Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 21:24
Encore une rando apéro : départ tôt mais pas trop, rencontres sympathiques au départ, petit couloir un peu technique sur un sommet à l’écart de la foule de la Belle Etoile et retour à 11h à la maison pour profiter ce cette belle journée quasi estivale. Premières grillades, sieste, farniente et bataille d’eau/toboggan avec les enfants des voisins.
Le pic des Cabottes et son couloir en S

Partager cet article

Repost0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 10:15

Et oui, il y a quelques années c’est tous les week-ends qu’il randonnait. Avec son compère le Beloi on dit même qu’ils auraient initié des petits jeunes à la rando et à la pente raide. Certains ont bien mis à profit les leçons enseignées. Mais cette année pas de Pacal sur les skis, on l’aurait bien aperçu une fois tentant de renouer avec l’activité en cachette au Jas des Lièvres mais c’est tout. Aussi quand il nous propose une soirée dans sa résidence secondaire secrète vers Villard d’arène, on s’empresse d’accepter. Même si la météo risque d’être tangente ce jour dans ce coin, on se dit qu’on trouvera bien quelque chose à faire. Après une soirée sympathique, l’animal ne manquant pas d’humour, le lendemain matin la météo est effectivement assez moyenne. On doit donc revoir notre objectif initial. Mais qu’à cela ne tienne entre copains et dans la bonne humeur on trouve toujours matière à s’amuser.  Ce sera donc encore une belle matinée. Pour les infos techniques c’est ici. Pour le reste, le Beloi m’ayant envoyé un petit texte, le voici ci-après, illustré simplement par quelques photos du Pacal style (un peu derrière à la montée mais toujours souriant à l'arrivée, direct et rapide à la descente et parfois on peine un peu à suivre...).

Parfois, la rando ne se limite pas à la recherche de la plus grande pente ou à la descente d'un couloir à priori jamais skié. La ballade d'aujourd'hui me laissera d'autres images. Une météo moyenne, un regel médiocre nous pousse ce matin, à parcourir un itinéraire « de repli ». Les 500 premiers mètres de dénivellation se passent en discutant de tout, sauf de montagne ! Cinéma, livres, voyages ou concerts : chacun donne son point de vue, sa vision des choses et hop ! On se retrouve comme par magie, à plus de 2000 m d'altitude.Voici le temps de la première pose. On consulte la carte (ceux qui ont de bons yeux), on grignote quelques fruits secs, on discute sans cesse. Jo, avec son oeil de lynx, repère un petit couloir dans les arêtes de Roche Bernard. Quelques échanges plus tard, nos spatules se dirigent, d'un même élan, vers cette légère échancrure qui nous a attirés. La pente augmente sensiblement, ceux (celui) qui ont moins de souffle parlent moins.

Une bonne heure supplémentaire et nous voilà déjà au sommet. Il est à peine neuf heures !

Ambiance détendue, bons mots, ceux (celui) qui avaient perdu leur souffle le retrouve, chahut verbal digne de jeunes ados excités, poses photos innombrables. La descente sur le hameau du Lauzet reste une formalité.

 

Les trois gaillards regagnent, à quelques kilomètres de là (hameau des Cours au-dessus de Villard d'Arène), le petit chalet qui les a abrités la nuit précédente. Ici se prolonge l'ambiance « bon enfant » de la (courte) matinée. Une petite mousse, quelques gâteaux secs (avec traces d'O.G.M. d'après certains), les bonbons allemands sans sucre remplissent les petits creux à l'estomac. Voici l'heure du rangement « camp », Pacal se tape « gentiment » la (minuscule) vaisselle : 3 cuillères et 3 bols.Voilà la porte du chalet refermée, l'eau coupée : on rentre sur Grenoble. Pour que le temps passe plus vite dans la voiture, Jo nous cite, sans hésitation et sans sourciller, le nom de toutes les cascades croisées sur le chemin du retour. Quelle culture montagnarde ce Jo ! Et quel pilote ce Pacal !

Partager cet article

Repost0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 09:15

Un vrai scandale, je n’avais jamais été vers Ailefroide à ski. Pascal lui une fois mais il y a très longtemps pour faire seulement la Bosse de la Momie. Départ donc vendredi soir pour 2 jours par-là bas. Pour le week-end de Pâques, on n’essaye même pas les refuges. Ce sera donc 2 nuits dans le Multivan mais avec tout le confort qui sied à nos vielles carcasses : petit frigo pour que les bières soient fraîches au retour, petit table pour le petit dej… Manque juste un peu de chauffage, samedi matin les vitres étaient givrées à l‘intérieur, en effet il faisait –3  dehors, m’enfin bon par rapport à la tente c’est quand même royal.
Le premier jour sur les conseils d’Olivier (OLE) et alléché par la description qu’en fait Lio (LTA) dans le topo Ecrins Est, on part faire les Agneaux par le glacier en S. Nous ne serons pas déçus du voyage.
C’est magnifique, soutenu, un poil technique, l’arrivée sur la calotte est vertigineuse.
A la descente les conditions de neige du haut nous changent un peu des derniers couloirs plus raides mais en poudreuse et descendu sans même sans apercevoir.

Ici on est à 3600, ça plonge de tout les cotés, l’ambiance est vraiment fantastique.



L’après midi se passe à glander dans la vallée qui est ma fois très jolie. Le soir plutôt que d’aller au resto, on se bricole un repas digne de notre jeunesse avec des pâtes et ce que l’on a sous la main avant de remonter dormir au parking.


