Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 19:20

En ce joli mois de Mai la neige s’ingéniant encore à venir presque jusqu’à nos portes, on n’allait quand même pas laisser passer ça, surtout qu'aujourd'hui il fait beau.

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Après un départ de Grenoble à l’heure où d’habitude on va bosser, vers 8h45 avec Juliette et Steph nous voici donc sur les skis.

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Hum, hum, aujourd’hui ça à l’air sympa alors on va essayer de ne pas gâcher.

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Par là ça a l’air pas mal…

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Dans l’autre sens aussi non ?

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

On continue alors… Quelques poussés de ski plus loin, tiens un autre sommet avec une jolie vue.

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

On est tellement bien que dans l’euphorie on essaye une variante… jolie mais bon ça ne passe pas (quoiqu’un peu mieux équipés qu’aujourd’hui... ça donne quelques idées)

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Un peu de réflexion et ça y est  on retrouve le bon passage… Steph

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

puis Juliette apprécient cette poudreuse de Mai. Alors quoi ? Bin on continue encore, en plus ça permet un bel angle de vue sur notre descente précédente

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Les chemins de traverse ça a du bon… on trace, on trace

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Ça veut dire encore un sommet donc.

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Et encore une descente.

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Et c’est toujours aussi bon…

Poudreuse de Mai et chemins de traverse...

Un petit couloir un peu chaud et hop il est temps de rentrer… 1500 de déniv, 15,5km et 5h51 nous dira le GPS de Juliette une fois à la voiture, pff si on les sent un peu on ne les a même pas vu passer…

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 17:01

Aujourd’hui évidement on voulait profiter de ce petit hiver. Comme la neige est revenue à nos portes et que la nivo pourrait être un peu délicate en altitude, avec Cyril on fait dans le simple et dans le classique.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Trop de monde diraient certains, bah c’est pas grave comme ça on croise les copains et puis ici on connaît  comme notre poche alors on est sûr qu’il aura bien quelques pentes justes pour nous.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

On s’écarte donc un peu pour prendre les chemins de traverse… 

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Et nous voilà dans un premier couloir.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Le couloir de la passerelle, il prend le soleil rapidement mais il est encore tôt alors c’est plutôt bon.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

On est en hiver il y a même des glaçons…

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Un peu plus bas.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

On se dirige vers la suite du jour, le Grand Eulier. Alors oui certes, si sa face sud qui n’est qu’un vaste éboulis, même bien blanche, ne nous fait pas vraiment rêver, elle nous permet de tracer et c’est déjà pas mal.    

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Sous le sommet, Cyril regarde à l’est mais en fait c’est le versant ouest qui nous intéresse. C’est que celui-ci recèle un joli et discret couloir, même s’il semble un peu moins enneigé que ce jour, il a l’air de passer pas trop mal alors on y va.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Une entrée tout en douceur.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Puis c’est plus technique et un peu glacé pour rejoindre l’axe.  

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Mais un fois qu’on y est ça devient très bon.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

L’étroiture nous donne un peu de fil à retordre mais moyennant un peu de dry (avec les skis de Manu ça aurait été plus facile…), ça passe. Au dessous c’est excellent.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Le Cyril’style…

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Grosse neige.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Et très bon ski donc. 300 de déniv, il est vraiment bien ce couloir moi je le préfère à l’ouest classique et Cyril qui découvrait ce versant est enchanté aussi.

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Maintenant il ne reste plus qu’à rentrer. 100 m de déniv avec une fin à pied pour retrouver le versant Pourettes.  

Poudreuse d'Avril et chemins de traverse...

Et même à Chamrousse un jour comme aujourd’hui on peu s’offrir de jolies traces et de sacrés coups d’œil… A la Croix on retrouve la foule et les copains. Ce matin on avait croisé David entrain de travailler son WAF avec Sophie, là on retrouve Jérôme et Pascal venus eux aussi profiter de l’hiver. Comme dit Jérôme on s'est bien amusé, tout ça à 2 pas de la maison, sûr que quand la neige et là ce n'est pas bien compliqué.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 13:12

Après un petit séjour dans le sud pour fuir l’ambiance plutôt fraiche de cette dernière semaine, un petit retour à la moquette puisque maintenant il semble que la neige consente enfin à décailler.

Aiguillettes de Vaujany

Départ à 9h45 de la voiture pour une montée décontractée avec Juliette et Steph.

Aiguillettes de Vaujany

Malgré l’heure de départ tardive on sait qu’on est encore en avance alors on prend tout notre temps pour profiter du paysage.

Aiguillettes de Vaujany

Un petit coup d’œil aux contreforts ruinés du versant sud et vers 12h on est au sommet. Pff largement de quoi s’offrir un petit bonus en versant est.

Aiguillettes de Vaujany

Neige parfaite.

Aiguillettes de Vaujany

Une petite pause en face de la face ouest de la Cime de la Cochette et hop on repeaute.

Aiguillettes de Vaujany

Montée dans la bonne humeur, même pas trop chaude car on s’ingénie à aller rechercher les petites crêtes pour profiter de la brise de nord.

Aiguillettes de Vaujany

Du coup il est maintenant l’heure de plonger en face nord-ouest.

Aiguillettes de Vaujany

Neige à point où encore un peu ferme dans une petite variante un peu plus raide.

Aiguillettes de Vaujany

En transfo aussi on peut tracer de jolies arabesques.

Aiguillettes de Vaujany

Well done non ?

