Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 23:29

En cette saison les départs sont de plus en plus matinaux et j’avoue que ça nuit parfois grandement à ma motivation, surtout qu’on peut aussi faire plein de choses tout aussi ludiques que le ski et un peu moins fatigantes, de l’escalade par exemple. Mais bon il reste encore quelques plans pas trop loin, les Grandes Rousses versant ouest au départ de la Villette en sont un. Rendez-vous à 6h30 pour un départ de la voiture vers 7h30, ça va. On arrive à monter jusque vers 1750 et à 1800 on chausse c’est pas mal.

coch1Il fait très beau ce matin et la montagne toute repeinte en blanc par les dernières chutes de neige est vraiment fantastique. Regel excellent, une petite pellicule de poudreuse à partie de 2000 environ qui deviendra conséquente un peu plus haut.

coch3Notre objectif du jour, avant il faut monter aux Aiguillettes de Vaujany puis redescendre sur le col Couard.

coch2En attendant on profite pleinement de l’ambiance, on s’en met plein les yeux et c’est Cyril qui prend les photos ce coup-ci car j’ai oublié mon appareil.  

coch4Les Aiguillettes et leur face est sont maintenant derrières nous.

coch5En montant un des couloirs nord des Cimes de la Cochette, j’ai déjà fait ici celui décrit dans les «89» alors atteindre celui-ci en boucle ça parait pas mal. En tout cas on va aller voir.   

coch62 personnes nous précèdent dans la montée ça nous aurait presque fait une belle trace à partir de 2600 où la couche devient conséquente, mais non même pas, on la trouve souvent trop raide alors Cyril retrace. La neige super bonne est plutôt saine ici, ça promet surement une belle descente. 

coch7Petite pause au sommet il est midi, nos amis traceurs redescendent par l’itinéraire de montée nous on attaque par la face ouest pour rejoindre l’entrée du couloir. La neige est excellente.

coch8L’entrée du couloir, bon même si la neige nous a paru très saine jusque là, on conserve quand même nos réflexes… une petite corniche, une accumulation en dessous, faut tester un peu avant de se lancer vraiment… Jean Marie passe la corniche et… bingo… tout le haut du couloir part en plaque. Ce n’est pas d’une épaisseur énorme mais comme ça nettoie tout ce qu’il y a en dessous ça finit par faire du volume et un bel aérosol sur le glacier.  On s’inquiète un peu pour nos camarades de la voie normale, mais non ils doivent être passés de puis un moment.

coch9Jean Marie pas plus impressionné que ça fait même quelques virages avant qu’on le convainc de remonter. Le bas du couloir doit être tout nettoyé et le ski ne sera pas bon voir même encore dangereux si il reste des choses à purger. Une fois tous ensemble on pourrait redescendre par le vallon ouest mais on choisit de remonter au sommet pour profiter du Glacier de la Cochette en excellente conditions.

coch10Ce sera effectivement très très bon…

coch11On enchaine donc les courbes à vitesse grand V  jusqu’à arriver en vue de la coulée. Et là surprise 2 personnes sont dessus avec une chien… On prend contact de loin.

-          Vous ne bougez pas on recherche 3 personnes prises dans cette avalanche.

-          C’est nous les 3 personnes et on n’est pas dedans...

-          Vous êtes sûr ? bon y en a un qui descend…

Jean Marie un peu plus bas descend et après quelques minutes on rejoint tous les 2 CRS Alpes. Pour assurer le coup ils nous demandent de rester encore à leur niveau pendant qu’ils poursuivent quand même la recherche.

coch12Le théâtre des opérations vu du haut, à hauteur et du bas. 20 minutes plus tard environ

-          allez merci les gars vous pouvez y aller

-          Merci à vous et désolé pour le dérangement

On poursuit donc et ça reste excellent, au col du Couard on retrouve nos 2 amis qui ont déclenché les secours. La coulée s’est produite alors qu’ils étaient déjà au col,  ils ne nous avaient pas vus descendre mais comme on leur avait dit qu’on voulait faire ce couloir, devant l’ampleur du bazar vu du bas, ils ont pensé qu’on était dedans et ont appelé les secours, je pense qu’on aurait fait pareil.

Après ça la remontée au Aiguillettes n’est pas pire malgré le dénivelé qui commence à être conséquent. On avait peur d’avoir chaud mais ces petits contretemps nous ont fait pas mal trainer, du coup les quelques cumulus nous gardent une certaine fraicheur. Le haut de notre quatrème descente du jour est encore en très bonnes conditions, ça colle un peu par contre dans Cote Belle mais bon avec les skis larges… Voila au total 2200 m de très bon ski et une dimension un peu irréelle vue les conséquences engendrées par la coulée… Encore heureux qu’on ne soit pas descendu par la combe ouest sinon on aurait peut être même pas vu qu’on était recherché et qui sait jusqu’où auraient été les choses…

photo

 

Epilogue :

Ce matin Pascal avec qui j’ai discuté de cela hier m’envoie cet article du Dauphiné. Mazette je ne pensais pas que ce type d’incident puisse faire l'objet un article… Quelques commentaires du coup au fil de la lecture.

