Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 21:05

Il fait très beau et malgré la chaleur annoncée le regel sera sûrement pas mauvais alors allez on s’offre une petite virée matinale pas trop loin. Dans le coin on peut dire qu’on connaît tout plutôt bien mais il y a toujours possibilité d’agrémenter les choses par quelques variantes ou approche différente. Le thème du jour c’est donc l’initiation à la goulotte pour Yo.  Il y en a justement une facile en face ouest du Pic du Loup, alors hop à 6h15 on démarre de Freydière pour une rapide approche.

g1Vers 7h45 dans le joli vallon du Loup encore à l’ombre alors que Grenoble baigne déjà dans le soleil.

g2Petit changement de mode de progression et on attaque la goulotte, ascension facile et jolie ambiance.

g3A mi-pente un petit ressaut en glace vient agrémenter la montée, l’occasion de sortir la corde et de mettre une broche pour initier Yo au plaisir de la glace. Notre équipement technique est très light mais il n’y a pas besoin de plus. 

g4Sortie du ressaut où Yo s’est fait plaisir.

g5Et voilà vers 9h on est au soleil juste sous le sommet du Pic du Loup avec en toile de fond le Grand Colon notre prochain objectif.

g6La descente en face sud est en top moquette et on se retrouve rapidement vers le Lac du Crozet.

g7D’où on prend tout notre temps pour remonter au Grand Colon, le secteur est encore bien enneigé vers Grand Pic, Doménon ou Lauzière. 

 

g9Comme d’hab, joli contraste du haut du Colon, il fait bien bon et c’est avec plaisir qu’on paresse au sommet le temps que la face ouest dégèle un peu.

g10Vers 11h30 on plonge sur la vallée pour le dessert de la matinée, le tout mignon canal ouest.

g11L’entrée est à point.

g12Et si certaines zones sont encore un peu dure l’ensemble est bien plaisant. Comme on peut le voir sur cette photo, il va encore une fois nous emmener tout prêt de notre deuxième voiture déposée coté Grand Colon ce matin.

g13

Skiant presque jusqu’en bas et beaucoup plus agréable en cette saison que le couloir ouest.

g14Pour conclure cette matinée sympa, notre petite approche ludique qui a de l’allure vue de profil et deux Grenoblois en pleine forme pour aller se consacrer à d'autres taches exaltantes cette après-midi.  

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 18:05

Même si un brin de lassitude et de fatigue pointe les conditions sont tellement bonnes qu’une fois de plus on se lève et encore plus tôt…. Toujours direction l’Oisans dans un coin où pour une fois l’accès est très rapide. Pas de longue vallée à remonter ici, après quelques centaines de mètres sur les pistes de ski de fond on traverse la Romanche et on attaque tout de suite des pentes du vallon de l’Homme.

ap1Manu profite du privilège de ceux qui se lèvent tôt…Pour l’heure ce n’est pas vers le soleil qu’on va, c’est plein nord pour une montée un peu frisquette dans une neige encore poudreuse.

ap2Vers le haut le soleil vient quand même nous réchauffer un peu. Il y a quelques traces dans ce beau vallon peu connu mais qui propose pourtant prêt de 1200 mètres de pentes soutenues, souvent poudreuse quand on bifurque nord et sans aucune marche d’approche (rare en Oisans).

ap3Lio à la brèche du Peigne où il est l’heure pour nous de basculer sur un autre vallon, des fois qu’une face plus ensoleillée nous offre une belle ligne d’ascension.

ap4Manu un peu perplexe devant l’un des objectifs possibles du jour. C’est vrai que tout ça semble bien délicat, alors même si on monte au pied de la face c’est sans regret qu’on la laisse pour des jours meilleurs.

ap5En attendant la suite on s’offre quand même un peu de transfo avant de remonter à la brèche. A celle-ci je rencontre Philippe maintenant guide à la Grave et avec qui j’avais partagé le même collège savoyard, tout ça ne nous rajeunit pas…

ap6Ensuite on replonge plein nord où la neige est vraiment extra, après plusieurs randos en transfo ça fait du bien de retrouver un peu de poudreuse.

ap7Vers 2400 on s’arrête, il n’est que 10h30 alors on ne va pas descendre tout de suite. Une grande traversée doit pouvoir nous amener dans l’axe d’un couloir qui pourrait avec les conditions extra du jour, être très bon.