Aiguillettes de Vaujany

Une arrivée sur le lac

Aiguillettes de Vaujany

Pour coup d’œil toujours sympa.

Aiguillettes de Vaujany

Et en bricolant un peu un retour skis aux pieds au barrage. Voilà pour 1100 mètres de moquette dans un coin toujours très rentable en termes de qualité de ski à cette époque. Un peu moins de neige que l’an dernier  mais encore plein de randos possibles avec un minimum de portage dans le secteur.

Partager cet article

Repost0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 18:29

Un petit tour pas loin en se levant même pas trop tôt et en rentrant à la mi-journée, ça s’appelle une bertonchinette (l’appellation n’est pas de moi mais de quelques très bons amis). Après des bertonchinettes y en a de plus piquantes que d’autres…Examinons donc celle de ce matin. Un départ à 7h45 de Rieu Claret, à peine 100 m de portage, ça part bien. Y a plein de monde et c’est donc l’occasion de faire un agréable bout de chemin avec Pierre pas vu depuis un petit moment. Un peu plus haut on se sépare de la foule allant vers le Rocher Blanc pour aller vers le vallon du Buyant.

Une bertonchinette ?

Tiens et si on allait faire cette belle pente, elle a l’air en bien bonnes conditions et ça fait des années qu’elle nous nargue. Là il semble qu’il y ait une espèce de rimaye à son pied, alors passera, passera pas ?

Une bertonchinette ?

Passera, mais pas facile, la marche fait plus d’un mètre et les appuis sont fuyants, enfin bon après quelques coups de piolets on y est. Au-dessus l’ambiance est super sympa.

Une bertonchinette ?

Une courte ascension et nous voilà au sommet de la pointe de Minimin. Il n’y a pas beaucoup de place, il faut se tailler une plateforme pour chausser juste sous les rochers sommitaux.

Une bertonchinette ?

La neige est parfaite et les virages sont plaisants.

Une bertonchinette ?

C’est court mais il y a une bonne pente.

Une bertonchinette ?

Après une petite traversée, ça replonge bien au-dessus de notre rimaye.

Une bertonchinette ?

Steph prêt pour le grand saut. Après ça on enchaine les virages jusque sous la face nord des rochers du Pilliozan. Une fois ici ça serait quand même dommage de pas aller voir leurs couloirs NE. 

Une bertonchinette ?

Remontée à la fraiche dans de belles marches déjà faites, c’est cool.

Une bertonchinette ?

Sommet du Pilliozan, joli panorama sur Rocher Blanc et consort.

Une bertonchinette ?

Un coup d’œil sur les 2 couloirs, non ce ne sera pas pour aujourd’hui. Eh oui ce n’est pas comme ce jour, là on est que mi-avril, du coup la rive droite et les étroitures de chaque couloir ne voit pas encore le soleil. Bah c’est pas grave ici on en connaît un autre beaucoup mieux orienté. On avait déjà été y faire un tout avec Cécile il y a quelques années.

Une bertonchinette ?

Quelques virages versant sud, puis on rejoint une petite brèche. Celle-ci équipée maintenant d’un anneau de corde (mais bon on n'a pas de corde…) permet de prendre pied dans un joli couloir sud-est.

Une bertonchinette ?

Un peu de désescalade donc, Steph adore ça… 

Une bertonchinette ?

Encore une petit chaussage dans la pente et hop c’est reparti, dans une neige tendre à souhait, pour quelques passages encore assez techniques ma fois.

Une bertonchinette ?

Quand Steph décolle c’est qu’il y a de la pente…

Une bertonchinette ?

Après un passage à l’ombre un peu glacé (sur qu’on a bien fait de pas aller dans les couloirs NE) ça déroule à mach12 jusqu’en bas. Voilà, une rimaye, un peu de mixte, de la pente, 1100 mètres de déniv pour 2 couennes belledonniennes avec tout ce qu'on aime, et il est à peine 12h, assurément une bertonchinette mais sauce piquante donc. D'autres infos ici. Les impressions de Steph là.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 13:31

Après Julie, Cécile me rappelle cette semaine que ça doit être l’heure cette année d’un Gd Colon basket. En fonction des dispos de chacun ce sera ce vendredi.

Le Grand Colon basket...

Départ à 18h de la voiture, herbe verte, petites fleurs le décor est en place.

Le Grand Colon basket...

Aujourd’hui quelques taquins cumulus se sont même invités alors qu’hier il faisait si beau… enfin bon on ne va pas se laisser abattre pour si peu, la bière est bonne quand même et puis on le sait le soleil et les nuages ça peut aussi produire un bouquet sympathique.

Le Grand Colon basket...

Dès qu’on quitte le sommet on sort de la ouate, la neige est excellente.

Le Grand Colon basket...

Il n’y a plus qu’à plonger

Le Grand Colon basket...

Et à attendre que le soleil ressorte à l’horizon.

Le Grand Colon basket...

Ca arrive assez vite pour un moment magique avec les méandres de l’Isère scintillant au loin

Le Grand Colon basket...

Une lumière incroyable bien difficile à saisir en photo (surtout que je n’ai que mon téléphone…).

Le Grand Colon basket...

En plus au niveau ski c’est encore très bon et après le déchaussage habituel on peut se glisser tranquillement (en baissant parfois un peu la tête…) jusqu’au point d’arrêt usuel (comme fin mai une bonne année par exemple). Voila, même si on le sait depuis des années, cette descente ne nous déçoit jamais. Les impressions de Steph, à qui j'ai piqué quelques photos, ici.

Partager cet article

Repost0