-          - les randonneurs qui ont appelé étaient 2 et c’était bien vers 12h30

-          - la coulée devait effectivement être très impressionnante vu du bas (beaucoup plus que pour nous du dessus)

-         - les randonneurs ne nous ont pas vu évoluer à l’endroit où est partie la coulée, ce n’était qu’une supposition suite aux discussions qu’on avait eues au sommet.  Au vu de cela à leur place on aurait surement aussi "donné l’alerte".

-          - On a effectivement confirmé aux 2 CRS qu’on avait assisté mais aussi surtout déclenché l’avalanche.

-          - Concernant la "chance de ne pas être emportés!" enfin, il en faut effectivement dans la vie et on l’a tous taquiné à un moment ou un autre en montagne. Sur ce coup néanmoins on n'a pas compté que sur elle et on a essayé de la mettre un peu de notre coté en entrant précautionneusement dans le couloir.

Pour conclure comme le disait Lio il y a quelques temps, il faut toujours rester très vigilant en montagne, d’autant plus, quand les conditions semblent être plutôt bonnes comme ce jour.

 

 

Et puis aller une petite touche musicale, on en a parlé pendant la balade, on va les voir bientôt en concert et comme A little bit picky the snow today, isn't it... alors


 



Partager cet article

Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 23:52

Envie d’une bière avec les copains ce soir.

- Rendez-vous vers 20h OK ?

- Oui d’accord mais où ça, au bar ?

- Bof ouais tu crois et si on allait un peu plus haut ?  

- Ah ben oui pourquoi pas, rendez vous vers 18h alors le temps de monter, aller c’est vendu…

gc1On quitte la voiture à 18h40 et hop c’est parti, le soleil est là, il fait bon alors avec Lio et Stéphane ça ne traine pas…

gc2Fait carrément meilleur que lundi, la lumière est splendide.

gc3Cette fois tout est avalé en baskets.

gc4Après une montée tonique donc le sommet est là. Le temps de changer de chaussures (et de chaussettes pour les plus prévoyants) et hop à 20h on est prêt pour la bière. Une grim blanche, une grim blonde, c’est toujours délicieux en altitude.

gc5Et quel sourire béat….

gc6Faut dire que le Grand Pic et la Croix nous fond de l’œil alors.

gc7Une jolie lumière, vite on en profite pour rider la calotte (enfin plus ou moins selon sa largeur au patin...).

gc8Plus bas un peu d’accrobranche, toujours dans la bonne humeur.

gc9Et on retrouve le couloir qui, moyennant un peu plus de bricolage tout en bas, nous emmène au même endroit que lundi. Bref comme prévu c’était super et en plus cette fois j’ai été boire une bière…

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 17:45

Vu dimanche depuis notre tour en VTT sur les crêtes d’Uriage ça semblait à point, à peine un poil trop enneigé encore pour une montée intégrale en basket quoique…

gcl0De toute façon aujourd’hui le créneau est court alors hop après avoir posé Thomas à l’école je retrouve Pascal et à 9h on attaque la montée depuis le parking d’été en basket bien sûr.

gcl1On voit bien que le mauvais temps arrive à grand pas sur le Vercors mais bon à la baraque du Colon tout va bien encore.  

gcl2

La traversée pour rejoindre l’arête est un peu neigeuse mais une fois sur celle-ci on retrouve du sec et... rapidement les premières bourrasques. Ceci dit on s’attendait à de la pluie mais non on est vers 1900 et il neige alors la vie est belle...

gcl3Plus haut ça forcit un peu, Pascal s’est arrêté pour mettre les chaussures, moi je continue en basket jusque vers 2100 où là ça devient vraiment fort. Du coup je bascule sous la crête coté entonnoir où je peux à peu près tranquillement passer en mode hiver.

gcl4Quel contraste par rapport à samedi où on grimpait en tee-shirt au soleil, là on est presque à 4 pattes sous les bourrasques mais c'est pas grave on adore ça… D’autant que finalement une fois passé le venturi de l’épaule ça se calme et la visi reste très correcte.

gcl5Cool, la neige porte bien en plus, on va donc pouvoir aller tranquillement au sommet où quelques mètres en retrait derrière l’arête ça ne souffle même pas tellement.

