Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 19:28
You, the climb of oulles… You know it ?

C’est avec ce charmant panneau illustré qu’on est accueilli au bas de la dite montée. Un peu d’auto publicité locale pour dévier les cyclistes de la classique du col d’Ornon.

You, the climb of oulles… You know it ?

Et force est de reconnaître qu’ils ont bien raison, moi cette montée en tous cas je la trouve vraiment charmante. Une super route en balcon enchâssée dans les falaises de schiste avec de jolis coups d’œil sur la vallée.

You, the climb of oulles… You know it ?

Plus haut le paysage s’élargit et le village est en vue. Alors oui certes, si pour les purs cyclistes, c’est un cul de sac et on est obligé de redescendre d’où on vient.

You, the climb of oulles… You know it ?

Pour les Vététistes par contre, il y a au départ de ce village 2 des descentes les plus ludiques du coin, Puy d’Oulles et Malaine. Yves Berlioux me les avait fait découvrir il y a bien longtemps et c’est toujours avec plaisir que j’y reviens. Là ça faisait beaucoup trop longtemps d’ailleurs que je n’y étais allé. Merci  Carine et Djé de me les avoir remises en tête suite à votre visite de vendredi..

You, the climb of oulles… You know it ?

Après avoir fait un petit tour dans le village c'est vers Malaine que je vais ce matin. Son accès en balcon est plaisant et est propice au farniente… Pour le farniente d'ailleurs il vaut mieux en profiter ici parce qu’une fois dedans c’est une autre histoire. Un fameux enchainement d’épingles bien lisses et très joueuses qui ne s’arrêtent pas (ou presque) du haut en bas.

You, the climb of oulles… You know it ?

Le sentier est actuellement impeccable avec ce seul arbre vers le bas, il est bien un peu creusé par endroit mais vu la nature du terrain je ne vois pas bien comment il peut en être autrement (d’autant plus qu’avant moi s’y sont engagées 3 motos de cross, chapeaux les gars pour la dextérité sur ces engins mais bonjour le labourage et encore j’ai trouvé que c’était plutôt propre). Sinon comme d’hab la descente est plaisante mais je ne sais pas pourquoi je sens qu’il manque quelque chose... un peu de sensations certes vu mon peu de pratique cette année ?  mais non ce n’est pas ça… ça y est, j’y suis, c’est les feuilles !!!! Et oui si ça doit bien faire une dizaine de fois que j’y viens c’est la première fois que je la fais sans les feuilles mortes. Ah y a pas à dire ça change les repères… Hum, hum du coup après ces 700m de joyeux pilotage je vais sans doute attendre encore un peu pour aller revisiter Puy d’Oulles.

Partager cet article

Published by Jo - dans VTT
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 19:23

Odile avait envie de retrouver l’escalade en montagne, même si elle a déjà grimpé de raides parois, c’était à une autre époque, alors pour une reprise on se la joue cool.

Sensations retrouvées...

On profite du dernier week-end d’ouverture du télécabine de Chamrousse, Agnès nous accompagne et pendant qu’elle va faire un tour dans les vallons.

Sensations retrouvées...

Nous on se gravit quelques longueurs dans les contreforts de la Botte. 3 longueurs au soleil d’abord qui nous mènent au point le plus haut de cette petite falaise.

Sensations retrouvées...

Un retour à l‘attaque à pied, c’est rapide, c’est du terrain à chamois voir même à bouquetins…

Sensations retrouvées...

Et c'est reparti pour 2 autres longueurs, à l’ombre cette fois.

Sensations retrouvées...

Odile se lance même en tête, c’est que les sensations reviennent. Cette fois-ci en 1 rappel on est en bas où Agnès nous a rejoins pour le pique nique.

Sensations retrouvées...

La « paroi » du jour, en tout il y a 13 longueurs d’équipées dedans. Une petite école d’escalade d’altitude calme et bien sympa pour grimper facile.

Sensations retrouvées...

Après le repas pendant qu’Agnès musarde, on s’en offre une dernière. 5c+, sur le papier c’est la plus dure du lieu, mais toujours avec le sourire… 

Partager cet article

Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 19:19
Grimsel encore

Après notre ascension de Septumania, un dernier coup d’œil sur le Grimselsee, l’Eldorado c’est là bas tout au fond, et aujourd’hui avant le retour sur Grenoble on se l’a joue cool.

Grimsel encore

C’est ici qu’on va, à la Seeplatte un secteur de dalles qui tombent directement dans le lac de Raterichsbodensee. 15 minutes de marche et on choisit un peu au hasard une voie en 5c/6a comme il y en beaucoup dans ce coin.

Grimsel encore

6 grandes longueurs équipées parfois un poil loin.

