plus comme on est à peu prêt sûr des conditions de la face on passe par le versant sud. Montée tranquille et panoramique au soleil.

Neige dure et progression facile, c’est sûr que par rapport au brassage de 800 m qui nous attendait en face nord on y gagne.

Débouché sur l’arête sommitale, ouah !!! La face est vraiment magnifique. On pensait y chercher un peu notre itinéraire sur le bas, mais ce ne sera même pas nécessaire car il y a déjà 2 traces. Pause sympa au sommet, malgré les prévisions il n’y a pas trop de vent.

Mais aller c’est pas le tout on a une face à descendre, on finirait presque par l’oublier. Théoriquement ça pourrait même être un peu technique vu la cotation.

Mais bon on voit vite après quelques virages qu’aujourd’hui vu les conditions rencontrées ça ne sera que du ski facile et plaisir.

Très grand plaisir même car la face est belle et large, on peut visiter à loisir de belles contre-pentes.

Ou se laisser aller à du ski grand large.

Arrivée en bas on voit enfin la face dans son ensemble, y a pas à dire c'est grandiose et fort joli. Retour peinard à la voiture, il est à peine midi, ça pourrait presque être un Niw’sortie avec retour au boulot l’après-midi. C’est pas ce qu’on a prévu, alors on profite du soleil, des petits biscuits, de la bière…Le retour sur Grenoble se fera néanmoins assez tôt dans l’après-midi pour profiter agréablement du reste de la journée (certain serait même aller grimper, quelle santé…), vive le camion torche…. D’autres photos et impressions ici   

Partager cet article

Repost0