gcl7Chaussage plutôt calme donc et comme prévu descente au top (peu de photos mon appareil ne supportant décidément plus l'humidité...). Zero enfoncement du haut en bas, neige à peine dure sur la calotte puis bien souple ensuite. Couloir très lisse avec un très bon remplissage à part un petit ressaut inhabituel mais qui passe par un peu d’acro-branche. Aucun déchaussage même pour l’étroiture du bas qui se contourne par la gauche, et retour skis aux pieds à 40 m de deniv et 3 minutes de marche de la voiture. Voila encore un petit bijoux de proximité qu’on adore en cette saison avec en générale presque 1000 mètre de très bon ski, à consommer sans modération à toutes heures de la journée (en après taf au coucher de soleil c’est pas mal non plus…).

Partager cet article

Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 17:58

C’est sur c’était top ce matin mais j’ai eu la flemme de me lever. Bah à Grenoble ce n’est pas très grave on a droit à des sessions de rattrapage. Ce sera donc midi/deux où Julie, qui elle était de la session grasse matinée, m’attend à la cabane pour une deuxième montée.

mm1Faut dire que malgré le redoux et le vent du sud tempétueux c’est encore magnifique et délicieusement meringué.

mm2Miss meringue profite du décor et de l’éclaircie qui nous fera l’honneur de nous accompagner jusqu’en bas.

mm3Ici c’est encore l’hiver en bas c’est le printemps, du blanc, du vert, du bleu, Grenoble est un terre de contraste et de vrais ? travailleurs...

mm7Descente excellente sur le plateau,

mm4où toute trace est effacée par le vent.

mm5Ou plus bas où on choisi l’option gauche par le petit cirque beaucoup plus rempli qu’il y a un mois

mm6Julie à l’attaque, ça commence à boulocher un peu mais ça ski encore super bien jusqu’au haut du téléski. Bon après ça collait un peu mais pour un midi/deux d'une fin Avril ça reste exceptionnel.

Partager cet article

Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 21:40

Ca faisait au moins 2 jours que je n’avais pas fait la Dent De Crolles, avec ces conditions ça ne pouvait plus durer. Alors après quelques hésitations à cause du beau redoux d’hier après midi, les nouvelles chutes de la nuit ne nous font plus hésiter. Rendez-vous à 9h30 et direction le col du Coq avec Ju, Yannick et Loisyann. Approche surprenante d’ailleurs avec 10 cm de neige sur la route, décidément ce mois d’Avril est étonnant. L’objectif du jour, aller marcher sur les traces de Lio de vendredi.

dcb0Bon ne commence pas comme eux par la Dent (bien que ce soit vraiment très tentant…), on se dirige vers le Bec Charvet. Pas de traces neige immaculée, le pied quoi.

dcb1Dans le retro Pravouta pour bientôt et Dent de Crolles pour beaucoup plus tard…

dcb2Devant notre première descente du jour, Yann et Ju dans un drôle d’attelage (une histoire de Jument et de Percheron… pas bien compris enfin bon vous leur demanderez). 

dcb3Au sommet de Pravouta Ju nous laisse, nous on plonge sur Perquelin par la facette nord est en excellentes conditions. A 1200 on récupère le sentier des sources du Guiers puis la combe du Prayet. Le passage le moins agréable de la balade, la neige a bien fondu et l’ambiance est très humide avec tous les arbres qui se secouent. On ferra les 300 premiers mètres à pied.

dcb4Mais tous cela et vite oublié un peu plus haut où la combe s’élargie, le soleil revient et les falaises jaunes qui bordent l’itinéraire sont vraiment très jolies.

dcb5Sur le plateau grosse trace et ambiance fantastique, on a du mal à croire que mille mètres plus bas tout est vert et que c’est le printemps. Petit tâtonnement pour trouver la cheminée du Paradis. J’y étais déjà passé à ski mais dans l’autre sens c’est beaucoup plus facile à trouver. Là il faut chercher un peu au milieu de tout ces à pic, ça fait parti du jeu et c’est plutôt sympa.

dcb6La cheminée donc facile mais vraiment étroite, on est obligé de passer de profil et sans sac… taille fine recommandée.  Ensuite, ça déroule tranquillement.

dcb7Et après environ 6h de balade on se retrouve tout sourire au sommet de la Dent (ah bin ce n’est pas trop tôt après l’avoir soigneusement évitée, contournée…)

dcb8Reste plus que la descente finale, par la directe pas encore tracée aujourd'hui, puis classique et toujours aussi bonne et de plus en plus remplie de jour en jour... Décidemment cette année est magique. D"autres infos et photos ici ou .

Partager cet article

Repost0