Grimsel encore

Ambiance sympa avec d’autres grimpeurs (saurez vous les trouver ?) dans des dalles plus à gauche.

Grimsel encore

L6 un peu de 6a malin.

Grimsel encore

Et hop il ne nous reste plus qu’à redescendre.

Grimsel encore

Sur le chemin du retour, un petit zoom sur Azalee Beach très fréquentée grâce à son accès commode, ses voies coutes, faciles, bien équipées et son bas confortable très propice à la pratique familiale.

Grimsel encore

De la voiture de gauche à droite les secteurs Azalee Beach, Donald Duck, Foxie, Crow, couronnés par le Dom, un ensemble qui propose de nombreuses voies dans le 4 et le 5 avec parfois un peu de 6a. Le must étant paraît-il Grimsel Marathon qui consiste à enchainer 3 voies pour finir après 24 longueurs et près de 600m de dénivelé au sommet du Dom (2230 m) tout en restant dans le 4 et le 5. Hum, hum… super ou un poil fastidieux ?

En tous cas nous on a adoré le Grimsel. Et si pour les Grenoblois en passant par le col des Montets et Martigny, il en coute quand même quelques 400 km en voiture

Grimsel encore

Pour venir taquiner le rocher fabuleux de l’Eldorado puis se reposer tranquillement dans des voies plus faciles

Grimsel encore

Le tout dans un tel cadre, pour quelques jours assurément ça vaut le déplacement.

Partager cet article

Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 13:03

La falaise de l’Eldorado au Grimsel il y a longtemps que j’avais envie d’aller la découvrir, j’en salivais même d’avance… C’est un peu loin mais avec un départ de Grenoble la veille au soir et au moins 2 jours sur place pour profiter de l’endroit ça le fait bien.

Grimsel Eldorado Septumania

Nous y voici donc, peu de dénivelé d'approche mais quand même 1h30 de marche pour remonter tout le lac, sentier agréable certes mais c’est quand qu’on la voit cette mythique paroi ?

Grimsel Eldorado Septumania

Ça y est la voilà, ouah magnifique… (et encore du bas on ne voit pas le dernier tiers).

Grimsel Eldorado Septumania

8h50, une cordée a déjà gravi plusieurs longueurs de Motorhead (2 cordée de 3 arriveront ensuite)  nous on est seul et on attaque Septumania. Les 3 premières longueurs côtoient une goulotte lissée par l’eau, adhérence parfois délicate, il faut apprivoiser la bête…

Grimsel Eldorado Septumania

Et se décaler un peu pleine dalle pour trouver quelques réglettes salvatrices et même une belle fissure pour la fin de L3 où on peut placer quelques friends.

Grimsel Eldorado Septumania

L5 ça y est c’est parti pour quelques belles longueurs en dalle, l’équipement est lointain mais plutôt correct pour un amateur de dalle…

Grimsel Eldorado Septumania

L6 sélogienne… nous on adore. A droite la cordée matinale dans L8 de Motorhead.

Grimsel Eldorado Septumania

Notre L8, on retrouve quelques écailles et fissures

Grimsel Eldorado Septumania

Début de L9 et de profil la fissure dièdre de Motorhead (L7)

Grimsel Eldorado Septumania

Fin de L9, et oui il y a aussi de jolies fissures dans Septumania pour quelques pas en dulfer pas trop durs et bien agréables. 

Grimsel Eldorado Septumania

L10 la longueur clé en dalle. Elle commence par une jolie fissure bien protégée puis se poursuit par une dizaine de mètres sans rien qui nous ont paru bien délicats avant le passage clé qui lui est très bien équipé. 8 points en tout dans cette longueur c’est le max pour la voie, ça n’empêche pas pourtant une section un peu expo où ne peut absolument rien ajouter.

Grimsel Eldorado Septumania

Déjà 10 longueurs une petite pause s’impose pour relaxer un peu les pieds…

Grimsel Eldorado Septumania

D’autant qu’il y a encore un bout de chemin à faire et que la suite paraît bien prometteuse. Au-dessus et à gauche d’Antoine la jolie fissure de L12 et un peu plus haut la grosse écaille de L13.

Grimsel Eldorado Septumania

L12 où il faut poser quelques friends si on veut se protéger.

Grimsel Eldorado Septumania

L’écaille de L13 donc, à empoigner fermement

Grimsel Eldorado Septumania

Pour une longueur encore splendide (mais ça bon elles le sont toutes…)

Grimsel Eldorado Septumania

Comme l’ambiance ici

Grimsel Eldorado Septumania

L’avant dernière, sur le papier ça devrait rouler mais pourtant avec le passage déjà évoqué de L10, on y a aussi trouvé une section un peu piquante. Hum, hum c’est juste pour nous rappeler que si au niveau cotation ça reste raisonnable, sur le terrain définitivement, même si le réquipement de 2011 a bien adouci les choses, on n’est encore loin d'une falaise aseptisée, ce qui fait d’ailleurs tout le charme et le mythe de cette paroi.

