Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 20:17

Du 3 en 1 pour débuter ces quelques jours en haute Maurienne :

D’abord un petite rando avant le petit déjeuné pour voir l’état de la neige. C’est facile, départ skis aux pieds du gite où nous logeons au Villaron, alors que le reste de la maisonnée dort encore. Montée droit au dessus en direction du Dom Jean Maurice.

Arrêt vers 2500 sur un petit dôme (à partir de là commence les choses sérieuses pour la difficile face nord-est du Dom (course I11 de VAN), ce n’est pas le but du jour et ce n’est pas en conditions (trop peu de neige). Bonne descente, la neige est transformée en face sud raide et encore froide dans toutes les composantes nord.

Ensuite, journée de ski de piste familiale à Bonneval (3 familles = 15 personnes), ça s’égaie dans tous les coins. La neige est très bonne, de part l’orientation elle est restée froide, pas de partie glacée et fort peu de cailloux.

Toute la troupe en pause pique-nique 

 

Enfin, vers 16h on regroupe les troupes, on organise les retours et les 3 indignes pères de famille partent terminer la journée dans l’agréable couloir nord ouest de l’ouille Mouta (la volofiche). Montée paisible avec en toile de fond les glaciers du Vallonnet et l’Albaron (avec la rando du matin et la journée de ski de piste les jambes sont un peu lourdes). Pause agréable au sommet (cette fois on ne vous dit pas ce qu’on a bu…). Descente dans une neige froide un peu dense à manier pour nos pauvres vieilles jambes fatiguées mais assez agréable quand même.


Partager cet article

Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 20:30

Belle balade sympa et formatrice pour Simon (la volofiche). On voit du pays, on côtoie tous types de neige, un petit couloir nord facile pour se mettre dans l’ambiance et le clou de la journée : un baptême de vernes sous le lac de Crop (une espèce de Border cross tout gelé, très formateur). 

Il y avait très peu de monde mais rencontres sympas : avec Yvon au pas de la Coche (ça devient une habitude dans ce coin) et au-dessus du lac de Crop avec nos «2 skieurs motivés» croisés lors d’une virée en cascade fin décembre. Ce coup-ci y avait vraiment de la neige.

Carburation à l'eau claire toute la sortie, même pas de génep cette fois ci


Partager cet article

Repost0
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 10:31
Daniel ayant raté quelques séances de dégustations et la consommation d’alcool étant formellement interdite dans nos familles respectives (non je déconne..), il a bien fallu qu’on trouve un prétexte pour aller déguster le précieux liquide tranquillement. Bon pas très original, on décide d’aller faire un tour en montagne. La veille au soir arrive, le téléphone sonne…bon alors on va où? Comme cette saison la météo ne nous facilite pas vraiment les choses il devient difficile de trouver un truc original sans se creuser la tête. J’avais bien quelques idées cependant…mais quand Daniel me parle du Taillefer le déclic se fait… Depuis un moment, à l’occasion d’une journée ski de piste en famille à la Morte, j’avais repéré la face sud ouest du dôme de Roizonne. Donc c’est décidé on va par là bas et on verra bien une fois sur place. Arrivée à la Morte un coup d’œil sur la face à la jumelle nous laisse penser que ça doit passer : y a bien quelques étroitures en bas mais le haut semble sympa. Avec ce faible enneigement ça ressemble plus d’ailleurs à une suite de couloirs parallèles qu’à une face. On montera donc part le lac de Prévourey puis on descendra à vue (la volofiche ici). Vu l’orientation on sait qu’on a tout notre temps pour monter, on le fait donc tranquillement en profitant du coin.
Je suis déjà monté plusieurs fois pas par ici à l’automne pour décoller en parapente.
Une fois au sommet on continue un peu vers le pas de la mine puis on s’arrête pour profiter du soleil et comme d’habitude cet hiver, c’est vraiment le printemps…
Je peux compléter ma collection d’auto portrait dégustatif et on attaque la descente. Cette face à vraiment une belle ampleur, les conditions de neige sont bonnes mais il faut rester concentrer, ce ne serait pas cool de glisser… A un moment on quitte le couloir principal en poudre tassée (on avait vu à la jumelle qu’il ne semblait pas passer en bas) c’est l’occasion de trouver des contres pentes où la neige est revenue à point. Vers 2000 on tâtonne un peu et ça nous vaut un petit déchaussage pour passer un goulet. Une fois en bas on verra qu’on aurait pu surement éviter ce passage en optimisant un peu plus, mais bon ça fait parti du jeu et du plaisir de la descente à vue. Du fait de notre heure de descente pas trop tardive (12h30) les pentes du bas sont à point, plus tard c’est à dire à l’heure normale pour un mois de février normal ça aurait été tout mou. Ca fait aussi parti de jeu de savoir s’adapter aux conditions du moment. Vers 1650 on retrouve la piste qui nous ramène rapidement à la Morte où Daniel remonte chercher la voiture pendant que je me prélasse au soleil. Au total un parcours varié et esthétique, quelques passages techniques de ci de là pour ne pas s’endormir, pas de stress vraiment que du plaisir, prolongé par une bière en terrasse à la Morte (Euh finalement on boit beaucoup pendant ces rando…). 
Le ski de couloir c'est pas compliqué :
Flexion
Planté de baton...extention
et on recommence....

Partager cet article

Repost0
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 22:16
Petit Chamechaude entre midi/deux. Ca fait plaisir d'abord parce qu'attendre mi-février pour pouvoir faire Chamechaude c'est quand même rare (pas tant que ça à l'avenir ??) ensuite parce qu'au mileu d'une journée de travail c'est plus fun qu'un bon footing ou qu'un tennis et ça prend à peine plus de temps. La volofiche ici

Partager cet article

Repost0
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 22:34
Pour profiter de la petite éclaircie matinale, autant ne pas aller loin, on se décide donc rapidement pour la pointe du Sifflet et sa face NE. En plus j’étais déjà allé y faire un tour avec Olivier pour une balade très facile à pied, donc même avec un temps un peu moyen je pensais sans problème retrouver l’entrée du Couloir. Arrivée sur le parking c’est la foule et je dis à Lio, qu’on va sûrement trouver quelqu’un qu’on connaît. De fait dés qu’on démarre Lio reconnaît Yvon. Je ne le connais que virtuellement (avec Internet on à l’impression de connaître déjà un peu les gens avant de les rencontrer vraiment), c’est donc l’occasion d’une vraie rencontre très sympa.
On monte au pas de course (en tous cas pour moi), on discute et on arrive au Pas de la Coche vraiment rapidement. Là l’ambiance hivernale se fait bien présente, on met veste et masque pour un parcours plutôt marrant le long de l’arrête (le rythme ralenti un peu ça me va bien…).
L’entrée du couloir est trouvée facilement après quelques mètres de désescalade sur une arête givrée. Je reconnais bien les lieux et il y a une trace de descente d’hier. Les quelques mètres de rhododendrons sommitaux (si si on les voit encore depuis décembre) sont vite désecaladé.
On peut entamer une descente plutôt cool dans de la poudreuse assez dense (y bien quelques passages ou la neige dure n’est pas loin mais elle accroche bien).
Après une centaine de mètres la face s’élargit.
Puis un peu plus bas, la visibilité devient meilleure, on retrouve les traces du pas de la Coche puis la partie « damée », ce qui nous assure un retour rapide à la voiture.  Ube ballade sympa pour un retour tôt à la maison. Les impressions d’Yvon ici, le CR de Lio .

Partager cet article

Repost0