ap8C’est effectivement pas mauvais mais le vide se creuse de plus en plus (et encore heureusement on n’a pas vu le bazar du bas…). Après avoir rencontrer un passage un peu glacé promettant d’être délicat à la descente, on passe à pied. L’ambiance est carrément extraordinaire sous l’immense sérac du Fauteuil Glacier dont on peut penser qu’on est protégé ici (sauf rupture cyclopéenne…).

ap9Un peu plus haut, la neige bien que parfois irrégulière n’est pas mauvaise, la pente est encore très raisonnable mais, mais pour moi d’un coup l’expo devient trop importante. En plus comme on n’a pas de renseignement sur ce couloir et qu’il semble se raidir et se rétrécir… On discute un peu tous ensembles, et avec Lio on laisse Manu aller voir la suite, nous l’attendrons sous l’étroiture. D’un coup la pression retombe, ils nous restent bien quand même quelques virages forts exposés mais on doit pouvoir se faire ça tout à fait tranquillement. Les conditions météo sont parfaites alors on profite du paysage absolument splendide tout en observant Manu grimper. C’est vrai que le haut n’a pas l’air mauvais. Au bout d’un moment je rechausse et descends tranquillement, je déchausse pour les quelques dizaines de mètres un peu glacés et attends mes compères (des passages comme cela avec un piolet à la main j’en ai déjà fait de nombreux mais aujourd’hui autant la jouer tranquille jusqu’au bout).

ap10Ca y est Manu a rejoint Lio et ils se pointent sur la «vire infernale», Manu sort son piolet et nous fait donc l’ensemble sur les planches, bravo mon gars. Il est enchanté par ce couloir pas si raide (5.2 ?) et en excellentes conditions.

ap11On avale vite fait les 300 mètres de déniv, toujours en super neige, qui nous séparent du vallon de l’homme.

ap12Et hop on peut enfin se retourner sur l’itinéraire… Ah oui pour l’expo je pense que c’était pire que ce qu’on imaginait du dessus. Par contre n’aller pas croire que c’était un truc de malade. Aujourd’hui les conditions étaient super bonnes et tout ne dépendait que de notre moral et de notre technique.

ap13Voilà après un retour à ski à la voiture sur une neige toujours très plaisante on remonte quelques lacets sur la route du Lautaret pour aller voir un peu l’ensemble de notre itinéraire (enfin sauf l’excursion en versant ensoleillé). Superbe je trouve, encore une belle «journée découverte» en Oisans, jamais je n’aurais imaginé aller poser mes skis un jour vers les séracs du Fauteuil Glacier…

Partager cet article

Repost0
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 18:41

Isabelle et Philippe sont chez nous pour quelques jours et s’ils ont pas mal pratiqué toutes sortes d’activités à tendance montagnarde, en ce moment c’est plutôt calme de ce coté ci. Ils comptent donc sur leur séjour et sur la réputation montagnarde des grenoblois pour se remettre un peu dans le bain. On s’y attèle avec grand plaisir, après le VTT dimanche, l’escalade et le footing lundi, aujourd’hui c’est la rando qui est au programme avec un petit tour dans Belledonne.

Pc0Photo historique, leur dernière rando c’était il y a… 6 ans. Seulement quelques minutes de portage et on chausse.

pc1La petite troupe en parfait ordre de marche devant le sommet le plus fréquenté du secteur.  

pc2Un peu plus haut Agnès tente une échappée. Le coin est d’habitude hyper fréquenté mais aujourd’hui c’est plutôt calme. Après 800 mètres de dénivelé on atteint notre sommet du jour. L’occasion d’une autre photo historique.

pc3Un ski pour un sommet : Dynastar Yeti extrême/Silvretta 404 l’arme absolue pour la face est du Grand Pic de Belledonne. Enfin non peut-être pas pour aujourd’hui.

pc4On va se contenter d’une descente plus tranquille et si ce matin les quelques voiles nous on fait craindre un dégel tardif, le beau temps revenu nous promet du ski sympa.

pc5Moquette à point sur tout l’itinéraire, retour à la maison pour l’apéro et la sieste (vachement important ça, c’est que moi demain je vais faire un tour en Oisans…), tout le monde est vraiment heureux de sa matinée. A refaire et sans attendre… 6ans.  