Grimsel Eldorado Septumania

Ca y est L16 qui pour le coup est vraiment une formalité, et on peut enfin laisser nos pieds respirer. 5h d’escalade intense, ouah quel beau voyage, on a vraiment adoré. Pour Antoine après Métal Hurlant et Motorhead c’était le troisième cette année sur l’Eldorado et il n’en est pas lassé.

Grimsel Eldorado Septumania

La descente est facile même s’il faut rester attentif, un petit rappel, un peu de désescalade ou un autre rappel et le crux : se jouer habilement des zones marécageuses du bas. Et nous voici de retour sur le sentier.

Grimsel Eldorado Septumania

Ambiance bucolique pour en terminer. Environ 500m de dénivelé en tout, pff si sur le papier cette course a les mensurations d'une bertonchinette, c'est bien plus que cela. 10h voiture/voiture et 16 magnifiques longueurs d’escalade,  ami grimpeur si tu en as l'occasion va y faire un tour, tu as le choix dans les voies et sans l'engagement de parois beaucoup plus hautes tu ne seras surement pas déçu, d'autant plus qu'au retour la bière en terrasse du Grimsel Hospice est excellente…

Partager cet article

Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 10:14

Une voie vient d’être équipée dans les contreforts de la Tête de Marsare, elle s'apelle photographe en herbe, l’occasion donc d’une petite visite dans ce coin où on va assez peu. En ce moment en plus son orientation ouest est plutôt sympa pour grimper au frais.

Une journée en Oisans

300 m d’approche pendant laquelle on traverse le joli petit hameau de Champébran dont le sentier d'accès est peuplé de quelques étranges et instructives constructions…

Une journée en Oisans

Marche tranquille et à l’ombre où une fois qu’on a quitté le sentier du Pas de la Selle les ouvreurs ont poussé le luxe jusqu'à tracer une sente dans les raides pentes qui mènent à l'attaque, hum hum nos vielles jambes les en remercient…

Une journée en Oisans

A 9h30 on attaque, L1 qui remonte tout le premier ressaut est plutôt jolie et redressée, aussi une fois le relais atteint , même si on le savait, c’est un peu le choc… mais où est donc passé la paroi ?

Une journée en Oisans

On commence en effet ici une immense zone couchée et pleine de vires où la voie se cherche un peu.

Une journée en Oisans

Sans démériter toutefois, de toute façon vue le terrain proposé il n’y avait guère le choix. Ici par exemple le petit ressaut plus technique de L4.

Une journée en Oisans

Alors si oui effectivement tout cela manque terriblement d’ambiance, nous on a pris cette section comme une aimable promenade tranquille et panoramique où il faut quand même grimper un peu.

Une journée en Oisans

Et puis à partir de L7 ça redevient plus raide pour 3 jolies longueurs où on pourra même tirer un peu sur les bras. Ici L7

Une journée en Oisans

Là L8.

Une journée en Oisans

Ensuite encore 5 longueurs dont 2 de marche et  2 assez belles comme L14 une jolie dalle pour terminer.

Une journée en Oisans

Presque 400 m d’escalade quand même, de quoi s’ouvrir un magnifique panorama sur les sommets alentours. Des Fétoules à la Tête de Lauranoure en passant par le vallon de la Mariande ce n’est pas souvent qu’on peut tous les voir sous cet angle.  L’occasion aussi de se rappeler quelques balades dans cet Oisans sauvage. A ski ou en cascade par ici c’est tranquillité assurée. 

Une journée en Oisans

Voila maintenant il ne reste plus qu’à redescendre et si la voie est équipée en rappel, vue la configuration du terrain l’expérience ne nous tente guère. 45 minutes de descente astucieuse, d’abord à gauche pour L14 puis bien à droite (tout cela dans le sens descendant) pour le reste, et hop on y est. Bonnes chaussures, aisance en terrain à chamois et sens de l’itinéraire conseillés mais si vous avez tout cela c’est assurément beaucoup plus rapide.  

Une journée en Oisans

Une belle et calme journée en Oisans, paisible comme le hameau de Champébran. Idéale avant d'aller s'offrir une bière au gîte des Arias d'où vous pourrez mater cette "terrible paroi" à fréquenter sans hèsiter si vous avez "l'horreur du vide...".

Partager cet article

Published by Jo - dans Escalade
commenter cet article