 







Pour le deuxième jour, Pascal n’ayant jamais été voir de prêt les mythiques faces nord du glacier Noir c’est par-là bas qu’on ira. On hésite un peu sur le but de la course, y a bien le couloir sud-est du Coolidge qui nous tente. Mais finalement la transformation encore partielle de la neige en altitude et l’arrivée annoncée plus précoce des nuages nous conduisent tranquillement jusqu’au col de la Temple. Comme ça on pourra se repaître à loisir du magnifique paysage offert par le coin aux skieurs alpinistes (voie d’escalades historiques ou modernes, goulottes, couloirs…).
L'ambiance fantastique du Coup de Sabre
Le couloir d’accès aux pentes finales du col se fera à pied par manque de neige, dommage, mais la vue la haut est magnifique.
Cette fois la neige à la descente est plutôt moyenne mais ce n’est pas grave ce n’était pas l’objectif principal de la journée. Une fois arrivée à la voiture d’ailleurs, malgré les 1500 mètres de dénivelé, par rapport à la veille on a presque l’impression de ne pas être descendu.  Finalement on a bien fait de pas trop traîner là haut vers 13h quand on repasse à Ailefroide il pleut. D'autres photos et commentaires de ces 2 belles balades ici et .

Partager cet article

Repost0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 11:02

Y avait longtemps que j'avais envie d'aller faire la rampe Nord Est des Rochers de la Barme. Puis bon, comme ça ne motivait pas outre mesure mes compagnons habituels et qu'il y avait toujours autres choses à faire les années ont passé... Jusqu'à hier où à l'occasion d'une rando programmée avec Jean ça a été l'occasion.

Jean propose la balade à Jérôme qui skie bien mais qui débute la rando (c'était sa septième). Il est bien un peu inquiet sur le but de la course mais l'enthousiasme communicatif de Jean ont raison de ses réticences initiales. Après, cela nous a quand même valu quelques moments d'inquiétudes qu'on a essayé de désamorcer.


En vue du couloir :


-          c'est là haut, à d'accord, effectivement au début je pensais qu'on allait tout droit au fond du vallon puis je vous ai vu bifurquer à gauche...


-          mais non au fond c'est le col de la Pierre, rien à voir, puis en plus là bas il fait trop chaud là au moins on est à l'ombre...


Au début de la rampe :


-          tient mais c'est un peu raide quand même, et plus haut c'est comment ?


-          ben on n'en sait rien. En fait ce couloir est décrit nul part donc faut aller voir... mais bon la neige est super bonne, imagine tu tombes tu fais un trou.


Dans la deuxième partie plus exposée mais en très bonne neige : 


-          jamais je descends là, t'a vu les barres au-dessous


-          Oui mais regarde cette poudreuse, tu tombes pas là dedans et puis même, tu t'arrêtes sans problème.


-          .......


-          Aller c'est à peine plus raide que la cime de la Jasse


-          .......


-          Bon d'accord c'est un peu plus raide mais c'est vraiment en supers conditions, de toute façon les couloirs on essaye toujours de les faire en bonnes conditions parce qu'on est là uniquement pour ce faire plaisir


-          Ouais (pas vraiment encore convaincu). Mais en haut est ce qu'il y a une échappatoire versant sud ?


-          Peut être mais on n'en sait rien puisque comme on te l'a déjà dit on n'a pas vraiment d'infos sur ce couloir.


En haut de la rampe on arrive sur une arrête toute plate et Jérôme décide de s'arrêter là.


C'est vrai que les 2 traversées qui vont nous permettre d'atteindre l'arête sont encore plus exposées, surtout la première assez raide et juste au-dessus d'une goulotte. On sent qu'il a sa dose et on ne le pousse donc pas cette fois-ci à continuer. Ceci dit une fois l'arête atteinte, il y avait vraiment une échappatoire très facile versant sud. Comme ça Jérôme ne sera même pas tenté, en plus vue les conditions on pense vraiment qu'il peut descendre sans problème.


Après une petite pause on le rejoint et la descente se passe effectivement tranquillement, la neige est très bonne.


Jérôme est quand même soulagé une fois la première partie de la rampe atteinte.


A la pause rituelle à la cabane de la Pierre il est finalement bien content de la balade, même si il nous dit qu'il s'était promis de ne pas faire de truc exposé. On lui dit que si il fait un peu de couloir de toute façon il y aura toujours un moment ou il côtoiera ses limites techniques ou psychologiques.


Et qu'après, tout est question de dosage et de progression tranquille. Aujourd'hui par exemple même s'il y avait un peu d'exposition, la pente n'était pas très raide et les conditions étaient vraiment idéales.
Et puis de toutes façon, les questions que s'est posé Jérôme, moi je continue à me les poser, pas dans ce degré de difficultés mais quand j'atteins les limites de ce que je fais habituellement.  C'est toujours l'éternel débat : truc plus cool/truc plus dur. Dans ces cas là aussi, les copains, la confiance qu'on a en eux et leurs motivations aident souvent à prendre les bonnes décisions. D'autres photos/infos/impressions ici

Partager cet article

Repost0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 22:40

Encore un petit tour rapide depuis Prabert. Comme d’habitude, des rencontres toujours sympathiques, une belle pente, de la bonne neige et jamais trop de monde.

Il n’y a qu’à bien choisir sa course selon la météo, le moment de la journée ou de la saison.

Un retour à la maison à l’heure de l’apéro pour refaire une fois de plus la course et bien d’autres choses autour d’une bière. Tout est dit dans les commentaires de la course ici.

Partager cet article

Repost0