Partager cet article

Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 21:15

Ludwig surveillait cette face depuis un moment, il y a quelques jours elle avait l’air très bien alors ce matin on fonce. Un départ même pas trop matinal, un excellent regel, un très bon remplissage, une neige parfaite à la descente, un retour skis aux pieds à la voiture, il y a des jours où c’est très simple le ski de pente raide. La suite en images.

pv1-copie-1Levé de soleil au départ où on voit que la piste de ski fond va nous assurer un retour à la voiture.

pv2-copie-1Dans le joli cirque sous la face. De là on ne voit pas encore le couloir d’accès. Celui-ci s’avérera bien rempli. La remontée de la face est sans histoire, à l’ombre c’est encore un peu gelé, au soleil c’est déjà un peu ramolli.

pv3-copie-1Tout sourire au sommet car la descente promet d’être très bonne. 

pv4Dans le haut de la face, neige souple et stable, la tranquillité du skieur de pente.

pv5Petit parallèle dans les 2 passages les plus raides, sous la corniche et dans le bas de la face.

pv6Avant de rejoindre le couloir d’accès, Ludwig dans une chorégraphie typique du surfeur.

pv7La porte de sortie de la face, à gauche c’est droit sur les barres rocheuses.

pv8Sous la face des arabesques carrément…divines.

pv9La face NE du Petit Veymont en super conditions.

pv10Et ce n’est pas le gentil Sushi malgré cet air un peu renfrogné qui nous dira le contraire…

Partager cet article

Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 19:50

Les beaux jours arrivent alors pour profiter du soleil on ressort cette vieille, mais oh combien alléchante, BLMSesterie. Bon ça a quand même un défaut cette affaire, comme c’est sud-est, loin et haut, il faut vraiment partir très tôt de Grenoble (encore plus tôt que samedi dernier…). Mais comme d’hab une fois qu’on a chaussé les skis ça va déjà beaucoup mieux. On devise tranquillement, au début c’est plutôt plat, jusqu‘à apercevoir le passage nous permettant d’accéder aux belles pentes promises. C’est toute suite soutenu donc nous voilà parti pour 1300m de cramponnage (y a bien un passage où on peut rechausser mais comme ça porte bien je serais le seul à refaire un peu de peaux).

cc0Le début peut paraître un poil rébarbatif mais à part ces quelques mètres un peu secs ça passe très bien et on prend rapidement de la hauteur.

cc1Après ce passage les pentes deviennent plus accueillantes et le cheminement se joue astucieusement des quelques barres rocheuses encore présentes.

cc2Après une grande traversée tranquille, la pente se redresse à nouveau.

cc3Et on toise de fort haut le Plan du Carrelet 1500 mètres plus bas. Vous noterez que de taquins cumulus s’obstinent à encapuchonnées les sommets vers l’est. A un moment ils nous ont même fait douter du décaillage de notre pente, mais finalement non, tout s’arrangera pour le mieux.

cc4Sous un autre angle à quelques hectomètres du sommet.

cc5Au sommet, Manu et Ludwig (notez son nouveau casque futuriste assorti à la combinaison) sur fond de Meije et toujours ces cumulus taquins.

cc6Pascal pour une vue vers le sud où ça semble plus dégagé (Olivier le deuxième surfeur est juste derrière).

cc7Après un petit casse dalle on y va, le haut de la belle facette sommitale assez raide n’est pas encore décaillé, il y a même parfois un peu de poudreuse plaquée sur la vielle neige.

cc8Belle pente

cc9Et belle ambiance 1300 mètres au-dessus du vallon du Chardon.

cc10Après les 200 premiers mètres la neige devient plus souple et c’est vraiment bon.

cc12Nous voilà donc parti pour plus de 1000 m de moquette excellente.

cc11Sur la grand vire à mi-pente avant de replonger vers les vires du bas. La neige est de plus en plus souple du coup les quelques boules et coulée du bas de la face sont avalées facilement.

cc13Voilà ça y est on a rejoint le vallon du Chardon. Et quand on se retourne, vu ce qu’on voit on se demande bien par où ça peut passer au milieu de toutes ces cascades. Des gens d’ailleurs se demandant aussi d’où on peut venir nous demanderons si on n’est pas allé faire de la cascade. Euh là vu leurs têtes ça n’aurait vraiment pas été raisonnable. Pour le ski par contre c’était une balade comme on les aime, belle, sauvage, un poil technique, merci les gars du BLMS*

*Groupuscule anarcho skiant maintenant dissous mais ayant beaucoup sévi dans les années 90/2000.

Partager cet article

Repost0